MAI 2021 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprends mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » des principaux articles diffusés sur ma page facebook : « belgotopia ». Peut servir également de piqûre de rappel pour les abonnés…

Bonne lecture !

Jo Moreau.

01 mai

Les USA dépendent fortement de quelques dizaines de «minéraux critiques» . Le plan d’infrastructure du président Joe Biden prévoyant une expansion des véhicules électriques et des énergies renouvelables, la législation «verte» devient plus probable et le changement climatique devient une priorité , les chaînes d’approvisionnement en minéraux critiques sont à nouveau à l’honneur tandis que la Chine a décidé d’ accroître son contrôle sur les exportations de minéraux critiques.

https://www.pbs.org/newshour/nation/the-u-s-is-worried-about-shortages-of-critical-minerals-for-electric-vehicles-military-tech?

03 mai

« Aucun type de temps n’est beau et bon pour tous. Le regard sur le ciel change, y compris pour la même personne, selon les âges de la vie, selon les périodes de travail ou de loisir ». Martine TABEAUD – Géographe, professeure de climatologie à la Sorbonne.

https://belgotopia.com/2021/05/03/a-la-recherche-du-climat-ideal/?

04 mai

Climat : Le Pôle Nord « libre de glace » dans l’ Histoire : Mythe ou réalité ?

http://remy.omp.free.fr/FTP/histoire_de_la_glaciologie/Pole_Nord_libre_de_glace.pdf?

06 mai

« D’énormes changements dans la glace de mer peuvent se produire très rapidement, entraînant des ramifications pour le climat dans le monde entier. Nous ne comprenons toujours pas entièrement les forces qui influencent la variabilité de la glace de mer ». Dominic WINSKI – Professeur adjoint de recherche à l’UMaine Climate Change Institute.

https://phys.org/news/2021-05-ice-core-chemistry-insight-sea.html?

« L’analyse suggère que le dégel du pergélisol était généralisé dans toute la Sibérie jusqu’il y a 400 000 ans.(…) Les résultats suggèrent que le pergélisol terrestre était beaucoup moins stable avant et qu’il était plus enclin au dégel, même pendant les périodes interglaciaires. lorsque les niveaux de température et de dioxyde de carbone atmosphérique étaient comparables aux niveaux modernes ». David McGee, professeur agrégé au Département des sciences de la Terre, de l’atmosphère et des planètes du MIT.

https://phys.org/news/2021-04-cave-deposits-shift-permafrost-years.html?

07 mai

« Le climat d’une région comme la Belgique ne dépend pas du taux atmosphérique de CO2 mais d’autres facteurs (…) Il est donc inutile d’essayer de faire diminuer le taux atmosphérique de CO2 comme le préconisent les politiques actuelles, puisque ce gaz n’a qu’un rôle mineur ou inexistant ».

https://www.science-climat-energie.be/2021/05/07/que-nous-dit-la-temperature-davril-2021-enregistree-en-belgique/?

09 mai

Climat : « Nous estimons que les résultats tels que rapportés par le GIEC montrant une forte augmentation de la température sont irréalistes ». Frans VAN DEN BEEMT – PhD – Physique et Etudes scientifiques – Ex professeur d’universités.

https://sciencetalks.nl/the-physics-of-doubling-co2-full-version/?

« L’élévation absolue du niveau mondial de la mer est estimée à 1,7 ± 0,3 millimètre / an au cours du 20e siècle ».

https://tidesandcurrents.noaa.gov/sltrends/regionalcomparison.html?region=USNA&

14 mai

« On voudrait faire croire qu’il va être possible de produire économiquement et industriellement de l’hydrogène à partir de l’énergie éolienne ou solaire. (…) Ces mêmes industries courent aujourd’hui derrière l’utopie de l’hydrogène dont on sait pourtant depuis un siècle qu’elle n’a aucun sens économique. (…) Nous devons observer que depuis le début de ce siècle nous vivons dans la précipitation énergétique ». Samuel Furfari – Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

https://www.science-climat-energie.be/2021/05/14/energie-il-faut-tenir-compte-du-passe/?

15 mai

Climat : « la Russie a qualifié la récente tendance mondiale vers de nouveaux objectifs ambitieux de réduction des gaz à effet de serre comme une « course déraisonnable ». Imposer des taxes carbone sur les importations, bénéficiera injustement à un petit nombre de pays ». (via climate change dispatch).

https://news.trust.org/item/20210513163045-87gyy?

« Les variations du positionnement de la Terre par rapport au Soleil ont fait avancer et reculer la calotte glaciaire, ce qui a modifié les conditions météorologiques — déclenchant des processus qui peuvent accélérer la perte ou le gain de glace. (…) La recherche est basée sur la modélisation du climat et des comparaisons de données pour le Miocène moyen (il y a 13 à 17 millions d’années), lorsque le dioxyde de carbone atmosphérique et les températures mondiales atteignaient des niveaux similaires à ceux attendus d’ici la fin de ce siècle ».

L’étude a été réalisée par le Met Office, les universités d’Exeter, Bristol, Cardiff et Stockholm, NORCE et le Bjerknes Center for Climate Research.

https://phys.org/news/2021-05-antarctic-ice-sheet-retreat-trigger.html?

22 mai

 « Le nombre de morts, de personnes affectées ainsi que le montant des dommages économiques résultant des désastres naturels ont tous, en valeur relative, diminué ou sont restés stables au cours de ces années ». Ludwik BUDYN, Licencié en Sciences Chimiques.

https://www.science-climat-energie.be/2021/05/21/la-catastrophe-planetaire-annoncee-pour-quand-exactement/?

« Les scientifiques ont confirmé le fait que les régions arctiques proches du Spitzberg se réchauffent (…) Depuis 1910, la hausse cumulée des températures hivernales ont atteint approximativement 16°f. ». The Wodonga Sentinel – 29.09.1939. (via climate real science).

1939 sept 29

« La croissance de la température de surface mondiale a ralenti de façon inattendue entre 1998 et 2013 malgré la forte augmentation des émissions de gaz à effet de serre (…) Les modèles surestiment considérablement le taux de réchauffement observé de la période récente. L’AR5 du GIEC a déclaré: « Presque toutes les simulations historiques du CMIP5 ne reproduisent pas le récent hiatus de réchauffement observé » . Meng WEI – First Institute of Oceanography, and Key Laboratory of Marine Science and Numerical Modeling, Ministry of Natural Resources, Qingdao, 266061, China.

https://link.springer.com/article/10.1007/s11430-020-9740-3?

25 mai

climat capsule 61

26 mai

Après l’apparition sur les antennes de TIPIK, hier soir, de l’experte en climatologie 🙂 Adélaïde Charlier, un billet déjà ancien :

https://belgotopia.com/2019/07/26/lettre-ouverte-a-greta-anuna-adelaide-et-autres-mioches/?

27 mai

« L’épaisseur surprenante de la glace de mer dans l’Arctique est une bonne nouvelle pour les ours polaires ». Susan CROCKFORD – Ex professeure d’anthropologie – Université de Victoria.

https://polarbearscience.com/2021/05/27/surprising-sea-ice-thickness-across-the-arctic-is-good-news-for-polar-bears/?

28 mai

« Depuis février 2020, la « température moyenne globale » de la basse troposphère chute de manière presque constante, et cela ne semble pas terminé (…)  Arrêtons donc de regarder le taux de CO2 pour essayer d’expliquer la température du globe et focalisons-nous sur tous les autres paramètres. ».

https://www.science-climat-energie.be/2021/05/28/sce-info-la-temperature-moyenne-globale-est-en-train-de-chuter/?

30 mai

« Les conditions météorologiques extrêmes que nous connaissons sont toujours dominées par les fluctuations naturelles. Des changements rapides et effrayants n’apparaissent nulle part dans les données d’observation, comme le montre cette revue annuelle ». Ole HULUM – Former Professor of Physical Geography at the University Centre in Svalbard, Norway, and Emeritus Professor of Physical Geography, University of Oslo, Norway.

https://www.thegwpf.org/content/uploads/2021/05/State-of-the-Climate-2020.pdf?

« En sous-estimant l’effet de refroidissement des particules de fumée dans le monde préindustriel, les modèles climatiques auraient peut-être surestimé l’effet de réchauffement du dioxyde de carbone et d’autres gaz à effet de serre afin de tenir compte des augmentations observées des températures de surface. Les climatologues savent que la génération la plus récente de modèles climatiques surestime la sensibilité de la température de surface aux gaz à effet de serre, mais nous ne savons pas pourquoi ni dans quelle mesure ». Pengfei LIU – PhD – Assistant professor School of Earth and Atmospheric Sciences at Georgia Tech.

https://www.sciencedaily.com/releases/2021/05/210528152517.htm?

« Les poissons ont prospéré sous les tropiques pendant l’ancienne période chaude, malgré les températures océaniques élevées (…) Une autre possibilité est que les poissons marins à cette époque étaient tout simplement plus résistants que les chercheurs ne l’avaient pensé. Après tout, ils ont évolué au début de l’ère cénozoïque, lorsque les climats étaient déjà plusieurs degrés plus chauds qu’aujourd’hui. ». Sanaa EL-SAYED – Co-founder and vice director of Mansoura University Vertebrate Paleontology center (Egypt).

https://www.sciencedaily.com/releases/2021/05/210525101706.htm?

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

MARS 2021 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprends mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » des principaux articles diffusés sur ma page facebook : « belgotopia ». Ou une piqûre de rappel pour les abonnés…

Bonne lecture !

Jo Moreau.

2 MARS

Record de chaleur pour un 2 mars à Bruxelles.

Le 2 mars 1928, on a relevé 18.2°C à Bruxelles.

3 MARS

« Les tempêtes tropicales sont associées à d’énormes quantités d’énergie, et ces ouragans spatiaux doivent être créés par un transfert exceptionnellement important et rapide d’énergie éolienne solaire et de particules chargées dans la haute atmosphère de la Terre. Le plasma et les champs magnétiques dans l’atmosphère des planètes existent dans tout l’univers, donc les résultats suggèrent que les ouragans spatiaux devraient être un phénomène répandu ». Mike LOCKWOOD, spécialiste de l’espace à l’Université de Reading.

https://phys.org/news/2021-03-space-hurricane.html

9 MARS

Climat : « Les modèles plus récents avec une « sensibilité climatique » élevée – c’est-à-dire qu’ils prédisent un réchauffement global beaucoup plus important à partir des mêmes niveaux de dioxyde de carbone atmosphérique que les autres modèles – ne fournissent pas un scénario plausible du climat futur de la Terre. ». Chenggong WANG – Sciences atmosphériques et océaniques – Princeton university.

https://phys.org/news/2021-03-high-climate-sensitivity-plausible.html?

Le climat et l’endoctrinement des jeunes.

https://belgotopia.com/2021/03/09/le-climat-et-lendoctrinement-des-jeunes/?

12 MARS

Climat : « Il semblerait qu’une grande partie du réchauffement global, qui ne peut être nié, soit donc causé par d’autres facteurs que le taux de CO2 atmosphérique. L’effet de chaleur urbain jouerait un rôle plus important qu’on ne le pense ».

https://www.science-climat-energie.be/2021/03/12/chaleur-urbaine-et-temperature-globale/?

14 MARS

« L’Australie a enregistré son été le plus humide et le plus frais depuis au moins cinq ans ».

https://phys.org/news/2021-03-wettest-summer-yearsbut-la-nina.html?

Climat : « Si certaines zones arides peuvent s’étendre, les modèles climatiques ne prévoient pas qu’il y aura une expansion mondiale spectaculaire et rapide des zones arides ». Kaighin McColl, professeur adjoint de sciences de la Terre et des planètes et de science et génie de l’environnement à Harvard John A. Paulson School of Engineering and Applied Sciences (SEAS).

https://www.seas.harvard.edu/news/2021/03/climate-change-may-not-expand-drylands?

17 MARS

« Tous les glaciers du Groenland oriental fondent rapidement (…) On peut dire que les glaciers norvégiens sont confrontés à la possibilité d’un effondrement c atastrophique ». Rochester Democrat – 17.12.1939 (via Real Climate Science).

1939 dec 17 - 17.03.2021

18 MARS

Climat : « Nous avons cette vision vraiment rare d’une période chaude dans le passé qui était sans doute la période où il faisait plus chaud que le présent dans l’Arctique ». Sarah CRUMP – Institut de recherche arctique et alpine (INSTAAR). – Laboratoire de paléogénomique de l’Université de Californie à Santa Cruz.

https://phys.org/news/2021-03-arctic-lush-green.html?

Climat : « La calotte glaciaire au sommet du Groenland – qui contient suffisamment d’eau gelée pour submerger les villes côtières du monde entier – a fondu au sol au moins une fois au cours du dernier million d’années malgré des niveaux de CO2 bien inférieurs à ceux d’aujourd’hui ». Paul BIERMAN – Géologue à l’Université du Vermont.

https://phys.org/news/2021-03-greenland-ice-million-years.html?

19 MARS

« Faire croire que l’éolien et le photovoltaïque peuvent remplacer le nucléaire en confondant volontairement capacité installée (en W) et production (en Wh) et en ignorant simultanément l’intermittence de ces renouvelables est un mensonge éhonté dont la finalité est la bêtification du citoyen ». A. Berger, E. Mund, Professeurs UCLouvain ; S. Furfari, P. Kunsch, Ch. Leclercq‐Willain, Professeurs ULB ; J. Marlot et G. Van Goethem, Ingénieurs, membres de 100TWh.

https://www.science-climat-energie.be/2021/03/19/comment-betifier-le-citoyen-en-belgique/?

23 MARS

« le GIEC n’a aucune preuve tangible de l’existence d’une crise (climatique). Il n’a aucun calcul qui puisse être examiné et vérifié. Il n’a que des avis et des estimations d’experts ».

https://belgotopia.com/2021/03/23/les-changements-climatiques-entre-faits-scientifiquement-etablis-et-actes-de-foi/?

24 MARS

Climat : « La sensibilité au climat n’est pas le seul déterminant du réchauffement atmosphérique. La variabilité naturelle est une pièce importante du puzzle. » Stephen Po-Chedley – Climatologue du Lawrence Livermore National Laboratory (LLNL).

https://phys.org/news/2021-03-natural-variations-climate-puzzle.html?

27 MARS

UN  INCROYABLE  RECHAUFFEMENT  CLIMATIQUE …

D’après certaines études, il apparait que dans les quatre ou cinq prochains mois, la température moyenne va augmenter de 10 à 15 degrés. En quelques semaines !!! Y survivrons- nous ?

Ma revue de presse -3-

https://belgotopia.com/2021/03/27/climat-transition-energetique-et-green-deal-ma-revue-de-presse-3/?

29 MARS

« L’affirmation selon laquelle les forêts anciennes jouent un rôle important dans l’atténuation du changement climatique, fondée sur l’argument selon lequel même les forêts les plus anciennes continuent à aspirer du CO 2 hors de l’atmosphère, est réfutée par des chercheurs de l’Université de Copenhague. Les chercheurs documentent que cet argument est basé sur des données mal analysées et que l’effet d’atténuation du climat des forêts anciennes et non gérées a été largement surestimé ». Université de Copenhague – Faculté des sciences

https://www.sciencedaily.com/releases/2021/03/210325150055.htm?

31 MARS

climat capsule 60

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

À LA RECHERCHE DU CLIMAT IDÉAL

belgotopia 52

Martine TABEAUD est une géographe, professeure de climatologie à la Sorbonne. Elle considère l’action de l’homme sur l’environnement comme une réalité dont il faut tenir compte, mais s’efforce aussi de relativiser son rôle dans l’évolution climatique entre la représentation du mythe d’un climat idéal et la réalité géographique et historique.

L’article dont j’ai extrait quelques passages est paru en 2017, et mérite assurément d’être lu dans son intégralité. (1)

Jo Moreau

Le besoin de comprendre le monde où s’inscrit toute vie humaine conduit à donner du sens aux observations effectuées au quotidien. Ainsi se construisent les croyances, mais aussi les savoirs. Le temps qu’il fait, ses invariants comme ses inattendus, n’échappe pas à cette règle. Les images que les hommes se font des ciels servent à donner une cohérence au monde dans lequel ils vivent. Ils vont chercher à marier dans une vérité affirmée un stock de connaissances scientifiques, techniques, culturelles, sociales, historiquement datées et spatialement localisées. Ce que révèlent dictons, expressions toutes faites, voire slogans que tout un chacun a pu entendre ici ou là.

Et d’ailleurs, depuis la fin du XXe siècle, nous ne cessons d’entendre qu’« avec le changement climatique, il est temps d’agir », que ce soit dans la bouche de hauts responsables politiques, de membres d’associations écologistes, ou même d’hommes et de femmes peu engagés dans le militantisme. Il est question de « sauver le climat », d’agir « sur » le climat, ou « pour » le climat. Voilà qui a de quoi surprendre une géoclimatologue (abréviation de géographe climatologue).

Derrière ces slogans se cachent deux idées principales.

D’une part, un changement de paradigme. Les humains seraient devenus maîtres des forces naturelles. Fini la soumission à ce qui nous dépassait, les moyens d’agir existeraient. Cet aspect ne sera pas privilégié ici, car il a fait l’objet de nombreux écrits comme les travaux de modélisation du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat ou ceux discutant des succès et des infortunes des COP.

D’autre part, le postulat de l’existence d’un « climat dégradé, déréglé et donc implicitement d’une référence à un « climat idéal , un climat étalon ». Mais quelle est cette situation optimale vers laquelle il faudrait tendre ? Pour qui ? S’il s’agit d’un enjeu collectif, voire commun, par qui est-il défini comme tel ?

Une éternité figée : inventer le paradis climatique

 Le climat est une abstraction de l’attendu atmosphérique pendant une année. Le concept est malléable selon les cultures, il se prête donc bien aux interprétations subjectives. Parmi elles, on peut compter les écofictions, très en vogue depuis la fin du XXe siècle. Elles font une large place aux événements météorologiques extrêmes et sont plutôt des mythologies de la fin du monde. Elles réactivent des récits de catastrophes qui fondent de très anciens mythes, comme celui du Déluge .

On doit alors se demander si le climat idéal, le paradis climatique, se définirait plus par ce qu’il exclut que par ce qu’il est.

Inventer le jardin d’Éden.

 L’invention du paradis est une réponse à la désillusion face au monde dans lequel les humains vivent, marqué par la destruction de la nature nécessairement bonne, par les guerres, les menaces diverses, la disparition des cultures ou des identités. Les discours nostalgiques insistent sur la perte des grandeurs et merveilles du passé et considèrent comme nécessaire la survenue du cataclysme qui a modifié le cours en apparence immuable des choses. Il y a un avant et un après ce bouleversement. Le paradis, c’est avant. Quel était le climat alors ? Un printemps éternel, une brise légère, et de l’eau à profusion… (…)

Chiffrer et modéliser l’idéal climatique.

 Les approches quantitatives du GIEC n’échappent pas au flou sur la qualité du climat planétaire. Le mot climat n’est même pas défini dans le premier rapport de 1990. Le glossaire de 2001 définit système climatique, temps moyen, et consacre cinq rubriques au changement climatique. En 1992, le GIEC oppose « les changements climatiques […] attribués aux activités humaines […] qui altèrent l’atmosphère » et « la variabilité climatique due à des causes naturelles ». L’altération du climat par les activités humaines cause ses dérèglements. Mais quel était le stade antérieur ? Un seuil de + 2 °C a été défini à la COP de Copenhague en 2009, puis entériné l’année suivante, comme bascule vers un climat inconnu mais néfaste. En choisissant le début de l’ère industrielle (1880-1899) comme base de référence, on considère de facto l’avant préindustriel comme normal, si ce n’est idéal. D’ailleurs, les actions menées pour limiter les émissions de gaz à effet de serre tentent un retour vers cet état initial. Et toutes les représentations des climats futurs (graphes, cartes…) sont présentées comme des anomalies par rapport à cette référence. Quant aux images de l’avenir à cinquante ou cent ans, elles utilisent abondamment le rouge, couleur du danger, du niveau maximal d’alerte.

Cette manière de penser le climat renvoie irrémédiablement à la notion de climax due à l’Américain Frederic Edward Clements, en 1916. Il a utilisé ce terme grec signifiant « escalier », « échelle », pour désigner l’état final stable d’une formation écologique réalisant l’équilibre entre topographie, sol et climat. Mais ce concept est très théorique et très discutable, car les composantes du milieu évoluent en permanence, avec ou sans action humaine. Ce stade supposé parfait ne peut donc être atteint.

Pourtant, Catherine et Raphaël Larrère jugent cette notion utile dans la mesure où « il faut bien se représenter une nature avant sa transformation.

Outre la vision fixiste qui privilégie les états aux processus, Jean-Marc Drouin se demande : « N’y a-t‑il de climax possible que dans un environnement dont l’homme serait absent.

Le climat, tout comme le climax, idéal vu par le GIEC consacre l’extériorité des humains à la nature. Cette dernière n’existe plus dès lors qu’il y a actions humaines. Et comme l’atmosphère est un continuum, il ne peut subsister de reliques localisées du climat d’avant l’homme… Si, aujourd’hui, il convient de penser l’appartenance des humains à la nature pour habiter la planète de façon responsable, ces concepts d’idéaux climatiques de conte de fées ne doivent-ils pas être abandonnés ? Car pour paraphraser Marcel Gauchet : n’y a-til pas de la haine des hommes dans ce soudain amour du climat.

« Pour le dire brutalement, il y a bien de la haine des hommes… ?

(…)

Un instantané incertain : choisir sa météo à la carte

 Les besoins en eau liquide, en neige, en vent, etc., ne sont pas les mêmes pour tous au même endroit, au même moment. Tel jour d’août, l’éleveur souhaite la pluie, le plagiste le soleil. Un même élément caractéristique du temps qu’il fait est vécu, perçu, différemment : par les uns comme une contrainte, par les autres comme une ressource. Aucun type de temps n’est beau et bon pour tous. Le regard sur le ciel change, y compris pour la même personne, selon les âges de la vie, selon les périodes de travail ou de loisir. La quête d’un instant présent en adéquation avec ses désirs va parfois conduire à chercher des parades aux contrariétés venues du ciel.

 Fabriquer le temps.

(…) Célèbres sont les défilés-parades sur la place Rouge lors de la célébration de la révolution d’Octobre. Ils ont lieu en automne alors que les ciels sont bas et les brouillards denses. Ces conditions de visibilité ne permettent pas une retransmission télévisuelle idéale. D’où l’aspersion dans le quartier dans les heures précédentes de particules qui les font précipiter. Ces transformations du temps qu’il fait sont devenues un métier pour plusieurs milliers de météorologues chinois employés au « Bureau des modifications météorologiques » de Pékin et chargés de provoquer des précipitations lors d’incendies, de limiter les effets des vents de sable, etc. Ils se sont rendus célèbres en 1997 en affirmant qu’ils sauraient faire neiger pour le Nouvel An, puis lors des Jeux olympiques de Pékin en 2008 en se targuant de savoir briser les nuages de pluie lors des compétitions.

Certes, il y a des procédés pluriséculaires, comme le paratonnerre, qui dévie la foudre sur une cible. D’autres n’ont que quelques décennies : dissiper le brouillard sur des pistes d’aéroport en l’ensemençant avec de l’iodure d’argent pour le faire « tomber » (précipiter). Il est aussi possible de limiter le gel sur des vignobles de qualité en brassant l’air avec des souffleries. Mais ces méthodes, très coûteuses, ont une action réduite à un temps court dans un espace restreint ; et elles ne peuvent s’appliquer qu’à des phénomènes météorologiques connus et prévus.

Prédire le temps.

 Les états de l’atmosphère changent en permanence, et nul changement ne peut être prévu avec certitude. Or, dans un environnement perçu comme instable et inquiétant, de plus en plus d’individus ressentent le besoin de tout maîtriser pour se rassurer. Faute de pouvoir agir sur l’atmosphère, ils cherchent à maîtriser leur corps et leur activité, d’où la nécessité pour eux d’être informés de ce qui peut arriver. L’annonce des prévisions météorologiques la veille pour le lendemain ne suffit plus ; ils veulent être en permanence connectés en temps réel. Météo France propose ainsi une application mobile, pour « rester en permanence informé du niveau d’alerte des conditions météo du lieu de votre choix ». Plutôt que de regarder le nuage noir qui avance dans le ciel, scruter sa montre connectée qui annonce la pluie imminente rassure. L’impression d’impuissance, de vulnérabilité face à l’imprévu témoigne d’une incapacité à accepter les aléas quels qu’ils soient, de la difficulté à vivre une nouveauté météorologique qui pourtant a de fortes chances de ne pas être inédite.

Pour les professionnels, cette attitude conduit à une surenchère prévisionnelle entre services privés et publics concurrents, qui finit par les pousser à prévoir l’imprévisible ! Elle entretient par ailleurs l’illusion qu’une prévision en permanence réajustée est un outil efficace pour prendre une décision. Mais l’accumulation de données sur des phénomènes de petite taille comme un orage multiplie les incertitudes. Le risque d’apparition (fort/moyen/faible) se précise avec l’approche du phénomène. Au final, le plus souvent, le choix n’a été que différé.

(…)

Conclusion

 Lorsque les sondeurs interrogent les Français (sondage effectué en 2008) de quinze questions (logement, emploi,…) sur le département où la météo est idéale, ils plébiscitent le climat méditerranéen. Les treize départements les mieux classés bordent tous la Grande Bleue (1er : Var, 2es : Alpes-Maritimes et Bouches-du-Rhône) alors que les Ardennes, les Vosges et la Meuse forment le trio de queue. Ce que confirme en partie la question sur la meilleure qualité de vie, qui classe derniers la Seine-et-Marne, le Rhône et les Hauts-de-Seine, et dans le peloton de tête les départements du Sud en général (1er : Lozère, 2e : Pyrénées-Orientales, 3e : Ariège). Or, dans le même temps, les sondés se disent très préoccupés par le changement climatique, qui doit conduire un tiers de la France à subir un climat plus chaud, plus méditerranéen ! Il en est de même des retraités nord-américains qui choisissent de passer leurs dernières années en Floride ou en Californie, des Européens qui privilégient les Suds du continent. Tous cherchent à gagner deux à trois degrés, ce seuil fatidique à ne pourtant pas franchir. Les imaginaires forment, déforment et transforment les éventuels dangers.

Avec la soif d’idéal, que ce soit à propos du climat, d’une saison, du temps quotidien, se joue la quête du bonheur. « Et pourtant je vous dis que le bonheur existe / Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues », comme l’écrit Aragon .

(1) https://www.cairn.info/revue-communications-2017-2-page-21.htm

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

ENTHOUSIASME FINANCIER POUR LA LUTTE CLIMATIQUE

dollar

Michael Kile est titulaire d’une maîtrise de l’Imperial College of Science and Technology de l’Université de Londres. Il est également titulaire d’un BSc en géologie et géophysique de l’Université de Tasmanie et d’un BA de l’Université d’Australie-Occidentale.

Le texte qui suit fut repris en janvier 2021 par le média « Quadrant on-line » (1). Il met en lumière la récupération de la lutte contre un prétendu changement (réchauffement, dérèglement) climatique engagé par le monde financier et économique.

J’en ai extrait plusieurs passages, dans une traduction « maison ».

Jo Moreau

Si Machiavel envisageait d’élaborer une stratégie pour piloter le plus grand transfert financier de l’histoire, la monétisation du « changement climatique » -sous prétexte de sauver la planète Terre d’une apocalypse causée par l’homme- serait en tête de sa liste. Les mondialistes et les experts climatiques y sont également très attachés. L’un d’eux est le Dr Mark CARNEY, ancien gouverneur de la Banque Centrale du Canada et ensuite de la Banque Centrale d’Angleterre, nommé depuis comme le nouvel Envoyé spécial d’Antonio Gutierez, le Secrétaire général des Nations Unies pour l’action climatique et les finances.

Dr Carney : Un marché en mutation vers le « net zéro » qui peut accélérer la transition vers une économie sobre en carbone est en cours d’élaboration. Il s’agit de transformer un risque existentiel en l’une des plus grandes opportunités commerciales de notre temps. Il est maintenant à notre portée de créer un cycle vertueux d’innovations et d’investissements pour un monde « net zéro » que les gens exigent et que les générations futures méritent. De cette manière, le financement privé peut infléchir le sens de l’histoire vers la justice climatique. (2)

Un « monde ‘net zéro’ que les gens réclament » est une tactique aussi ancienne que Mathusalem. Effrayez suffisamment les gens – en particulier les jeunes – en leur faisant croire ce que vous voulez qu’ils croient, et bientôt ils feront pression sur les états, les entreprises, les fonds de pension et les crédules pour qu’ils soutiennent l’idéologie ‘Net Zero’ au nom de la « justice climatique ».

Les aléas météorologiques étaient autrefois attribués à des dieux ou à des démons, mais plus maintenant. Beaucoup de gens affirment aujourd’hui ad nauseum que le monde développé est le responsable principal de la plupart, sinon de la totalité, de la variabilité atmosphérique.

Une nouvelle religion a été créée dans la foulée. Les mauvaises prédictions prolifèrent à un rythme jamais vu depuis l’âge de Jérémie. Suivez les prophètes larmoyants et vous pourrez récolter de gros profits grâce à l’une des « plus grandes opportunités commerciales de tous les temps ». Dans l’utopie du ‘Net Zero’, tout le monde sera gagnant. Tout ce qui est nécessaire pour réaliser ce fantasme vert est un prix arbitraire du «carbone» (dioxyde) de 75 $ US la tonne.

Dr Carney : Pour débloquer ce marché, qui pourrait valoir plus de 100 milliards de dollars par an, nous avons besoin d’une bonne infrastructure pour connecter les besoins des entreprises qui ont ou sont en train de mettre en place des objectifs ‘net zéro’, avec l’offre de compensations dans les pays du monde entier. Un nouveau groupe de travail du secteur privé s’emploie à créer ce marché critique à temps pour le sommet de Glasgow de l’année prochaine. – Conférence Reith 4, transcription, page 6 (3)

Le jour de Noël 2020, deux milliards de personnes ont célébré une naissance divine dans une crèche. Le lendemain du jour de Noël 2020, il y eut un autre miracle, révélé sur BBC Radio 4. Quelques économistes, banquiers, bureaucrates et alarmistes soigneusement sélectionnés se sont réunis pour parler d’une « solution du marché à la crise climatique ». Oui, nous pouvons être sauvés du péché des émissions diurnes. La rédemption est possible, mais seulement si nous avons la foi, et adoptons une grande remise en question de nos valeurs. Big Climate souhaite qu’un « mécanisme à cliquet » contraignant pour les pays récalcitrants soit approuvé lors de la Conférence de l’ONU à Glasgow (COP26) en novembre. Les évangélistes de « Together for our planet », les fanatiques de « Extinction Rebellion », Joe Biden et peut-être certains « Climate Kids » soumis au lavage de cerveau de la NASA, sont ravis de cette perspective. Le choix est saisissant: soit partir pour une longue marche vers la Terre Promise de ‘Net Zero’, soit faire face à une catastrophe d’ici 2050.

Ou malgré des preuves scientifiques accablantes, la société sous-investit toujours dans la lutte contre le changement climatique, même si les actions d’aujourd’hui seront moins coûteuses que celles requises à l’avenir.

Que le climat change n’est guère surprenant. Il le fait depuis que la planète a acquis une atmosphère. Ce qui est surprenant, c’est que tant de gens en accusent le « carbone » alors que la controverse porte en réalité sur 0,04% d’un gaz trace invisible, le dioxyde de carbone. Compte tenu de son rôle vital dans la photosynthèse, aspirer à un monde ‘zéro carbone’ est une étrange aspiration.

Dr Carney : Nos océans sont devenus 30% plus acides depuis la révolution industrielle. Le niveau de la mer a augmenté de 20 centimètres au cours du siècle dernier, le taux d’augmentation ayant doublé au cours des deux dernières décennies. Le rythme de la perte de glace dans l’Arctique et l’Antarctique a triplé au cours de la dernière décennie. Les événements climatiques extrêmes, les ouragans, les incendies de forêt et les crues soudaines se multiplient. Ce qui était biblique est en train de devenir monnaie courante. – Conférence Reith 4, transcription, page 2

Il y a une bouffée d’arguments par fausse analogie ici aussi. Si A est semblable à B, et si A a la propriété P, donc B a la propriété P. Ceci est vrai si -et seulement si- A est vraiment semblable à B.

COVID-19 n’est pas comme le changement climatique, sauf dans un sens général : les deux sont des phénomènes naturels qui affectent potentiellement tout le monde. Les deux peuvent facilement déclencher l’angoisse pour l’avenir. Ils sont, bien sûr, fondamentalement différents. Covid-19 est la séquence du génome d’ADN identifiée par des chercheurs chinois au début de l’année dernière, et les mutations qui s’ensuivent. Le changement climatique est ce que vous voulez qu’il soit : par exemple, tout événement météorologique extrême pour lequel le monde développé devrait payer des dommages et intérêts.

Il y a une autre différence. Des expériences et des essais sont possibles avec COVID-19,. Essayez de déplacer une petite planète dans votre laboratoire!

Même quelques articles évalués par des pairs, comme celui-ci – « Théorie contrefactuelle causale pour l’attribution des événements météorologiques et climatiques » – reconnaissent le défi. Les chercheurs doivent évoquer un « monde contrefactuel » (4) pour faire valoir leur point de vue, un monde hypothétique de « contrôle » supposé être affecté uniquement par des « forçages » naturels et de la variabilité.

De tels aveux apparaissent rarement dans les communiqués de presse de l’orthodoxie. Ce sont les sombres secrets du grenier de Big Climate.

Voir aussi https://quadrant.org.au/opinion/doomed-planet/2019/08/climate-hysteria-follow-the-money/

Et si l’alarmisme climatique actuel était davantage motivé par la peur de l’inconnu – et de l’inconnaissable – que par des données vérifiables ? Et si le seul vaccin capable de nous inoculer contre l’ambition du contrôle climatique était une dose quotidienne d’humilité ?

Et si le climat de la planète – comme le virus corona et la croissance de la population humaine – était hors de notre contrôle ? Et si la nature nous contrôlait, et non l’inverse?

 Voir aussi https://quadrant.org.au/opinion/doomed-planet/2019/08/climate-hysteria-follow-the-money/

(1) https://quadrant.org.au/opinion/doomed-planet/2021/01/when-smart-people-get-the-climate-crazies/

(2) https://www.un.org/fr/climatechange/mark-carney-investing-net-zero-climate-solutions-creates-value-and-rewards

(3) https://downloads.bbc.co.uk/radio4/reith2020/Reith_2020_Lecture_4_transcript.pdf

(4) https://journals.ametsoc.org/view/journals/bams/97/1/bams-d-14-00034.1.xml

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

LES ÉPOUVANTABLES CONSÉQUENCES DU CHANGEMENT CLIMATIQUE (7)

belgotopia 36

Ceux qui me font l’honneur (et le plaisir) de consulter régulièrement ma page Facebook « belgotopia » peuvent y suivre la rubrique : « Dans l’hallucinante série : les délires climatiques », qui distille à doses homéopathiques la litanie des épouvantables conséquences du réchauffement (changement- dérèglement) climatique qui nous attendent.

Elles décrivent presque toutes un futur aléatoire proche ou lointain, et bien entendu pratiquement toujours rédigées au conditionnel …

Celles-ci émanent soit de médias, soit de revues scientifiques dont on ne peut décemment mettre le sérieux en doute. Et ces études, ne l’oublions pas, sont majoritairement financées par l’argent public, soit le vôtre et le mien.

Les trois cents cinquante premières furent rassemblées dans six billets, que je vous engage vivement à (re)consulter :

https://belgotopia.com/2017/06/02/les-epouvantables-consequences-du-changement-climatique/

https://belgotopia.com/2018/10/02/les-epouvantables-consequences-du-rechauffement-climatique-2/

https://belgotopia.com/2019/04/02/les-epouvantables-consequences-du-rechauffement-climatique/

https://belgotopia.com/2019/10/08/les-epouvantables-consequences-du-changement-climatique-4/

https://belgotopia.com/2020/04/20/les-epouvantables-consequences-du-changement-climatique-5/

https://belgotopia.com/2020/09/16/les-epouvantables-consequences-du-changement-climatique-6/

Mais je comprends que leur consultation puisse être fastidieuse, quoique délassante pendant les longues soirées d’hiver. Aussi, j’ai établi mon petit « best of » que voici, soit une étude par cinquante cas. Chacun peut choisir les siens…

  1. La hausse des océans due au réchauffement climatique pourra doter les humains de pieds et mains palmées.
  1. L’inaction devant le réchauffement climatique sera catastrophique, et ceux qui ne mourront pas deviendront cannibales.
  1. Le réchauffement climatique provoque un manque de personnel dans les maisons closes.
  1. Suite au réchauffement climatique, les océans pourraient se mettre à bouillir.
  1. Les races de chiens à nez court menacés par le réchauffement climatique.
  1. Le réchauffement climatique provoquera le dégel de 66 tonnes d’excréments d’alpinistes en Alaska.
  1. Le réchauffement climatique favorise l’invasion de la France par les perruches.

Voici donc les cinquante suivantes, et j’en ai encore un nombre considérable en réserve, car nous sommes soumis à une véritable avalanche de constatations et prédictions terrifiantes, dans une volonté manifeste d’endoctrinement de la population ! La plupart sont largement diffusées, et contribuent grandement au sentiment de peur instillé plus particulièrement parmi les enfants et lycéens. Et l’Histoire nous montre à quel point ces derniers sont manipulables.

Afin d’atteindre cet objectif, peu importe les mensonges et approximations.

Et pour savoir de quoi on parle :

« Le réchauffement climatique global s’élève à 1,02°C pour la période de 1880 à 2020. Soit une augmentation moyenne de 0,075°C tous les 10 ans » (chiffres NASA).

Alors, vous aussi, affolez-vous sans réserve !

Jo Moreau.

  1. Réapparition du criquet italien en Belgique, sans doute due au changement climatique.

https://www.lalibre.be/planete/environnement/un-insecte-reapparait-en-belgique-apres-un-siecle-d-absence-5d4d805bd8ad5859353fb19a

  1. Le réchauffement climatique responsable de l’apparition d’un anthrax (maladie du charbon) en Sibérie.

https://www.futura-sciences.com/sante/actualites/maladie-rechauffement-climatique-reveille-anthrax-siberie-63807/

  1. Les changements climatiques pourraient être la cause d’une crise économique semblable à 2008.

https://www.vice.com/en_us/article/ne8amk/four-ways-the-climate-crisis-could-trigger-a-2008-style-economic-crash

  1. Le changement climatique responsable d’une invasion de criquets en Afrique de l’Est.

https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/arthropodes/les-criquets-derniere-plaie-d-une-afrique-de-l-est-accablee-par-des-variations-climatiques-extremes_140844

  1. Le réchauffement climatique est responsable de l’acidification des océans qui dissout la carapace des crabes.

https://www.futura-sciences.com/planete/breves/rechauffement-climatique-oceans-deviennent-tellement-acides-quils-rongent-carapace-crabes-1874/

  1. Le changement climatique précipite la Terre vers un dangereux point de non-retour.

https://www.nationalgeographic.fr/environnement/2019/12/le-changement-climatique-precipite-la-planete-vers-un-dangereux-point-de-non

  1. Le changement climatique pourrait augmenter le risque d’épidémies de grippe.

https://phys.org/news/2020-01-rapid-weather-flu.html

  1. Le réchauffement climatique provoque le rapetissement des sardines.

https://www.sciencesetavenir.fr/animaux/animaux-marins/des-sardines-de-plus-en-plus-petites_141109

  1. Le réchauffement climatique favoriserait l’obésité et la baisse de QI chez les enfants.

https://dailygeekshow.com/rechauffement-climatique-consequences/?

  1. Le réchauffement climatique responsable de l’augmentation des cas de peste acridienne en Afrique de l’Est.

https://www.standaard.be/cnt/dmf20200208_04840564?

  1. Le changement climatique pourrait déclencher davantage de glissements de terrain en Asie.

https://phys.org/news/2020-02-climate-trigger-landslides-high-mountain.html

  1. Le changement climatique favorise l’expansion de la chenille processionnaire.

https://www.abc.es/sociedad/abci-cambio-climatico-adelanta-llegada-oruga-procesionaria-202002140221_noticia.html?ref=https:%2F%2Fwww.google.com%2F

  1. Le réchauffement climatique perturbe la production de graines d’arbres.

https://phys.org/news/2020-02-climate-disrupts-tree-seed-production.html

  1. Le réchauffement climatique augmente les risques de troubles sociaux.

https://phys.org/news/2020-02-warmer-climate-current-trends-social.html

  1. Le réchauffement climatique impacte les distances de décollage et d’atterrissage des avions.

https://link.springer.com/article/10.1007/s10584-019-02634-z

  1. Le réchauffement climatique responsable de la disparition de 70 à 90% des récifs coralliens d’ici à 2040.

https://www.futura-sciences.com/planete/breves/recifs-coralliens-recifs-coralliens-nauront-plus-endroit-vivre-ici-2100-2001/

  1. Le réchauffement climatique est la cause du raccourcissement des frites.

https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2019/02/07/au-royaume-uni-le-rechauffement-climatique-fait-raccourcir-les-frites_5420621_4832693.html?

  1. Le réchauffement climatique pousse les filles à l’esclavage sexuel.

https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2020/02/20/klimaatopwarming-duwt-meisjes-seksslavernij-in/?

  1. Le changement climatique contraint les ours polaires au cannibalisme.

https://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-8053241/Polar-bears-forced-CANNIBALISM-climate-change-humans-scientist-reveals.html

  1. Le changement climatique provoquera la disparition de la moitié des plages du monde en 2100.

https://www.foxnews.com/science/half-worlds-beaches-disappear-by-2100-climate-change

  1. Le changement climatique d’origine humaine pourrait affecter les cultures de café.

https://www.newsbusters.org/blogs/nb/kristine-marsh/2020/03/02/abc-fears-caffeine-shortage-man-made-climate-change-could-make

  1. Le changement climatique pourrait menacer les escargots de mer.

https://phys.org/news/2020-03-climate-threaten-sea-snails-mid-atlantic.html

  1. Le changement climatique expose les femmes angolaises à la violence des hommes.

https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/03/12/en-angola-le-changement-climatique-expose-les-femmes-a-la-violence-des-hommes_6032739_3212.html?

  1. Le changement climatique pourrait transformer l’Amazonie en une savane aride d’ici 2070.

https://www.lapresse.ca/actualites/environnement/2020-03-11/l-amazonie-pourrait-disparaitre-d-ici-50-ans-selon-une-etude

  1. Le réchauffement climatique affecte la croissance des algues indiennes.

https://www.reuters.com/article/us-india-climate-change-women/indias-women-seaweed-divers-swim-against-the-tide-of-climate-change-idUSKBN21H0IY

  1. Le changement climatique provoque le raccourcissement des ailes des rossignols.

https://www.theguardian.com/environment/2020/apr/01/nightingales-at-risk-due-to-shorter-wings-caused-by-climate-crisis

  1. Le changement climatique augmentera les risques de conflits armés.

https://phys.org/news/2020-04-climate-related-disasters-conflict-vulnerable-countries.html

  1. Le réchauffement climatique dû à l’homme fera ralentir la vitesse du déplacement des ouragans.

https://phys.org/news/2020-04-human-caused-slow-moving-hurricanes-climatologists.html

  1. Le réchauffement climatique pourrait coûter 600.000 milliards de dollars d’ici la fin du siècle.

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/rechauffement-climatique-rechauffement-climatique-pourrait-couter-600000-milliards-dollars-ici-fin-siecle-si-nous-ne-faisons-rien-80589/

  1. Le changement climatique est une menace pour notre système alimentaire.

https://www.nationalgeographic.com/magazine/2020/04/your-favorite-foods-are-at-risk-from-a-rapidly-warming-planet/?

  1. Le changement climatique favorise l’expansion vers le sud de la puce du chat.

https://parasitesandvectors.biomedcentral.com/articles/10.1186/s13071-019-3399-6

  1. Le changement climatique pousse certains oiseaux à l’infidélité et au changement de partenaire.

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/zoologie-changement-climatique-pousse-oiseaux-infidelite-divorce-36835/

  1. Suite au réchauffement climatique, les stations de ski constatent la disparition des glaciers et la raréfaction de la neige.

https://plus.lesoir.be/280384/article/2020-02-16/rechauffement-climatique-le-monde-du-ski-entre-inquietude-et-impuissance?

  1. Le réchauffement climatique causera une diminution du nombre d’oiseaux migrateurs.

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/climatologie-migration-oiseaux-affectee-rechauffement-climatique-1972/

  1. Le changement climatique responsable de la modification de la taille des animaux.

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/zoologie-animaux-adaptent-changement-climatique-modifiant-leur-taille-22589/

  1. Le changement climatique favorise la propagation des maladies infectieuses.

https://www.biomedcentral.com/collections/ccid

  1. Le réchauffement climatique pourrait conduire à une guerre avec les extra-terrestres.

https://www.ad.nl/wetenschap/nasa-broeikaseffect-kan-tot-oorlog-met-aliens-leiden~a9ca3b94/?

  1. Le réchauffement climatique pourrait provoquer la migration de 3,5 milliards d’individus d’ici à 2070.

https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/augmentation-temperature-rechauffement-climatique-trois-milliards-humains-pourraient-vivre-sous-chaleur-insoutenable-ici-50-ans-80882/?

  1. Le réchauffement climatique pourrait provoquer une montée des océans de 1,3 mètres d’ici 2100.

https://www.dhnet.be/actu/monde/le-niveau-des-oceans-pourrait-monter-de-1-3-metre-d-ici-2100-5eb59ec59978e23845cbb336

  1. Le réchauffement climatique cause l’apparition d’une nouvelle sorte d’abeille dans le Namurois.

https://www.rtbf.be/info/regions/detail_une-nouvelle-espece-d-abeille-decouverte-dans-le-namurois?id=10504896&

  1. Le réchauffement climatique favorise la pire invasion de criquets en Inde.

https://www.ecowatch.com/india-locust-invasion-climate-crisis-2646105181.html?rebelltitem=8#rebelltitem8

  1. Le changement climatique pourrait réduire considérablement les tempêtes de neige aux USA.

https://phys.org/news/2020-05-climate-snowstorms.html

  1. Le changement climatique pourra provoquer la disparition des mangroves d’ici 2050.

https://weather.com/en-IN/india/science/news/2020-06-10-climate-change-rising-sea-levels-wipeout-mangroves-next-30-years

  1. Le changement climatique provoquera des sécheresses plus longues et plus intenses.

https://phys.org/news/2020-06-latest-climate-intense-droughts.html

  1. Le changement climatique anthropique responsable de modifications dans la disponibilité de l’eau.

https://phys.org/news/2020-06-climate-terrestrial-availability.html

  1. le réchauffement climatique rendra les océans trop chauds pour environ 60% des espèces de poissons d’ici 2100.

https://trustmyscience.com/changement-climatique-rendra-oceans-trop-chauds-pour-majorite-des-especes-de-poissons/

  1. Les températures en Grande-Bretagne pourraient dépasser 40°C tous les trois ou quatre ans d’ici 2100.

https://phys.org/news/2020-06-uk-increasingly-40c-temperatures.html

  1. Le réchauffement climatique provoque la mort par la foudre de 147 personnes en Inde.

https://www.futura-sciences.com/planete/breves/orage-147-personnes-foudroyees-10-jours-inde-faute-changement-climatique-2864/

  1. Le changement climatique responsable de futures sécheresses record au Texas.

https://phys.org/news/2020-07-texas-driest-conditions-years.html

  1. Suite au réchauffement climatique, les étés pourraient devenir trop chauds pour les humains.

https://www.bbc.com/news/science-environment-53415298?

A SUIVRE

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

FÉVRIER 2021 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprends mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » des principaux articles diffusés sur ma page facebook : « belgotopia ». Ou une piqûre de rappel pour les abonnés…

Bonne lecture !

Jo Moreau.

2 février

« La calotte glaciaire ne change pas avec un taux constant – c’est plus compliqué qu’un changement linéaire (…) Les modèles que les scientifiques utilisent pour prédire l’élévation prochaine du niveau de la mer pourraient également devoir être ajustés. ». Lei WANG – PhD – Géodésie satellitaire – Professeur adjoint Université d’État de l’Ohio.

https://phys.org/…/2021-02-antarctica-ice-isnt-analysis

Climat : « la sécheresse extrême qui a sévi sur une grande partie des continents entre 1876 et 1878 ? Qui pourrait mettre un nom sur ce cataclysme climatique inouï qui provoqua la mort de 20 ou 30 millions de personnes au terme d’une famine historique ? Oui, 30 millions… Peut-être la pire catastrophe climatique de l’histoire humaine. ».

https://www.science-et-vie.com/nature-et-enviro/30-millions-de-morts-entre-1876-et-1878-la-catastrophe-climatique-oubliee-48665?

« Si les températures de la Terre se réchauffent et que la glace de mer dans l’Arctique rétrécit rapidement, pourquoi alors la glace de mer en Antarctique augmente-t-elle lentement? ». Paul HOLLAND – PhD – Modélisateur du climat pour le British Antarctic Survey.- Professeur honoraire à la Faculté des sciences géographiques de l’Université de Bristol.

https://phys.org/news/2021-02-antarctica-ice-isnt-analysis.html?

6 février

Climat : « Il me semble qu’il reste une incertitude considérable sur le réchauffement des États-Unis au cours des dernières décennies (…) Je ne serais pas surpris si de tels problèmes existent dans les ensembles de données de température mondiale ailleurs qu’aux États-Unis. (…) Je ne prétends pas qu’il n’y a pas eu de réchauffement climatique (quelle qu’en soit la cause). Je prétends qu’il existe des preuves de réchauffement parasite dans les données thermométriques qui doivent être supprimées ». Roy SPENCER – PhD – Climatologue – ex scientifique à la NASA.

https://www.drroyspencer.com/2021/01/could-recent-u-s-warming-trends-be-largely-spurious/?

9 février

Climat : « La Mer de Chine méridionale a commencé à se réchauffer en 1825, au début de la révolution industrielle. (…) Les émissions de dioxyde de carbone d’origine humaine ne pouvaient pas expliquer pleinement une telle augmentation précoce de la tendance au réchauffement ». TAO SCHICHEN – Institut océanologique de la mer de Chine méridionale.

(sous réserve).

https://www.scmp.com/news/china/science/article/3120897/climate-change-global-warming-may-have-started-industrial?

climat capsule 59

12 février

« La Commission Européenne examine les conduites à adopter en vue de réduire les émissions de gaz à effet de serre de l’UE, de 80-95% à l’horizon 2050 pour la défense du climat. (…) Les renouvelables ‘éolien’ et ‘solaire’ souffrent des maladies congénitales que sont les caractères aléatoires et intermittents de leur production (…) L’infrastructure de production EnRI nécessaire pour assurer les mêmes services que l’installation nucléaire adéquate, coûte de 3.5 à 7 fois plus cher ». Ernest MUND – Directeur de recherches honoraire du FNRS – Professeur extraordinaire émérite Université Catholique de Louvain.

https://www.science-climat-energie.be/2021/02/12/le-cout-de-la-transition-electrique-un-sujet-a-sortir-de-lombre/?

14 février

https://belgotopia.com/2021/02/14/climat-transition-energetique-et-green-deal-ma-revue-de-presse-2/?

17 février

Climat : « Le réchauffement de 0,6 ° C observé dans les ensembles de données sur la température mondiale de 1940 à 1960 à 2000-2020 peut être en partie dû à un îlot de chaleur urbain (ICU) et à d’autres biais non climatiques dans les données sous-jacentes ». Nicola SCAFETTA – PhD – Département des sciences de la terre, de l’environnement et des géoressources – Université de Naples Federico II.

https://link.springer.com/article/10.1007/s00382-021-05626-x?

18 février

https://www.lalibre.be/planete/environnement/facebook-s-engage-dans-la-lutte-contre-la-desinformation-climatique-602e9a739978e2610ab8c190?

19 février

« La prétendue création massive d’emplois grâce aux filières éolienne et photovoltaïque mérite une mise au point. Ces emplois « ne sont pas l’expression d’une activité classique, mais bien d’emplois sous perfusion d’argent public » : exonération d’impôts, subventions européennes, tarifs subventionnés, émissions de certificats carbone, pour ne citer que quelques aides financières et fiscales profitant aux acteurs de l’écobusiness et pesant sur les factures des contribuables ». Jean-Pierre Schaeken Willemaers, Institut Thomas More, Président Pôle Energie, Climat, Environnement.

https://www.science-climat-energie.be/2021/02/19/les-trois-objectifs-ambitieux-pour-lavenir-de-lue-une-europe-verte-numerique-et-equitable/?

20 février

Climat : « Les archives géologiques enregistrent de multiples inversions des pôles magnétiques de la Terre (…) La panne temporaire du champ magnétique terrestre il y a 42000 ans a déclenché des changements climatiques majeurs qui ont conduit à des changements environnementaux mondiaux et à des extinctions massives ». Alan COOPER – South Australian Museum, Adelaide – BlueSky Genetics.

https://phys.org/news/2021-02-ancient-relic-earth-history-years.html?

21 février

Quelques records de température en février à Bruxelles : 18,7°C les 9 et 10 février 1899, 18,2°C les 14 et 17 février 1961, 18,3°C les 20 et 24 février 1990, etc…

24 février

« Les villes côtières doivent non seulement s’inquiéter de l’élévation du niveau de la mer, mais elles sombrent aussi apparemment sous le poids de leurs bâtiments ».

https://www.vrt.be/vrtnws/nl/2021/02/24/san-francisco-zinkt-weg-onder-gewicht-van-wolkenkrabbers/?

26 février

« En raison de la focalisation mondiale sur la réalisation de «NetZero2050», l’hydrogène a été élevé au statut d’une sorte de «solution miracle» en remplacement des énergies fossiles. Mais sortir l’hydrogène d’un environnement sécurisé et contrôlé pour une application de masse sur route entraînera des risques critiques pour la sécurité ».

https://www.science-climat-energie.be/2021/02/26/pushing-hydrogen-out-of-the-safety-controlled-laboratory-environment-for-mass-on-road-application-will-cause-critical-safety-hazards/?

27 février

Climat : « Les changements dans l’utilisation des terres, en particulier l’urbanisation, modifient les propriétés biophysiques de la surface de la Terre, ce qui à son tour affecte le climat local et contribue même au réchauffement climatique (…) Nos résultats soulignent que les tendances de réchauffement observées en Chine ont probablement été fortement influencées par les changements d’utilisation des terres ». PENGKE SHEN – College of Urban and Environmental Sciences – Peking University, Beijing –

https://link.springer.com/article/10.1007/s10584-021-03045-9?

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

DÉCEMBRE 2020 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprends mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » des principaux articles diffusés sur ma page facebook : « belgotopia ».

Bonne lecture !

Jo Moreau.

01 décembre

« Les émissions naturelles (de CO2) sont prépondérantes (96%) par rapport aux émissions humaines. Ceci est écrit noir sur blanc dans l’AR5 du GIEC à la page 471 (Figure 6.1 du GIEC). (…) Arrêter d’émettre du CO2 ne changera probablement rien à la lente augmentation du taux de CO2 atmosphérique qui se poursuivra de manière inéluctable ».

https://www.science-climat-energie.be/2020/12/01/covid-19-et-emissions-de-co2/?

02 décembre

« Malgré les restrictions dues au Covid19, les niveaux de CO2 atmosphérique se poursuivent à des niveaux record ». Organisation Météorologique Mondiale.

https://public.wmo.int/en/media/press-release/carbon-dioxide-levels-continue-record-levels-despite-covid-19-lockdown?

« L’océan arctique se réchauffe » Chicago Daily Tribune – 01 mars 1923

1923 - 01.03 - 02.12.2020

 

« Cette découverte vient s’ajouter aux preuves de changements relativement importants du niveau de la mer il y a environ 6000 à 3000 ans dans le golfe de Thaïlande, où le littoral se trouvait jusqu’à des dizaines de kilomètres à l’intérieur des terres par rapport à la côte actuelle ». Marcus CHUA – Université nationale de Singapour.

https://toutelathailande.fr/un-squelette-millenaire-de-baleine-decouvert-en-thailande-contient-des-indices-sur-le-changement-climatique/?

04 décembre

« Que dire des médias ? C’est à celui qui vendra l’article le plus tapageur, le plus catastrophiste, à celui qui tournera une donnée banale en apocalypse, car cela permet de faire bouillir la marmite. On a pu voir cette logique en pleine action pour le climat, on la revoit pour la crise infectieuse actuelle. Et lorsque vous avez des experts qui vont dans l’absurde, c’est du pain bénit pour ces pseudo-journalistes qui ont oublié les bases mêmes de leur métier ». Christophe de BROUWER – PhD – Professeur honoraire à l’École de Santé publique de l’ULB (Université libre de Bruxelles).

https://www.contrepoints.org/2020/11/10/384025-covid-et-climat-victimes-du-scientisme?

05 décembre

Le programme chinois de contrôle du climat : la Chine disposera d’un système de modification du climat d’ici 2025.

http://english.www.gov.cn/policies/latestreleases/202012/02/content_WS5fc76218c6d0f7257694125e.html?

07 décembre

Climat : « L’augmentation des catastrophes naturelles », un nouvel exemple de l’utilisation frauduleuse des statistiques.

https://www.science-climat-energie.be/2020/12/07/sur-laugmentation-des-catastrophes-naturelles/?

Climat : « Je voudrais aborder le sujet du CO 2 en me basant uniquement sur les exigences d’une argumentation scientifique libre et réelle. Une obligation morale impérieuse pour mes semblables, qui, dans les années et les décennies à venir, devront faire des sacrifices financiers de plusieurs milliards et une perte très importante de qualité de vie, bien que le CO 2 n’ait presque rien à voir avec le changement climatique ». Albert KOEHLER – MSc – Ex responsable du bureau du Groupe d’experts de l’OMM sur les aspects météorologiques de la pollution de l’environnement.

https://kaltesonne.de/co2-memorandum/?

08 décembre

« Nous suggérons de refuser d’adhérer à des politiques de réduction des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère sous le prétexte illusoire de gouverner le climat ».

https://belgotopia.com/2020/12/08/90-scientifiques-italiens-signataires-dune-petition-sur-le-rechauffement-climatique-anthropique/?

09 décembre

Climat : « De grandes quantités de nouvelles particules peuvent se former dans les vallées de l’Himalaya à partir des gaz émis naturellement (…) Elles peuvent éventuellement affecter le climat en agissant comme des noyaux pour la condensation des nuages..(…) Ces particules ont une origine naturelle avec peu de preuves de l’implication de polluants anthropiques ». Federico BIANCHI – Professeur Institut de recherche sur l’atmosphère et le système terrestre (INAR) de l’Université d’Helsinki.

https://phys.org/news/2020-12-natural-himalayan-aerosol-factory-affect.html?

Climat : « La connaissance du panache du Groenland renforcera notre compréhension des activités volcaniques dans ces régions et de la problématique de l’élévation globale du niveau de la mer causée par la fonte de la calotte glaciaire du Groenland. (…) La région de l’Atlantique Nord est inondée d’activité géothermique. L’Islande et Jan Mayen contiennent des volcans actifs avec leurs propres panaches de manteau distincts , tandis que le Svalbard – un archipel norvégien dans l’océan Arctique – est une zone géothermique ». Genti Toyokuni – Professeur dept geophysics Tohoku University –

http://www.tohoku.ac.jp/en/press/greenland_plume_drive_thermal_activities.html?

« La cause de la rapidité et de l’ampleur du changement climatique soudain doit être trouvée dans les océans. (…) Il y a 10 000 à 110 000 ans, le climat glaciaire froid a été interrompu par des périodes de réchauffement rapide pouvant atteindre 16,5 degrés Celsius sur la calotte glaciaire du Groenland, ce que l’on appelle les événements de Dansgaard Oeschger (DO). (…) Le changement climatique brutal dans le passé était étroitement lié au déclin rapide et étendu de la couverture de glace de mer dans les mers nordiques ». Henrik SADATZKI – PhD – Niels Bohr Institute.

https://phys.org/news/2020-12-climate-rapidly-sea-ice-decline.html?

11 décembre

« La théorie du réchauffement climatique d’origine anthropique est basée sur une seule et fragile hypothèse : l’existence d’un effet de serre qui n’a jamais été mis en évidence expérimentalement. (…) L’effet de serre radiatif n’existe PAS et les rétroactions imaginées pour amplifier son effet n’ont aucune justification ». Georges Geuskens – Physicien – Professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles (ULB).

https://www.science-climat-energie.be/2020/12/11/leffet-de-serre-et-le-bilan-energetique-de-la-terre/?

14 décembre

Des menaces épouvantables sur le « belgian way of life ».

https://belgotopia.com/2020/12/14/laffolement-des-belges-face-au-rechauffement-climatique/?

17 décembre

LA FACE CACHÉE DES ÉNERGIES VERTES

« Face au changement climatique, de nombreux pays se sont engagés dans la transition énergétique.(…) Technologies vertes mais polluantes, recyclage impossible… : cette vaste enquête menée à travers le monde révèle les effets pervers des solutions propres pour parvenir à la transition énergétique ».

Le film complet a été supprimé sur le site ARTE.

Voir : https://www.facebook.com/watch/?v=757331685124632

19 décembre

Climat : « L’impact du bétail sur le changement climatique est surestimé. » Miles ALLEN – PhD – ECI/School of Geography and the Environment & Department of Physics University of Oxford.- Lead author IPCC –

https://vancouversun.com/news/local-news/conversations-that-matter-are-cows-getting-a-bad-rap-when-if-comes-to-climate-change?

Climat : « Les sommets alpins de 3000 à 4000 m étaient peut-être libres de glace jusqu’à il y a environ 5900 ans ». Pascal BOHLEBER –  (ÖAW) . Institut de recherche interdisciplinaire sur la montagne (IGF) – Académie autrichienne des sciences.

https://www.nature.com/articles/s41598-020-77518-9?

26 décembre

Climat : « L’activisme se développa aux USA – Canada – Norvège et en Suisse. Là fleurirent des ONG en réseaux telles des Greenpeace, WWF et au sein d’autres milieux (dont parfois ceux académiques), avant d’atteindre leur version radicalisée : l’écologisme, c-à-d celle qui domine les pensées en Occident ».

https://www.science-climat-energie.be/the-world-decarbonized-by-2050-or-not-thats-the-question/?

Climat : « l’Arctique a connu deux périodes de réchauffement brutal: d’abord dans les années 1920 et 1930, puis à partir de 1980 et se poursuivant jusqu’à ce jour.(…) les changements brusques de température inexpliqués auraient pu être déclenchés par des facteurs géodynamiques ». Leopold Lobkovsky – Moscow Institute of physics and technology. – Shirshov Institute of Oceanology.

https://phys.org/news/2020-12-great-earthquakes-arctic.html?

Climat : « Le pergélisol sous-marin libère déjà des quantités substantielles de gaz à effet de serre. Cependant, ce rejet est principalement dû au changement climatique ancien plutôt qu’à l’activité humaine actuelle ». (…) Les changements d’origine anthropique ne peuvent modifier substantiellement la dynamique du pergélisol sous-marin que dans plusieurs centaines ou milliers d’années. (…) Nous avons constaté que de nombreux experts invités ont refusé de participer ou ont au moins exprimé de graves préoccupations en raison de considérations politiques et territoriales, y compris une menace perçue ou réelle de représailles ou des conséquences professionnelles négatives. Sayedeh Sara Sayedi – Department of Plant and Wildlife Sciences – Université Brigham Young : Provo , Utah.

https://iopscience.iop.org/article/10.1088/1748-9326/abcc29?

A  SUIVRE

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

NOVEMBRE 2020 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

 

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprends mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » des principaux articles diffusés sur ma page facebook : « belgotopia ».

Bonne lecture !

Jo Moreau.

 

4 novembre

Climat : Indice de température globale Terre-Océan. De 1880 à 2020, l’augmentation moyenne de la température s’élève à environ 0.99°C. ». Goddard Institute for Space Studies (GISS/NASA).

https://climate.nasa.gov/vital-signs/global-temperature/?

9 novembre

Climat : « La politique climatique prônée par Joe Biden pourrait réduire le réchauffement climatique d’environ 0,1 ° C d’ici 2100 ».

https://www.theguardian.com/us-news/2020/nov/08/joe-biden-paris-climate-goals-0-1c?

Pour info, voici le « plan Biden » en faveur du climat.

https://joebiden.com/climate-plan/?

16 novembre

« Les dés sont pipés contre le charbon. Il faudrait d’abord se libérer des idées préconçues et du dogmatisme ambiant pour évaluer si on peut encore faire quelque chose avec cette énorme ressource sous nos pieds.(…) On va créer un marché de crédits carbone (Cap and Trade) et on s’attend à une manne qui dépassera le trillion de dollars, manne qui sera accessible aux ”smartest guys”. Al Gore ne s’y perd pas. La Mafia non plus. Le seul qui paye, c’est le consommateur ».

https://www.science-climat-energie.be/2020/11/13/dumont-le-charbon-et-les-credits-carbone/?

17 novembre

Climat :  Les cyclones tropicaux étaient en fait plus fréquents dans le sud des îles Marshall pendant la petite période glaciaire, lorsque les températures dans l’hémisphère nord étaient plus fraîches qu’elles ne le sont aujourd’hui. (…) des cyclones tropicaux se produisaient dans la région environ une fois par siècle, mais augmentaient jusqu’à un maximum de quatre par siècle de 1350 à 1700 CE, une période connue sous le nom de petit âge glaciaire. James F BRAMANTE – Océanographie physique – Woods Hole Oceanographic Institute.

https://www.nature.com/articles/s41561-020-00656-2?

Climat : « Le pire scénario actuel d’élévation du niveau de la mer depuis l’Antarctique est basé sur l’idée que des falaises de plus de 90 mètres s’effondreraient de manière catastrophique. (…) Nous disons que ce scénario ne va probablement pas se réaliser ». Fiona CLERC – Applied Ocean Science & Engineering.

https://news.mit.edu/2019/antarctic-ice-cliffs-not-contribute-sea-level-rise-1021?

20 novembre

Climat :  »  Les lois et les précautions à prendre sont très souvent contournées, en accusant pour raisons politiques, l’impact du Changement Climatique actuel, d’un doublement du nombre des catastrophes enregistrées depuis le début du XXième siècle. (…)  L’enchaînement de tous ces processus issus de l’activité solaire amène, via les vents géostrophiques, sur l’hémisphère le plus peuplé de notre planète de fortes précipitations suivies de crues exceptionnelles exacerbées par la transformation de nos sols par l’Homme. Les gaz à effet de serre ne sont en rien responsables. » Brigitte Van Vliet-Lanoë, Directeur de recherche CNRS, Emérite UMR 6538 CNRS, Brest, France.

https://www.science-climat-energie.be/2020/11/20/deluge-et-changement-climatique-1-2/?

21 novembre

Abandon du nucléaire belge : débat Samuel FURFARI / Olivier DELEUZE  Voir à partir de 28′.

https://www.ln24.be/2020-11-19/les-visiteurs-du-soir-jacques-brotchi-olivier-deleuze-samuel-furfari-et-andre-flahaut?

22 novembre

Climat : « Les modèles actuels surestiment les pertes de carbone dans la forêt amazonienne en raison du changement climatique. (…) Certaines de nos estimations de la mortalité imminente (de la végétation) dans la forêt amazonienne ne sont peut-être pas aussi désastreuses que nous le pensions auparavant. ». Pierre GENTINE – PhD – Professeur de génie de la Terre et de l’Environnement – Columbia University.

https://phys.org/news/2020-11-amazon-rainforest-regions-resistant-climate.html?

« La sous-population (d’ours polaires) du sud de Beaufort révèle que les chiffres sont stables depuis 2010 malgré les affirmations selon lesquelles la population a continué de diminuer ».

https://polarbearscience.com/2020/10/04/s-beaufort-polar-bear-population-stable-since-2010-not-declining-new-report-reveals/?

24 novembre

Un petit sourire dans une actualité bien déprimante ! « Les scientifiques l’ont acté, le réchauffement climatique et la fonte des glaces doivent être imputés au bruxellois, unique responsable de la déforestation en Amazonie et du trou dans la couche d’ozone, le bruxellois, principal instigateur de l’extinction prochaine de toute flore et faune sur la planète ! ». Jérôme de Warzee.

26 novembre

climat capsule 57 - 26.11.2020

27 novembre

« Les politiciens et les bureaucrates ne devraient pas essayer de « jouer les ingénieurs ». Sous prétexte de développement durable et de changement climatique, ils estiment qu’ils peuvent impacter le système énergétique extrêmement complexe. Ils ne peuvent pas. (…) L’énergie est un problème pour la science et la technologie, pas pour les politiciens à court terme (…) La politique CO 2 de l’ UE sera un échec total. Beaucoup diraient que le remède est pire que la maladie. ». Samuel FURFARI – Ingénieur – Professeur de sciences politiques et de sciences appliquées à l’Université de Bruxelles.

https://www.europeanscientist.com/en/features/are-governments-able-to-deliver-the-energy-transition/?

A  SUIVRE

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

 

90 SCIENTIFIQUES ITALIENS SIGNATAIRES D’UNE PÉTITION SUR LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ANTHROPIQUE

belgotopia 45

A ma grande honte, je dois avouer que j’ai ignoré l’existence de cette pétition, parue en juin 2019, probablement noyée dans la période des vacances… Elle fut cependant diffusée par plusieurs sites, dont celui des climato-réalistes.

Son texte est clair, les arguments parfaitement fondés et il est facilement compréhensible par tous, comme il convient à un texte destiné à des politiques. Elle est toujours pleinement d’actualité, c’est pourquoi je la reprends aujourd’hui. Il n’est jamais trop tard pour bien faire, et une remise en mémoire n’est jamais inutile !

Jo Moreau

Au Président de la République,

Au Président du Sénat,

Au Président de la Chambre des députés

Au Président du Conseil

Nous soussignés, citoyens et hommes de science, invitons avec force les décideurs politiques à adopter des politiques de protection de l’environnement qui soient compatibles avec les connaissances scientifiques. En particulier, il est urgent de lutter contre la pollution là où elle se produit, comme l’indiquent les meilleures données scientifiques. A cet égard, il est regrettable que les connaissances mises à disposition par le monde de la recherche soient utilisées trop tard pour réduire les émissions anthropiques de polluants très répandus dans les systèmes environnementaux tant continentaux que marins.

Cependant, il faut être bien conscient que le dioxyde de carbone lui-même n’est pas un polluant. Au contraire, il est indispensable à la vie sur notre planète.

Au cours des dernières décennies, s’est répandue une hypothèse selon laquelle le réchauffement de la surface de la terre d’environ 0,9°C observé depuis 1850 serait anormal et dû aux activités humaines, en particulier à l’émission dans l’atmosphère de CO2 venant de l’utilisation des combustibles fossiles.

C’est là la thèse du réchauffement climatique anthropique promue par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies, dont les conséquences seraient des changements environnementaux si graves qu’ils feraient craindre des dommages énormes dans un avenir proche, à moins que des mesures drastiques et très coûteuses soient adoptées immédiatement. De nombreuses nations du monde ont adhéré à des programmes de réduction des émissions de dioxyde de carbone et une propagande de plus en plus virulente les invite à adopter des programmes toujours plus exigeants dont la mise en œuvre, très onéreuse pour les économies de ces Etats, serait, prétend-on, nécessaire à la maîtrise du climat et au « salut » de la planète.

L’origine anthropique du réchauffement de la planète est cependant une conjecture non prouvée, déduite uniquement de certains modèles climatiques, c’est-à-dire de programmes informatiques complexes, appelés modèles de circulation générale.

Au contraire, la littérature scientifique a, mis en évidence l’existence d’une variabilité climatique naturelle que les modèles ne sont pas capables de reproduire, variabilité naturelle de mieux en mieux vérifiée.

Cette variabilité naturelle explique une part importante du réchauffement climatique observé depuis 1850.

La responsabilité anthropique du changement climatique observée au siècle dernier est donc exagérée de façon injustifiée et les prévisions catastrophiques sont irréalistes.

Le climat est le système le plus complexe sur notre planète : nous devons donc l’aborder avec des méthodes appropriées et adaptées à son niveau de complexité. Les modèles de simulation climatique ne reproduisent pas la variabilité naturelle observée du climat et, en particulier, ne reconstituent pas les périodes chaudes des 10 000 dernières années. Celles-ci se sont répétées environ tous les mille ans : on y trouve la période médiévale chaude, bien connue, la période romaine chaude, et généralement de grandes périodes chaudes pendant l’Optimum holocène [Il y a 8000 ans].

Ces périodes passées étaient plus chaudes que la période actuelle, bien que la concentration de CO2 y ait alors été inférieure à la concentration actuelle ; elles sont liées aux cycles millénaires de l’activité solaire. Ces effets ne sont pas reproduits par les modèles.

Rappelons que le réchauffement observé de 1900 à nos jours a, en fait, commencé en 1700, c’est-à-dire au minimum du Petit Âge glaciaire, qui est la période la plus froide des 10 000 dernières années, et qu’il correspond à un minimum millénaire de l’activité solaire que les astrophysiciens appellent minimum solaire de Maunder. Depuis, l’activité solaire, suivant son cycle millénaire, a augmenté et réchauffé la surface de la Terre.

De plus, les modèles ne parviennent pas à reproduire les oscillations climatiques bien connues de période 60 ans environ. Celles-ci ont été responsables, d’une période de réchauffement (1850-1880) suivie d’une période de refroidissement (1880-1910), puis d’une période de réchauffement (1910-1940), d’une période de refroidissement (1940-70) et d’une nouvelle période de réchauffement (1970-2000) semblable à celle observée 60 ans auparavant.

Les années suivantes (2000-2019) ont vu non pas l’augmentation prévue par les modèles, d’environ 0,2°C par décennie, mais une nette stabilité climatique sporadiquement interrompue par les oscillations naturelles rapides de l’océan Pacifique équatorial, appelées El Niño Southern Oscillation (ENSO), telles que celle qui a amené un réchauffement temporaire en 2015 et 2016.

Les médias affirment également que les événements extrêmes, tels qu’ouragans et cyclones, ont augmenté de façon inquiétante. Non ! Ces événements, sont, comme de nombreux systèmes climatiques, modulés par le cycle de 60 ans que l’on vient de signaler. Voyons, par exemple, les données officielles depuis 1880 sur les cyclones tropicaux atlantiques qui ont frappé l’Amérique du Nord : elles montrent une forte oscillation de 60 ans, corrélée à l’oscillation thermique de l’océan Atlantique appelée Atlantic Multi-decadal Oscillation (AMO). Les pics observés pendant dix ans sont comparables pour les années 1880-90, 1940-50 et 1995-2005. De 2005 à 2015, le nombre de cyclones a diminué, suivant le cycle susmentionné.

Ainsi, sur la période 1880-2015, il n’y a pas de corrélation entre le nombre de cyclones, qui oscille et le CO2 qui augmente de façon monotone.

Le système climatique n’est pas encore suffisamment bien compris. S’il est vrai que le CO2 est un gaz à effet de serre, la sensibilité du climat à son augmentation dans l’atmosphère est, selon le GIEC lui-même, encore extrêmement incertaine. Un doublement de la concentration atmosphérique de CO2, d’environ 300 ppm avant l’ère industrielle à 600 ppm, pourrait, dit-on, faire monter la température moyenne de la planète d’au moins 1°C à au plus 5°C.

Cette incertitude est énorme. Cependant, de nombreuses études récentes fondées sur des données expérimentales estiment que la sensibilité du climat au CO2 est nettement moindre que celle estimée par les modèles du GIEC.

Il est donc scientifiquement irréaliste d’attribuer à l’homme la responsabilité du réchauffement observé de 1900 à nos jours. Les prédictions alarmistes ne sont donc pas crédibles, puisqu’elles sont basées sur des modèles dont les résultats sont en contradiction avec les données observées.

Tout porte à croire que ces modèles surestiment la contribution anthropique et sous-estiment la variabilité climatique naturelle, en particulier celle induite par le soleil, la Lune et les oscillations océaniques.

Enfin, les médias ont fait passer le message qu’ il y aurait un consensus quasi unanime parmi les scientifiques sur la cause anthropique de l’actuel changement climatique et que le débat scientifique serait donc clos. Et pourtant, nous devons tout d’abord être bien conscients que la méthode scientifique exige que ce soient les faits, et non le nombre de croyants qui d’une conjecture font une théorie scientifique consolidée.

Quoi qu’il en soit, même ce supposé consensus n’existe pas. Les opinions des spécialistes – climatologues, météorologues, géologues, géophysiciens, astrophysiciens – sont très variables et nombre d’entre eux reconnaissent l’importance de la contribution naturelle au réchauffement planétaire observée depuis la période préindustrielle et même au réchauffement de l’après-guerre à aujourd’hui.

Il y a également eu des pétitions signées par des milliers de scientifiques qui ont exprimé leur désaccord avec l’hypothèse du réchauffement climatique anthropique. Notamment celle lancée en 2007 par le physicien F. Seitz, ancien président de l’American National Academy of Sciences, et celle lancée par le Groupe d’experts International Non Gouvernemental sur l’évolution du climat (NIPCC), dont le rapport 2009 conclut que  » la nature, et non l’activité humaine, gouverne le climat « .

En conclusion, vu l’importance cruciale des combustibles fossiles pour l’approvisionnement énergétique de l’humanité, nous suggérons de refuser d’adhérer à des politiques de réduction des émissions de dioxyde de carbone dans l’atmosphère sous le prétexte illusoire de gouverner le climat.

 COMITÉ DE LANCEMENT :

 Uberto Crescenti, Professeur émérite de géologie appliquée, Université G. D’Annunzio, Chieti-Pescara, ancien Recteur magnifique et Président de la Société italienne de géologie.

Giuliano Panza, Professeur de sismologie, Université de Trieste, Académicien du Lincei et de l’Académie Nationale des Sciences, connu comme le XL, Prix International 2018 de l’Union Géophysique Américaine.

Alberto Prestininzi, professeur de géologie appliquée, Université La Sapienza, Rome, ancien rédacteur scientifique en chef de la revue internationale IJEGE et directeur du Centre de recherche sur la prévision et le contrôle des risques géologiques.

Franco Prodi, professeur de physique atmosphérique, Université de Ferrare.

Franco Battaglia, professeur de chimie physique, Université de Modène ; Movimento Galileo 2001.

Mario Giaccio, professeur de technologie et d’économie des sources d’énergie, Université G. D’Annunzio Chieti-Pescara, ancien doyen de la faculté d’économie.

Enrico Miccadei, Professeur de Géographie, Physique et Géomorphologie, Université G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Nicola Scafetta, professeur de physique atmosphérique et d’océanographie, Université Frédérico II de Naples.

Signataires :

Antonino Zichichi, Professore Emerito di Fisica, Università di Bologna, Fondatore e Presidente del Centro di Cultura Scientifica Ettore Majorana di Erice.

Renato Angelo Ricci, Professore Emerito di Fisica, Università di Padova, già Presidente della Società Italiana di Fisica e della Società Europea di Fisica; Movimento Galileo 2001.

Aurelio Misiti, Professore di Ingegneria Sanitaria-Ambientale, Univesità la Sapienza, Roma.

Antonio Brambati, Professore di Sedimentologia, Università di Trieste, Responsabile Progetto Paleoclima-mare del PNRA, già Presidente Commissione Nazionale di Oceanografia.

Cesare Barbieri, Professore Emerito di Astronomia, Università di Padova.

Sergio Bartalucci, Fisico, Presidente Associazione Scienziati e Tecnolgi per la Ricerca Italiana.

Antonio Bianchini, Professore di Astronomia, Università di Padova.

Paolo Bonifazi, già Direttore Istituto di Fisica dello Spazio Interplanetario, Istituto Nazionale Astrofisica.

Francesca Bozzano, Professore di Geologia Applicata, Università Sapienza di Roma, Direttore del Centro di Ricerca CERI.

Marcello Buccolini, Professore di Geomorfologia, Università Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Paolo Budetta, Professore di Geologia Applicata, Università di Napoli.

Monia Calista, Ricercatore di Geologia Applicata, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Giovanni Carboni, Professore di Fisica, Università Tor Vergata, Roma; Movimento Galileo 2001.

Franco Casali, Professore di Fisica, Università di Bologna e Accademia delle Scienze di Bologna.

Giuliano Ceradelli, Ingegnere e climatologo, ALDAI.

Domenico Corradini, Professore di Geologia Storica, Università di Modena.

Fulvio Crisciani, Professore di Fluidodinamica Geofisica, Università di Trieste e Istituto Scienze Marine, Cnr, Trieste.

Carlo Esposito, Professore di Telerilevamento, Università La Sapienza, Roma.

Mario Floris, Professore di Telerilevamento, Università di Padova.

Gianni Fochi, Chimico, Scuola Normale Superiore di Pisa; giornalista scientifico.

Mario Gaeta, Professore di Vulcanologia, Università La Sapienza, Roma.

Giuseppe Gambolati, Fellow della American Geophysica Union, Professore di Metodi Numerici, Università di Padova.

Rinaldo Genevois, Professore di Geologia Applicata, Università di Padova.

Carlo Lombardi, Professore di Impianti nucleari, Politecnico di Milano.

Luigi Marino, Geologo, Centro Ricerca Previsione e Controllo Rischi Geologici, Università La Sapienza, Roma.

Salvatore Martino, Professore di Microzonazione sismica, Università La Sapienza, Roma.

Paolo Mazzanti, Professore di Interferometria satellitare, Università La Sapienza, Roma.

Adriano Mazzarella, Professore di Meteorologia e Climatologia, Università di Napoli.

Carlo Merli, Professore di Tecnologie Ambientali, Università La Sapienza, Roma.

Alberto Mirandola, Professore di Energetica Applicata e Presidente Dottorato di Ricerca in Energetica, Università di Padova.

Renzo Mosetti, Professore di Oceanografia, Università di Trieste, già Direttore del Dipartimento di Oceanografia, Istituto OGS, Trieste.

Daniela Novembre, Ricercatore in Georisorse Minerarie e Applicazioni Mineralogichepetrografiche, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Sergio Ortolani, Professore di Astronomia e Astrofisica, Università di Padova.

Antonio Pasculli, Ricercatore di Geologia Applicata, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Ernesto Pedrocchi, Professore Emerito di Energetica, Politecnico di Milano.

Tommaso Piacentini, Professore di Geografia Fisica e Geomorfologia, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Guido Possa, Ingegnere nucleare, già Vice Ministro Miur.

Mario Luigi Rainone, Professore di Geologia Applicata, Università di Chieti-Pescara.

Francesca Quercia, Geologo, Dirigente di ricerca, Ispra.

Giancarlo Ruocco, Professore di Struttura della Materia, Università La Sapienza, Roma.

Sergio Rusi, Professore di Idrogeologia, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Massimo Salleolini, Professore di Idrogeologia Applicata e Idrologia Ambientale, Università di Siena.

Emanuele Scalcione, Responsabile Servizio Agrometeorologico Regionale Alsia, Basilicata.

Nicola Sciarra, Professore di Geologia Applicata, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Leonello Serva, Geologo, Direttore Servizi Geologici d’Italia; Movimento Galileo 2001.

Luigi Stedile, Geologo, Centro Ricerca Revisione e Controllo Rischi Geologici, Università La Sapienza, Roma.

Giorgio Trenta, Fisico e Medico, Presidente Emerito dell’Associazione Italiana di Radioprotezione Medica; Movimento Galileo 2001.

Gianluca Valenzise, Dirigente di Ricerca, Istituto Nazionale di Geofisica e Vulcanologia, Roma.

Corrado Venturini, Professore di Geologia Strutturale, Università di Bologna.

Franco Zavatti, Ricercatore di Astronomia, Univesità di Bologna.

Achille Balduzzi, Geologo, Agip-Eni.

Claudio Borri, Professore di Scienze delle Costruzioni, Università di Firenze, Coordinatore del Dottorato Internazionale in Ingegneria Civile.

Pino Cippitelli, Geologo Agip-Eni.

Franco Di Cesare, Dirigente, Agip-Eni.

Serena Doria, Ricercatore di Probabilità e Statistica Matematica, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Enzo Siviero, Professore di Ponti, Università di Venezia, Rettore dell’Università e- Campus.

Pietro Agostini, Ingegnere, Associazione Scienziati e Tecnolgi per la Ricerca Italiana.

Donato Barone, Ingegnere.

Roberto Bonucchi, Insegnante.

Gianfranco Brignoli, Geologo.

Alessandro Chiaudani, Ph.D. agronomo, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Antonio Clemente, Ricercatore di Urbanistica, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Luigi Fressoia, Architetto urbanista, Perugia.

Sabino Gallo, Ingegnere nucleare.

Daniela Giannessi, Primo Ricercatore, Ipcf-Cnr, Pisa.

Roberto Grassi, Ingegnere, Amministratore G&G, Roma.

Alberto Lagi, Ingegnere, Presidente di Società Ripristino Impianti Complessi Danneggiati.

Luciano Lepori, Ricercatore Ipcf-Cnr, Pisa.

Roberto Madrigali, Metereologo.

Ludovica Manusardi, Fisico nucleare e Giornalista scientifico, Ugis.

Maria Massullo, Tecnologa, Enea-Casaccia, Roma.

Enrico Matteoli, Primo Ricercatore, Ipcf-Cnr, Pisa.

Gabriella Mincione, Professore di Scienze e Tecniche di Medicina di Laboratorio, Università G. D’Annunzio, Chieti-Pescara.

Massimo Pallotta, Primo Tecnologo, Istituto Nazionale Fisica Nucleare.

Enzo Pennetta, Professore di Scienze naturali e divulgatore scientifico.

Nunzia Radatti, Chimico, Sogin.

Vincenzo Romanello, Ingegnere nucleare, Centro Ricerca, Rez, Repubblica Ceca.

Alberto Rota, Ingegnere, Ricercatore presso Cise e Enel.

Massimo Sepielli, Direttore di Ricerca, Enea, Roma.

Ugo Spezia, Ingegnere, Responsabile Sicurezza Industriale, Sogin; Movimento Galileo 2001.

Emilio Stefani, Professore di Patologia vegetale, Università di Modena.

Umberto Tirelli, Visiting Senior Scientist, Istituto Tumori d’Aviano; Movimento Galileo 2001.

Roberto Vacca, Ingegnere e scrittore scientifico

 Le texte original peut être consulté ici :

http://www.opinione.it/cultura/2019/06/19/redazione_riscaldamento-globale-antropico-clima-inquinamento-uberto-crescenti-antonino-zichichi/?altTemplate=Stampa

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

OCTOBRE 2020 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprends mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » des principaux articles diffusés sur ma page facebook : « belgotopia ».

Bonne lecture !

Jo Moreau.

2 octobre

« Les sources solaires et éoliennes sont inutiles et nuisibles dans la lutte contre le changement climatique. Leur croissance est limitée par les performances thermiques des réacteurs d’appoint et par les contraintes de stabilité du réseau électrique ». Pierre L. KUNSCH – Physicien et économiste de l’énergie – Professeur honoraire de l’Université Libre de Bruxelles –

https://www.science-climat-energie.be/2020/10/02/la-grande-illusion-du-pacte-energetique-belge/?

4 octobre

« Le Professeur van Ypersele n’a pas fait dans la nuance. D’une part il s’est clairement prononcé pour l’arrêt du nucléaire et d’autre part a affirmé des demi-vérités sinon transmis de fausses informations. (…) Une demi-vérité est aussi un mensonge. Il est regrettable que des personnes jouissant d’une visibilité médiatique importante s’expriment sans nuance. ». Philippe CAUWE – Ingénieur à la retraite – Docteur en mathématiques appliquées.

https://b-mag.news/avant-de-sortir-du-nucleaire-sortons-du-mensonge/?

6 octobre

Climat : « Il est de notoriété publique que l’augmentation de la concentration de CO 2 joue un rôle majeur dans l’augmentation de l’effet de serre et contribue au réchauffement climatique.(…) Il n’est pas toujours évident de déterminer lequel de deux événements interdépendants est la cause, et lequel est l’effet.(…) Les résultats de notre étude soutiennent l’hypothèse que les changements de CO 2 suivent les changements de température d’environ six mois sur une échelle mensuelle, ou d’environ un an sur une échelle annuelle ». Demetris KOUTSOYANIS – PhD – Professeur Université technique nationale d’Athènes Département des ressources en eau et génie de l’environnement.

https://www.mdpi.com/2413-4155/2/3/81/htm?

« Les stratégies d’atténuation du changement climatique sont souvent axées sur la technologie, et les véhicules électriques (VE) sont un bon exemple de quelque chose qui est considéré comme une solution miracle. (…) Pour combler l’écart d’atténuation uniquement avec les véhicules électriques, il faudrait déployer -aux USA- plus de 350 millions de véhicules électriques routiers (90% du parc), la moitié de la demande nationale d’électricité et des quantités excessives de matériaux critiques à déployer en 2050 ». Alexandre MILOVANOFF – Université de Toronto Département de génie civil et minéral –

https://www.nature.com/articles/s41558-020-00921-7?

8 octobre

climat capsule 29 - 04.05.2019 + 08.10.2020

9 octobre

« La Cour des comptes souligne la confusion entretenue entre la pollution atmosphérique, provenant des particules fines et de l’oxyde d’azote sortant des tuyaux d’échappement, et les émissions de CO2. Le CO2 émis dans l’atmosphère participe au réchauffement climatique mais n’est pas un polluant en tant que tel. ».

https://www.transitionsenergies.com/cour-des-comptes-pollution-automobile/?

« L’hydrogène, c’est un peu, pour les décideurs politiques, la « molécule philosophale » de l’énergie, qui rend « vert » tout ce qu’elle touche. (…) Malheureusement, tout comme son analogue, la pierre philosophale recherchée par les alchimistes, cette « molécule philosophale » qu’est l’hydrogène, si elle se prête aux rêves énergétiques sur papier, fait face à la résistance de la réalité, en l’occurrence les lois de la physique et de la chimie. » . Samuel FURFARI – Professeur à l’Université Libre de Bruxelles.

https://www.science-climat-energie.be/2020/10/09/lutopie-hydrogene/?

12 octobre

« Le scientifique belge le plus écouté sur la question, Jean-Pascal van Ypersele, est désigné non comme un écologue mais bien comme un climatologue. Différence anodine ? Elle permet d’enlever le caractère politique associé à l’écologie et de légitimer le discours scientifique sur la question. Cette différence présente les conclusions scientifiques des climatologues comme extérieures aux motivations politiques »

https://www.lalibre.be/debats/opinions/ecologie-et-climat-et-si-on-les-distinguait-5f7f2ad79978e2192d34f4a1?

Climat : l’avis d’un politique « Lorsqu’on entend des mots comme « négationnistes du climat », « écocide », etc., il faut bien admettre qu’on a basculé du débat scientifique dans une intolérance inquiétante et une forme de pensée totalitaire, au mieux une religion. Il y a les croyants et les hérétiques. ».

https://solidariteetprogres.fr/documents-de-fond-7/politique/le-visage-hideux-de-la.html?

13 octobre

AU NOM DU LIBRE-EXAMEN, un ancien de l’ULB (Université Libre de Bruxelles) appelle à « dénoncer » le professeur SAMUEL FURFARI pour ses idées soi-disant « climatosceptiques ».

Il y a quelques années, on avait connu une situation similaire à l’Université Catholique de Louvain, lorsqu’une pétition avait été lancée à l’encontre du professeur Istvan Marko, dans le but de lui interdire d’encore s’exprimer sur le climat. Il faut combattre ces scandaleuses tentatives de bâillonner toute parole qui ne se conformerait pas à l’idéologie climatique dominante, dans la négation même du principe du libre-examen.

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/photos/a.10153608732699726/10158855848769726

14 octobre

« Les climatologues s’accordent à dire que la température de surface de la Terre se réchauffe, mais les détails précis de la localisation et de l’ampleur sont moins clairs. (…) (Les modèles utilisés pour les prévisions climatiques donnent des résultats différents) La glace polaire et la vapeur d’eau dans l’atmosphère sont les facteurs les plus importants de la variabilité des différents modèles climatiques ». Ming CAI – PhD – Professor Department of Earth, Ocean & Atmospheric Science Florida State University –

https://phys.org/news/2020-10-polar-ice-atmospheric-vapor-biggest.html?

« La superficie couverte par la glace de mer antarctique en septembre (fin de l’hiver austral) se situait légèrement au-dessus de la moyenne trentenaire. ».

https://sciencepost.fr/contrairement-a-larctique-lantarctique-enregistre-une-banquise-proche-de-la-normale-en-septembre/?

15 octobre

Grégoire Wallenborn, le seul prof de l’ULB qui a signé la pétition calomnieuse contre le professeur FURFARI.

https://www.facebook.com/photo/?fbid=3509672469099714&set=a.104944162905912

SAMUEL FURFARI attaqué à l’ULB. « Le Pr. Furfari ayant maintes fois souligné publiquement la réalité du changement climatique, ce dernier point est constitutif de calomnie et diffamation, justiciables des tribunaux ; une telle action obligerait les auteurs de cette lâche dénonciation anonyme à se faire connaître. »

https://mythesmanciesetmathematiques.wordpress.com/2020/10/15/de-la-liberte-academique-a-lecole-polytechnique-de-bruxelles/?

16 octobre

climat capsule 55 - 16.10.2020

« Les climato-sceptiques ne contestent pas le léger réchauffement global observé. Enrevanche, ils en discutent l’origine anthropique et, surtout, l’affirmation qu’il s’agit là dequelque chose de bien établi et qui ferait consensus dans la communauté scientifique. (…) Qui croira après ça que le GIEC et ses commanditaires sont mus par des préoccupations scientifiques ? ».

https://static.climato-realistes.fr/2020/09/lettre-JC-pont-15-.pdf?

Sur les mouvements des glaciers depuis des millénaires, fontes et reglaciations successives…

https://www.rtl.be/info/magazine/science-nature/la-fonte-des-glaciers-des-alpes-devoile-des-tresors-enfouis-depuis-des-millenaires-1251972.aspx?

18 octobre

De nombreux scientifiques et enseignants sont menacés ou sanctionnés pour leurs idées non conformes à la pensée unique climatique. Avant SAMUEL FURFARI à l’ULB : En 2019 : »Susan Crockford vient d’être licenciée de l’université où elle enseignait, pour ses articles politiquement incorrects… »

https://polarbearscience.com/2019/10/16/uvic-bows-to-outside-pressure-and-rescinds-my-adjunct-professor-status/?

19 octobre

CLINTEL a publié la Magna Carta Universitatum 2020. Ce court document est essentiellement un code de conduite ambitieux pour la liberté d’enquête et d’expression dans les universités. « Le débat sur le changement climatique pourrait être l’un des pires cas de répression académique de l’histoire.(…) l’autorité politique et le pouvoir économique étouffent aujourd’hui la science du climat. »

https://www.cfact.org/2020/08/17/clintel-issues-great-charter-of-universities-for-research-freedom/?

« L’écrasante majorité des députés a trop peur d’être considérés comme des soi-disant « négateurs du changement climatique ».

https://belgotopia.com/2020/10/19/pourquoi-nous-devons-combattre-les-fanatiques-du-climat/?

21 octobre

Climat : Définir la cause et l’effet … « Les données montrent que la circulation océanique profonde peut changer étonnamment rapidement, et que cela peut libérer rapidement du CO 2 dans l’atmosphère. (…) L’océan autour de l’Antarctique peut soudainement changer sa circulation pour délivrer des rejets de CO 2 dans l’atmosphère.  » Voir aussi la dernière phrase, qui préserve in extremis la pensée correcte… ouf !Laura ROBINSON – PhD – Professeure Université de Bristol.

https://phys.org/news/2020-10-coral-machines-reveal-ancient-carbon.html?

23 octobre

climat capsule 56 - 23.10.2020

« Une science mal assurée, un milliardaire américain comme héraut de la cause, des médias unanimes, des observations biaisées, éparses, qui ne démontrent pas grand-chose : il faut raconter aux lecteurs de SCE cet épisode instructif de l’histoire des sciences ». J.C. Maurin, Professeur agrégé de physique.

https://www.science-climat-energie.be/2020/10/23/la-beaute-est-dans-loeil-de-celui-qui-regarde/?

24 octobre

« L’affaire SAMUEL FURFARI » à l’ULB.

https://drieu.medium.com/tribunal-de-la-sainte-inquisition-%C3%A0-lulb-d0bb68f7483d

26 octobre

« Les gens qui osent interpeler Al Gore et le GIEC, ou les théories du collègue de l’UCL Van Ypersele ou du Dr Phil Jones, doivent être considérés au même titre que les «négateurs» de l’Holocauste. Et j’ai donc obtenu mon diplôme de «négationniste du climat». »

https://belgotopia.com/2020/10/26/je-suis-un-negateur-du-climat/?

27 octobre

Climat : « même s’il y a actuellement un réchauffement climatique (quelles qu’en soient les causes) l’affirmation selon laquelle cela doit être catastrophique doit être considérée avec suspicion. (…) Le principe de base de l’image climatique conventionnelle (consensus ou non) selon laquelle tous les changements de température globale (moyenne) sont dus au forçage radiatif est erroné .» Richard LINDZEN – Physicien – ex professeur de météorologie Massachussetts Institute of Technology.

https://meteolcd.wordpress.com/2020/06/23/lindzens-new-paper-an-oversimplified-picture/?

29 octobre

« L’océan arctique semble se réchauffer ». Hope Valley Advertiser – 26.04.1923

1923 - hope valley advertiser 26.04.1923 - 29.10.2020

30 octobre

Du corail qui se porte bien

https://sciencepost.fr/grande-barriere-corail-empire-state-building/?

« Dans ce cas précis, les chercheurs estiment que les deux années suivant l’éruption du volcan ont été parmi les plus froides de l’hémisphère Nord au cours des 2 500 dernières années, avec des températures moyennes saisonnières jusqu’à 7 °C plus fraîches que la normale. »

https://sciencepost.fr/en-43-av-j-c-un-volcan-a-change-le-cours-de-lhistoire/?

31 octobre

Climat : « The forcings from all greenhouse gases are saturated » Les niveaux actuels de CO2 et de vapeur d’eau dans l’atmosphère sont presque complètement saturés. W. A. VAN WIJNGAARDEN – Department of Physics and Astronomy, York University.

https://arxiv.org/pdf/2006.03098.pdf?

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/