LA COP 24 EST A NOS PORTES

cop 24

La conférence de Katowice sur le réchauffement climatique aura lieu du 2 au 14 décembre 2018, justifiant une nouvelle fois tous les emballements médiatiques qui ne nous épargneront aucune inondation, catastrophe naturelle ou « record de température » (à la hausse, évidemment) où qu’il survienne sur la planète.

Cette « Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques » est une étape supplémentaire vers l’objectif de plus en plus avoué de l’ ONU :  imposer à terme un gouvernement mondial.

Instrument primordial dans cet agenda, le débat climatique a depuis un nombre considérable d’années, quitté le terrain scientifique pour les domaines idéologiques, politiques et financiers. Il est devenu l’objet de toutes les outrances et de tous les amalgames, imposant un seul point de vue sur la question, et muselant toute contestation ou ébauche de débat. Il justifie une modification profonde de la politique industrielle et économique des pays développés. Une partie des dirigeants de pays bénéficiaires de compensations aux soi-disant dérèglements climatiques vont sans doute  se voir confirmer une distribution généreuse de fonds alimentés par les contribuables des pays dits « riches ».

Rappelons d’abord quelques faits qui eux au moins, sont peu contestables.

– Le climat est tout, sauf stable. Tout au long de l’histoire, notre planète fut le théâtre d’événements météorologiques parfois soudains et souvent catastrophiques. (1)

– On peut admettre un certain réchauffement de la planète, tel qu’il apparut dès la fin du « petit âge glaciaire » au milieu du 19e siècle. Toutefois, l’amplitude de ce réchauffement est sujet à discussion, au vu de l’évolution des instruments de mesure, de l’architecture et de la localisation des stations météorologiques nécessitant des ajustements permettant toutes les manipulations. (2)

– Il n’existe AUCUNE preuve scientifique que l’activité humaine soit à l’origine de modifications climatiques. Toute l’argumentation des partisans du GIEC repose sur une corrélation entre l’augmentation des activités industrielles d’une part, et un réchauffement global de la température terrestre d’autre part. Mais corrélation ne signifie aucunement causalité…

– Le CO2 émis par les activités humaines représente moins de 5% de l’ensemble du CO2 relâché annuellement dans l’atmosphère, 95% de ce CO2 étant libéré par la nature.

– Il est faux de prétendre qu’il y aurait un consensus mondial de l’ensemble des scientifiques, qui irait dans le sens des conclusions du GIEC. Des dizaines de milliers de scientifiques de toutes disciplines, ont émis des réserves à des degrés divers quant à ces conclusions, quand ils n‘y sont pas totalement opposés.

La presse, surtout européenne et encore plus francophone, s’est emparée des scénarios catastrophistes émis par les adeptes du réchauffement climatique anthropique, et ont instauré un black-out total sur toute information ou théorie qui irait à l’encontre de ce qui est devenu la pensée unique et obligatoire.

L’ensemble du monde médiatique et politique est à la remorque de mouvements et ONG environnementalistes, idéologico-politiques telles que GREENPEACE, le WWF ou Global Footprint Network, dont les « études » et anathèmes sont considérés comme parole divine que personne ne prend la peine de vérifier, ou n’ose contester.

On en est arrivé à mélanger tout et n’importe quoi dans un gigantesque « melting pot » entretenant la confusion entre pollution et réchauffement climatique, ou qualifiant le CO2 comme un polluant, ce qu’il n’est pas malgré les tentatives récentes pour le classer dans cette catégorie.

Mais qui profite de cet état de fait ?

Tout d’abord une partie du monde scientifique. Il suffit aujourd’hui d’impliquer le réchauffement climatique anthropique dans une étude quelconque pour voir s’ouvrir la manne financière des subventions. En quelques années, le budget global annuel destiné à la climatologie est passé de 170 millions de dollars à plusieurs milliards de dollars.

Le monde politique a trouvé dans le sujet un bon moyen de récolter des voix, et aujourd’hui chacun veut paraître plus vert que vert. La mise en œuvre d’une telle politique justifie également la création d’une multitude de taxes dites « écologiques », affirmées ou déguisées, bénéficiant en plus de l’approbation inespérée d’une grande partie de la population.

Le monde industriel s’est engouffré dans le juteux nouveau marché, par la commercialisation prématurée d’énergies dites « renouvelables » tels que l’éolien ou le photovoltaïque. Cette mise sur le marché fut facilitée par des incitations, primes, certificats verts, aménagements du réseau et détaxations diverses supportées par l’ensemble des contribuables, incitants financiers indispensables également pour imposer l’émergence des véhicules électriques. C’est le triomphe de ce que l’on appelle « le capitalisme de connivence ».

Le monde financier profite largement du système mis en place, par des investissements dans des entreprises, banques ou fonds soi-disant « écologiques et responsables ».

Cette convergence d’intérêts a pris une telle dimension mondiale que tout retour en arrière est devenu extrêmement difficile, car il met en jeu la crédibilité des principaux piliers de nos sociétés : le politique, l’humanitaire et l’industriel.

Mais de tout ceci, la grande majorité de mes lecteurs est consciente. Et c’est bien là le problème : nous tournons en rond dans un cercle restreint de convaincus. Et pourtant, chacun d’entre nous peut étendre le débat en intervenant dans les commentaires des journaux informatiques, dans les réseaux sociaux, au sein de son cercle privé ou professionnel etc…

Contester les conclusions des conférences climatiques, combattre la « pensée unique » et rétablir un échange d’idées sur ces questions qui engagent l’avenir de notre société est primordial et doit impliquer chacun d’entre nous.

Jo Moreau

 

  1. https://belgotopia.wordpress.com/2017/09/06/les-evenements-climatiques-extremes-du-passe-17/
  2. https://belgotopia.com/2018/03/19/qui-connait-la-temperature-globale-reelle-de-la-planete/

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

LA PALESTINE, TERRE DE PERPETUELS CONFLITS.

Je reprends ici un article paru sous ce titre en septembre 1937 dans l’ancien hebdomadaire belge « Le Patriote Illustré », de tendance catholique. Cette revue avait relaté épisodiquement depuis les années 1920 les heurts violents successifs survenus entre Juifs et Arabes dans cette région du monde, et le présent article me parait assez correct du point de vue historique, et établit un état des lieux de ce territoire en 1937. Cet article est également instructif pour ceux qui persistent à croire que les problèmes actuels datent du lendemain de la dernière guerre, et de la fondation de l’état d’Israël.

Jo Moreau.

« La Palestine est actuellement un des points névralgiques du globe. Le conflit entre juifs et musulmans, loin d’être une simple question locale, soulève les passions dans l’ensemble de l’Islam aussi bien que chez les Israélites du monde entier. Les chrétiens eux-mêmes suivent avec un intérêt mêlé de tristesse les phases d’un conflit dont le berceau du christianisme est l’enjeu. Ville sainte pour les Chrétiens, Jérusalem l’est aussi pour les juifs et pour les musulmans. Une effusion de sang sous ses murs a aussitôt son rententissement dans le monde entier.

Territorialement, la Palestine actuelle ne forme qu’une partie de la Palestine de l’histoire, qui s’étendait des bords de la Méditerranée jusqu’au grand désert. Le pays, tel que l’ont délimité les traités, a une superficie totale de 26.158 kilomètres carrés, soit 5000 de moins que la Belgique, et une population estimée en juin 1936 à 1.336.518 habitants, dont 848.342 musulmans, 370.483 juifs et 106.474 chrétiens.

Définitivement séparée de la Turquie par le traité de Lausanne en date du 24 juillet 1923, la Palestine constitue actuellement -pour combien de temps encore ?- un état à administration centrale unique, sous mandat de l’Angleterre. Depuis la campagne de 1917, qui aboutit à la conquête de Jerusalem, le 9 décembre, les Anglais occupaient d’ailleurs le pays, qui constitue pour eux une excellente position stratégique sur la route des Indes et dans la Méditerranée orientale.

Les villages arabes sont au nombre de 750, et les colonies juives, installées par le Fonds National Juif en collaboration avec le « Keren Hayesod » , autre émanation du Sionisme, forment un total de 201, avec une population de 96.289 individus venus surtout d’Europe Centrale, des Etats Slaves, de Pologne etc…

L’établissement des colons sionistes a donné une incontestable impulsion à la prospérité du pays : les entreprises juives, au nombre de 4615 en 1935, avaient investi à cette date un capital de 8.654.000 livres palestiniennes en territoire mandaté. Haïfa, le meilleur port de la Méditerranée orientale, terminus du « pipe-line » qui amène les pétroles de Mossoul, et Tel-Aviv, cité neuve,sont les principaux centres de l’activité économique et industrielle des immigrants. Capitaux, cerveaux, personnel technique et main-d’œuvre, tout est fourni par les Sionistes qui ont entrepris la restauration d’un Etat juif sur les bords du Jourdain. Ils créent un système d’irrigation, et faisant de l’agriculture la base de la rénovation économique de l’antique Terre Promise, développent les plantations d’orangers, de citronniers, de pamplemousses, de figuiers, de vignes, d’oliviers. Ils font produire au sol du blé, de l’orge, des tomates, des melons; leur initiative va jusqu’à exploiter les eaux de la Mer Morte pour en extraire les produits chimiques. Les fameuses forêts du Liban, réduites à quelques cèdres, vont redevenir une réalité : en une seule année, les services de réafforestation ont planté 904.733 arbres.

Les Arabes, malgré leur supériorité numérique, n’ont que 183 écoles avec 12.275 élèves, les catholiques ont 111 écoles avec 13.645 enfants; les juifs, eux, ont une université et 554 écoles comtant 60211 élèves.

La fameuse « Déclaration Balfour », publiée le 2 novembre 1917, fixa les nouvelles destinées du pays du Christ : l’Angleterre s’engageait à y faciliter l’établissement d’un foyer national pour les juifs en Palestine, sous la réserve qu’aucun préjudice ne serait causé aux droits des communautés non-juives. Les Sionistes y ont vu la consécration officielle de leur programme de colonisation en Palestine, sous la protection des baïonnettes anglaises, tandis que les Arabes prétendent y trouver une garantie pour leurs droits. Toutes les difficultés actuelles de la politique anglaise y sont nées de l’irréductible opposition de ces deux races. L’immigration juive, de quelques milliers d’individus par an au début du mandat britannique, s’éleva à 29.727 pour l’année 1936. Menacés d’être submergés, les Arabes ont eu recours à une agitation qui a fini par alarmer les Anglais : 2735 crimes y ont été commis en 1936, malgré une répression rigoureuse qui est allée jusqu’à la destruction à la dynamite de quartiers indigènes.

Dans l’espoir de donner à une aussi irritante question une solution définitive qui amènerait la pacification des esprits, l’Angleterre avait chargé une commission spéciale de préparer un statut pour le pays confié à son mandat. Les propositions formulées, partage de la Palestine en trois zones : arabe, juive, et sous contrôle anglais, sont partout combattues » .

palestine,israel,

 

ARCELOR MITTAL ET LE PILLAGE DE L EUROPE

L’Union Européenne (UE) approche maintenant du cœur de la plus grave crise de son histoire. Partout, la disparition de postes de travail s’accroit proportionnellement à l’évasion de l’industrie et des entreprises les plus diverses vers des horizons financièrement plus juteux, et sa technologie est bradée à ses principaux concurrents économiques. Le désengagement d’Arcelor Mittal à Liège notamment en est un exemple parmi tant d’autres depuis de nombreuses années.

Cette situation provoque des déclarations et des prises de position totalement en-dehors de la réalité, surtout émanant de certains milieux qui se voudraient de gauche. Ou pire encore, des nostalgiques du capitalisme d‘état qui implosa fin du xxe siècle sous les débris du mur de Berlin, victime de son impuissance économique et de ses criminelles répressions aveugles. Ainsi, certains, et non des moindres, prédisent sérieusement ou appellent de leurs vœux la fin du « système » en crise, sous-entendu du système capitaliste, alors que les pays émergents en progression économique constante et explosive, ont précisément adopté ce soi-disant système moribond pour leur propre développement.

La crise actuelle a deux causes, distinctes bien que souvent complices : le financiérisme, excroissance parasite du capitalisme industriel dont il confisque les moyens, et avant tout la mondialisation aveugle, qui a totalement faussé la concurrence internationale, et qui fut possible grâce à la complicité voulue ou non du monde politique européen.

Je m’attarderai ici sur ce deuxième point.

La mondialisation sans nuances à laquelle nous sommes confrontés, conduit à la délocalisation de nombreuses productions autrefois locales, et qui seront réimportées à bas prix pour ceux qui auront encore les moyens de les acquérir. Car il s’agit là de la véritable délocalisation. Je ne place pas sous ce vocable la production de biens destinés aux marchés locaux.

Comme corollaire, outre la destruction grandissante des emplois, nous constatons la disparition programmée du modèle social européen.

Ceci n’est possible que grâce à la complicité des dirigeants politiques des pays émergents, où la main-d’œuvre locale est pratiquement toujours exploitée à la limite de l‘esclavage, que ce soit par les salaires’offerts‘ ou par les conditions de travail.

Il est étonnant de constater qu’aujourdhui, même la Chine délocalise certaines activités en Afrique afin de rechercher les salaires les plus bas possibles et les conditions de travail les plus désastreuses. http://belgotopia.blogs.lalibre.be/archive/2009/11/21/le-partenariat-chine-afrique.html

Et ne parlons pas de l’impact écologique de l’industrialisation de pays curieusement exonérés de toute obligation à cet égard, et notamment du coût écologique du transport des marchandises exportées, grâce à la complicité étonnante des alter-mondialistes et des industriels.

Une autre conséquence, et non des moindres, de cet appauvrissement global de l’Europe, est la perte de son indépendance politique, de plus en plus soumise à des contingences commerciales et financières. Le dernier exemple est l’importance prise par la Chine dans les privatisations en Grèce.

La délocalisation répond à deux exigences : certains dirigeants de sociétés, majoritairement des PME, sont pratiquement obligés de délocaliser sous peine de disparaître sous le choc de produits concurrents à bas prix. D’autres en profitent pour accroître les bénéfices des actionnaires, mais il n’y a en aucune manière un quelconque return pour nos populations, sauf la possibilité d’acquérir à bon compte des produits parfois médiocres ou carrément contrefaits.

Certains de ceux-ci mettent d’ailleurs en péril la sécurité de nos populations. Un seul exemple: les composants électroniques d’origine asiatique des salles de contrôle des nouvelles centrales nucléaires, à la fiabilité très douteuse aux dires même des spécialistes.

Il semble évident qu’indépendamment de la crise financière à laquelle nous sommes confrontés, une gigantesque restructuration industrielle mondiale aura eu lieu, nous laissant avec une Union Européenne définitivement sinistrée économiquement et socialement.

Il existe pourtant un moyen de contrer ce scénario : Une imposition des produits et services importés, calculée au prorata du niveau social du pays exportateur.

Oui, il s’agit bien d’une forme de protectionnisme. Ce concept est combattu formellement sous prétexte qu’il serait la source de chocs en retour contre-productifs. Si cela est vrai dans le cadre étriqué d’un seul pays, il est parfaitement défendable dans le cadre d’un continent, et certaines formes de protectionnisme sont d’ailleurs appliquées par les USA, la Chine ou d’autres pays assez vastes pour présenter une production industrielle et un marché intérieur suffisamment étoffé.

Comme je le propose, il s’agit de rétablir une véritable concurrence basée sur des critères objectifs, susceptible de ramener dans les frontières européennes un tissu industriel digne de ce nom et un renouveau de l’esprit d’entreprise.

Elle contribuerait aussi à l’amélioration notable des conditions de vie des habitants de ces pays exportateurs , dont les gouvernants et industriels auront intérêt à se voir dégrèver de cette taxe le plus rapidement possible.

Quand on parle de niveau social, il faut notamment prendre en considération :

  • Le niveau du salaire.
  • La législation sur les heures hebdomadaires de travail, de congés obligatoires et l‘interdiction du travail des enfants.
  • La possibilité d’accéder aux soins de santé.
  • L’accès à un revenu de remplacement temporaire en cas de perte d’emploi ou d‘arrêt définitif de travail.

Un coëfficient sera imputé à chacun de ces points, dont la somme déterminera le taux de taxation imposé à l’importation dans l‘ UE.

Cette taxe serait appliquée sur tous les produits finis ou composants provenant de ces pays extra-européens, ainsi que sur les services à destination des consommateurs européens. Le taux pourra être revu à la demande du pays concerné.

Pourront être exonérés de cette taxe, en tout ou en partie, les produits en provenance de pays ayant adopté une législation ad-hoc , ou proposant un calendrier à respecter dans des délais chiffrés pour atteindre ces objectifs.

Les matières stratégiques ou n’ayant pas de concurrence possible en UE pourront également être exonérés de cette taxe.

Il ne s’agit donc nullement d’un protectionnisme bête et méchant, mais simplement d’une remise à niveau des normes d’une véritable  concurrence mondiale.

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ?? VOTRE COMMENTAIRE EST BIENVENU !

Jo Moreau.

ISRAEL CONFRONTE A LA PAIX

Le discours récent de Obama, sur la fondation d’un Etat palestinien sur base des frontières d’avant la guerre de 1967 a été repoussé (dans un premier temps ?) par le PM israélien Benjamin Netanyahu, et a soulevé une tempête de protestations dans certains milieux, comme s’il s’agissait d’une position nouvelle et totalement exclue par Israël.

C’est oublier un peu vite que Ariel Sharon lui-même s’était en définitive positionné en faveur de la création d’un Etat palestinien. D’autre part, prendre les frontières d’avant 1967 et la partition de Jerusalem comme base d’un accord était déjà prévu et accepté par Israël lors du sommet de Taba, en 2001, projet qui ne put malheureusement aboutir, et ensuite lors de « l’initiative de Genève » en 2003. La « feuille de route », promue notamment par George W Bush la même année, prônait des conditions identiques.

Evidemment, les suites conflictuelles de l’évacuation de Gaza par les Israéliens ne favorisèrent pas la poursuite d’un dialogue en ce sens, et l’action délibérée du Hamas fut déterminante dans l’orientation des élections en Israël (le mois précédent les élections, plus de 400 missiles furent lancés depuis la bande de Gaza) qui débouchèrent sur la formation d’un gouvernement ultra-nationaliste.

Toutefois, il faudra bien que le gouvernement israélien réalise rapidement que les conditions géopolitiques, et surtout militaires, ont bien changé depuis quelques années. Paramètre primordial : ses alliés ne sont absolument plus disposés à le suivre inconditionnellement dans ses orientations extrêmes vis-à-vis de son environnement géographique. Il doit également ouvrir les yeux sur les conséquences des récentes « révolutions arabes », qui aboutiront immanquablement dans de profondes modifications des relations mutuelles.

Son mépris à l’encontre du leader de l’Autorité Palestinienne, à qui il n’a consenti pratiquement aucune concession au cours de ces dernières années, aura été une profonde erreur tactique dont le résultat fut de décrédibiliser celui-ci vis-à-vis de l’opinion publique palestinienne, et de le jeter dans les bras du Hamas. (Quoique j’ai de sérieux doutes quant à la pérennité de cet accord).

La paix est indispensable pour l’existence même de l’Etat d’Israël, et elle sera bien sûr longue à finaliser. Il faudra surmonter les provocations parfois sanglantes des factions extrémistes. Mais il est impératif de rompre l’escalade continuelle qui anime les protagonistes, et réaliser que des concessions déchirantes devront être consenties de part et d’autre. Ceci comprend pour Israël l’abandon d’une grande partie des colonies dans les territoires occupés.

L’existence en Israël même d’un courant faisant preuve d’une vision réaliste de l’avenir est encourageante, et j’en veux pour preuve les récents faits suivants :

Tel-Aviv 21/04/2011 – Cette semaine ce sont 21 lauréats du prix d’Israël qui lancent une pétition en faveur de la création d’un État palestinien aux côtés d’Israël. Parmi ces pétitionnaires, figurent les professeurs Yéhoudah Bauer et Ze’ev Sternhell, le graphiste David Tartakover, l’ex-président de l’Académie des sciences Menachem Yaari, la fondatrice du Meretz Shoulamit Aloni, l’actuelle conseillère municipale de Tel-Aviv et fille de l’ex-général Moshé Dayan Yaël Dayan, le peintre et sculpteur Danny Karavan, ainsi que le dramaturge Yéhoshua Sobol. H’anna Maron, lauréate du Prix d’Israël, gravement blessée lors d’un attentat en 1970 a également participé à cette pétition.

Le texte déclare notamment : « Israël est le lieu où naquit le peuple juif et où se forgea son caractère national. La Palestine est le lieu où naquit le peuple palestinien et où se forgea son caractère national. […] Nous appelons tout individu en quête de paix et de liberté pour les deux peuples à soutenir la déclaration d’indépendance de l’État palestinien, et à agir dans un sens qui encourage les citoyens des deux peuples à nouer de bonnes relations sur la base des frontières de 1967. La fin de l’occupation est une condition sine qua non de la libération des deux peuples. »

Le professeur Yéhoudah Bauer, spécialiste de la Shoah, a notamment déclaré : « Je parle d’un point de vue sioniste. Le sionisme a pour finalité la préservation d’un foyer juif national avec une solide majorité juive – c’était le rêve des gens de gauche, de droite, et du centre du sionisme classique. Mais la poursuite de l’occupation garantit l’invalidation du sionisme dans la mesure où elle écarte toute possibilité pour le peuple juif de vivre sur sa terre avec une majorité substantielle tout en bénéficiant d’une reconnaissance internationale. À mes yeux, cela rend le gouvernement d’Israël clairement antisioniste.’’

Des affrontements eurent lieu avec des contre-manifestants d’extrême droite.(Ha’aretz 21/04/2011)

Ceci est à rapprocher d’un plan de paix lancé en 2011 également par une quarantaine d’Israéliens éminents et notamment d’anciens chefs du Mossad, du Shin Beth et de l’armée, comme l’ex-chef d’état-major de Tsahal Amnon Lipkin-Shahak, les anciens chef du Mossad Dany Yatom et directeurs du Shin Beth Yaakov Perry et Dany Ayalon, ainsi que l’ex-général et dirigeant du parti travailliste Amran Mitzna, candidat premier ministrable lors des élections de 2002. Un porte-parole du groupe a confirmé les articles selon lesquels le plan presserait Israël d’accepter la formation d’un État palestinien à Gaza et dans presque toute la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est.

D’ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE ! (Ceux-ci seront modérés)

Jo Moreau.

LA LIBYE, UNE GUERRE POUR QUOI FAIRE ??

L’action aérienne actuellement en cours contre l’armée libyenne me laisse perplexe.

Cela ressemble furieusement à une tentative faite par certains dirigeants européens destinée à se dédouaner d’avoir reçu le terroriste de Tripoli avec un faste digne du couronnement de l’empereur Bokassa, dans l‘espoir de contrats juteux. Les premières images reçues du lancement des 110 missiles de croisière me font irrésistiblement penser au démarrage de l’invasion de l’Irak . Celle-ci était aussi dirigée contre un dictateur qui avait retourné ses armes, y compris chimiques, contre sa propre population. Cette action avait à l’époque provoqué les vertueuses protestations de l’ensemble de ces mêmes Européens, et des manifestations enflammées de dizaines de milliers de personnes dans nos villes.

S’il fallait absolument créer cette fameuse « zone d’exclusion aérienne », c’était à la Ligue Arabe à s’en occuper. Plusieurs de ces pays ont une armée parfaitement opérationnelle, avec notamment 3000 aéronefs de combat (avions et hélicoptères). Et ce contrairement à l’armée libyenne, équipée en majorité de matériel obsolète et non entretenu. Le colonel Kadhafi n’avait en effet aucune confiance dans son armée, et s’appuyait surtout sur des milices issues de ses tribus alliées, ou des bandes mercenaires.

La seule intervention aérienne me parait sans issue alors que les combats se passent au sol, et que l’action de l’aviation libyenne me paraissait vraiment très limitée. Se posent alors deux questions : quelle est le but de l’opération voulue par certains européens, et surtout de quelle manière se passera la sortie de crise ? L’explication « pétrolière », brandie si facilement par certains, ne me convainc absolument pas, ni pour cette crise ni pour beaucoup d’autres. L’ exploitation du précieux liquide se trouve déjà dans les mains de multinationales à façade occidentale dont on peut d‘ailleurs se demander d’où proviennent les capitaux qui les contrôlent aujourd‘hui.

L’espoir de voir le chef terroriste de Tripoli fuir son pays ou se rendre me semble très ténu au vu de sa personnalité…

Pourra-t-on dès lors éviter une opération terrestre, scénario catastrophe qui me semble toutefois à envisager sérieusement si on veut éviter le ridicule.

Lorsqu’on constate la réalité libyenne, notamment les relations depuis longtemps conflictuelles entre ses deux principales régions, la Cyrénaïque et la Tripolitaine, son système tribal, et l’absence quasi totale de structure politique, je suis très dubitatif par ce qui se passera le jour où il faudra bien clôturer cette intervention.

Mais le risque principal me semble se situer dans la réaction prévisible des populations arabes en particulier, et musulmanes en général, qui risquent dès à présent de voir dans cette intervention militaire une nouvelle preuve de l’impérialisme des « croisés » occidentaux, et un nouveau motif d’affirmation d’un extrémisme à caractère religieux.

Ce qui me dérange aussi, c’est qu’on se donne bonne conscience à bas prix par une action contre la Libye, action qu’on éviterait soigneusement contre d’autres. Je pense notamment à de nouvelles manifestations réprimées en Chine ou au Tibet, à une action militaire du type Tchétchénie par la Russie, etc… Je suppose qu’on s’abstiendra de toute intervention directe (avec raison d’ailleurs…). Il me semble urgent de définir une politique claire de limitation géographique d’interventionnisme, sauf bien entendu en cas de menace directe contre nos pays.

Enfin, la conséquence la plus immédiate me semble être la preuve de l’incapacité absolue des Européens de mener une opération militaire, quand même d’une ampleur limitée et géographiquement proche, sans l’appui direct ou logistique des Américains. Mais cela, on le savait déjà depuis la guerre en Yougoslavie.

D  ‘ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE

Jo Moreau.

EUROPE : DES REFUGIES PAR CENTAINES DE MILLIERS ?

Dès après la fin de la seconde guerre mondiale, l’ONU eut à gérer des millions de réfugiés, de « personnes déplacées », qui erraient dans une Europe dévastée et en proie à des redécoupages géopolitiques.

Il y avait bien sûr les rescapés des camps d’internement et des camps de concentration nazis, les prisonniers et travailleurs de diverses provenance mais qui, pour des raisons variées, ne désiraient pas être rapatriées dans leur pays d’origine (notamment les Soviétiques, considérés comme traîtres s’ils avaient été faits prisonniers), les 2 ou 3 millions de germanophones expulsés de Pologne et de Tchécoslovaquie, 250.000 juifs rescapés des camps ou issus de différents pays du théâtre des opérations, les apatrides, les enfants et personnes isolées à la recherche de leur famille souvent dispersée ou décimée.

Ce problème fut successivement pris en charge par l’UNRRA (United Nations Relief and Rehabilitation Administration) sous l‘autorité du SHAEF (Supreme Headquarters of the Allied Expeditionary Forces), l’IRO en 1948 (International Refugiee Organisation). En 1951, l’ UNHCR (United Nations High Commissioner for Refugees) fut créé et est toujours opérationnel pour gérer cette problématique très spécifique.

Le premier grand défi auquel fut confronté l’UNHCR en Europe fut l’afflux brutal de 170.000 réfugiés hongrois qui fuyaient leur pays après l’invasion des troupes soviétiques en 1956.

A l’heure actuelle, les chiffres sont très variables mais on estime que 43 millions de personnes de par le monde doivent être considérées comme  candidats réfugiés ou personnes déplacées, chiffre qui comprend vraisemblablement les émigrés clandestins.

La situation actuelle en Afrique et au Moyen Orient, juste après les bouleversements en Tunisie, en Egypte et ceux en cours en Libye, Barhein, Yemen semblent n’être que les prémices d’un changement fondamental dont nul ne peut prévoir les développements dans beaucoup de pays du monde sous régime autoritaire, ou même démocratique (voir le Liban), en ce compris la Chine.

Il ne faut pas se faire de douces illusions : le passage d’un système autoritaire à un système peu ou prou démocratique ne se fera pas en un tournemain, et dans le respect sympathique des anciens tenants des régimes renversés. On peut s’attendre dans ces pays à des années de troubles, de remises en cause, de résultats d’élections aussitôt contestés par ceux à qui ils sont défavorables.

Cette instabilité fait craindre dès à présent un afflux prochain de centaines de milliers de migrants en Europe (certains parlent déjà d‘un million et demi de personnes), composés de groupes de provenances diverses, souvent antagonistes du point de vue non seulement ethnique, mais également politique ou religieux.

Et contrairement à ce qui s’est passé dans une Europe d’immédiate après-guerre confrontée à une tâche gigantesque de reconstruction et de remise en route de l’outil agricole et industriel, en proie à un déficit criant de main-d’oeuvre masculine disparue dans les combats, cet afflux massif se fera aujourd’hui dans un continent confronté à une crise profonde et à un sous-emploi déjà préoccupant.

Dans ces conditions, qu’on le veuille ou non, ces immigrants se heurteront de plus à l’hostilité larvée ou affirmée de nos populations.

Alors, il paraît indispensable d’envisager dès à présent et de planifier des structures aptes à accueillir l’éventuel afflux massif de ces réfugiés potentiels, en tenant compte de leur diversité, sous la responsabilité et avec les moyens humanitaires et financiers de l’ONU.

D ‘ACCORD ? PAS D’ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE !

Jo Moreau

HAITI, DONS EVAPORES ET CAPITAUX ERRANTS.

Il y a un an, Port-Au-Prince était détruit par un violent tremblement de terre.

De nombreux dons furent récoltés par des ONG, des ASBL ou même par des initiatives privées multiples et diverses, et des promesses de transferts de fonds furent annoncés par les gouvernements, même s’ils furent -parait-il- bien moins nombreux que ceux recueillis lors du tsunami en Thaïlande.

Il y a certainement un effet de lassitude, mais surtout de grandes interrogations de la population quant au sort réservé aux montants récoltés ou promis par les gouvernements, et qui sont en fait sortis eux aussi de la poche du contribuable.

On se souvient des questions qui se posèrent sur la répartition des aides destinées à la Thaïlande, et des interrogations graves soulevées par la Cour des Comptes sur les considérables « frais de gestion » retenus par la Région Wallonne.

Ces points ont-ils reçu une justification satisfaisante, ou cela est-il tombé dans un confortable oubli ?

On se souvient aussi qu’ils servirent -en petite partie- au déplacement sur place d’une délégation parlementaire, une goutte d’eau dans l’océan, si j’ose dire, mais interpellante malgré tout quant à l‘usage que certains réservent aux fonds publics.

Le chiffre d’une aide totale de 13,5 milliards de dollars a été cité pour la Thaïlande.

Revenons à Haïti. On nous dit que les aides promises par les Etats ne sont pas arrivées à destination dans leur intégralité. Je veux bien, mais une partie au moins a été transmise. Combien, à qui, et à quoi ont-ils servi ? A voir l’état actuel de la ville 1 an après la catastrophe, et les conditions désastreuses dans lesquelles les malheureux habitants doivent survivre, j’ai de sérieux doutes quant à la pertinence de leurs destinataires… Il y a deux ou trois jours, une ministre haïtienne, très élégante, était interviewée dans le cadre d’un JT. Devant l’étonnement du journaliste quant à l’état actuel de la ville, elle se félicita du fait que les voiries avaient été dégagées, même si les décombres étaient toujours en place. Un an après…

Si certaines (rares) ONG sont bien connues pour leur action volontaire et positive, il en existe quantité d’autres qui recueillent également des fonds, mais dont personne ne sait très bien quelle est leur finalité exacte, ni leur action effective sur place.

Lorsqu’il est fait appel à la solidarité de tous suite à une catastrophe (ou pour toute autre raison), et que des fonds publics sont engagés, j’estime qu’il faut impérativement fournir à la population ,de façon transparente et évolutive:

  • L’identité des structures ayant recueilli des fonds, et leur montant exact.
  • Le décompte des « frais de gestion » et des transferts d’argent réellement effectués, que ce soit par des ONG ou par les pouvoirs publics, et leur(s) destinataire(s).
  • L’obligation pour ceux-ci d’en détailler l’utilisation, quelle que soit l’origine des fonds.
  • Un contrôle strict et indépendant de tout ceci. Il est indispensable de restaurer la confiance de la population, actuellement largement entamée…

Le retour récent de Jean-Claude Duvalier dans le pays dont il fut chassé autrefois, me semble à cet égard surtout justifié par la douce odeur du dollar de l’aide internationale…

Je voudrais aussi relater mon expérience personnelle, bien que ce soit un peu hors sujet. Il y a maintenant de nombreux mois, j’ai effectué un don (minime) à une ONG. Depuis, ma boite aux lettres est encombrée presque quotidiennement par des demandes de dons d‘organismes aussi divers qu‘inconnus de moi, souvent accompagnées de petits cadeaux allant de bics, et passant par des boussoles, des loupes, des porte-clés, des agendas, j’en passe et des meilleurs. Souvent, leurs demandes sont appuyées par des dépliants et revues parfois luxueuses. Et de plus, la lettre d’accompagnement me rend directement responsable de la mort de nombreux petits enfants ou de la misère définitive de nombreuses familles si je n’effectue pas un versement immédiat au moyen du bulletin annexé.

Ce qui me chagrine, et me convainc malheureusement de ne plus jamais recommencer, c’est le coût de cette débauche de publicités et de gadgets en tous genres, qui est de nombreuses fois plus élevé que le don fait au départ …

Jo Moreau.

D’ ACCORD ? PAS D’ ACCORD ?? LAISSEZ VOTRE COMMENTAIRE…