LA COP 24 EST A NOS PORTES

cop 24

La conférence de Katowice sur le réchauffement climatique aura lieu du 2 au 14 décembre 2018, justifiant une nouvelle fois tous les emballements médiatiques qui ne nous épargneront aucune inondation, catastrophe naturelle ou « record de température » (à la hausse, évidemment) où qu’il survienne sur la planète.

Cette « Conférence des Nations-Unies sur les changements climatiques » est une étape supplémentaire vers l’objectif de plus en plus avoué de l’ ONU :  imposer à terme un gouvernement mondial.

Instrument primordial dans cet agenda, le débat climatique a depuis un nombre considérable d’années, quitté le terrain scientifique pour les domaines idéologiques, politiques et financiers. Il est devenu l’objet de toutes les outrances et de tous les amalgames, imposant un seul point de vue sur la question, et muselant toute contestation ou ébauche de débat. Il justifie une modification profonde de la politique industrielle et économique des pays développés. Une partie des dirigeants de pays bénéficiaires de compensations aux soi-disant dérèglements climatiques vont sans doute  se voir confirmer une distribution généreuse de fonds alimentés par les contribuables des pays dits « riches ».

Rappelons d’abord quelques faits qui eux au moins, sont peu contestables.

– Le climat est tout, sauf stable. Tout au long de l’histoire, notre planète fut le théâtre d’événements météorologiques parfois soudains et souvent catastrophiques. (1)

– On peut admettre un certain réchauffement de la planète, tel qu’il apparut dès la fin du « petit âge glaciaire » au milieu du 19e siècle. Toutefois, l’amplitude de ce réchauffement est sujet à discussion, au vu de l’évolution des instruments de mesure, de l’architecture et de la localisation des stations météorologiques nécessitant des ajustements permettant toutes les manipulations. (2)

– Il n’existe AUCUNE preuve scientifique que l’activité humaine soit à l’origine de modifications climatiques. Toute l’argumentation des partisans du GIEC repose sur une corrélation entre l’augmentation des activités industrielles d’une part, et un réchauffement global de la température terrestre d’autre part. Mais corrélation ne signifie aucunement causalité…

– Le CO2 émis par les activités humaines représente moins de 5% de l’ensemble du CO2 relâché annuellement dans l’atmosphère, 95% de ce CO2 étant libéré par la nature.

– Il est faux de prétendre qu’il y aurait un consensus mondial de l’ensemble des scientifiques, qui irait dans le sens des conclusions du GIEC. Des dizaines de milliers de scientifiques de toutes disciplines, ont émis des réserves à des degrés divers quant à ces conclusions, quand ils n‘y sont pas totalement opposés.

La presse, surtout européenne et encore plus francophone, s’est emparée des scénarios catastrophistes émis par les adeptes du réchauffement climatique anthropique, et ont instauré un black-out total sur toute information ou théorie qui irait à l’encontre de ce qui est devenu la pensée unique et obligatoire.

L’ensemble du monde médiatique et politique est à la remorque de mouvements et ONG environnementalistes, idéologico-politiques telles que GREENPEACE, le WWF ou Global Footprint Network, dont les « études » et anathèmes sont considérés comme parole divine que personne ne prend la peine de vérifier, ou n’ose contester.

On en est arrivé à mélanger tout et n’importe quoi dans un gigantesque « melting pot » entretenant la confusion entre pollution et réchauffement climatique, ou qualifiant le CO2 comme un polluant, ce qu’il n’est pas malgré les tentatives récentes pour le classer dans cette catégorie.

Mais qui profite de cet état de fait ?

Tout d’abord une partie du monde scientifique. Il suffit aujourd’hui d’impliquer le réchauffement climatique anthropique dans une étude quelconque pour voir s’ouvrir la manne financière des subventions. En quelques années, le budget global annuel destiné à la climatologie est passé de 170 millions de dollars à plusieurs milliards de dollars.

Le monde politique a trouvé dans le sujet un bon moyen de récolter des voix, et aujourd’hui chacun veut paraître plus vert que vert. La mise en œuvre d’une telle politique justifie également la création d’une multitude de taxes dites « écologiques », affirmées ou déguisées, bénéficiant en plus de l’approbation inespérée d’une grande partie de la population.

Le monde industriel s’est engouffré dans le juteux nouveau marché, par la commercialisation prématurée d’énergies dites « renouvelables » tels que l’éolien ou le photovoltaïque. Cette mise sur le marché fut facilitée par des incitations, primes, certificats verts, aménagements du réseau et détaxations diverses supportées par l’ensemble des contribuables, incitants financiers indispensables également pour imposer l’émergence des véhicules électriques. C’est le triomphe de ce que l’on appelle « le capitalisme de connivence ».

Le monde financier profite largement du système mis en place, par des investissements dans des entreprises, banques ou fonds soi-disant « écologiques et responsables ».

Cette convergence d’intérêts a pris une telle dimension mondiale que tout retour en arrière est devenu extrêmement difficile, car il met en jeu la crédibilité des principaux piliers de nos sociétés : le politique, l’humanitaire et l’industriel.

Mais de tout ceci, la grande majorité de mes lecteurs est consciente. Et c’est bien là le problème : nous tournons en rond dans un cercle restreint de convaincus. Et pourtant, chacun d’entre nous peut étendre le débat en intervenant dans les commentaires des journaux informatiques, dans les réseaux sociaux, au sein de son cercle privé ou professionnel etc…

Contester les conclusions des conférences climatiques, combattre la « pensée unique » et rétablir un échange d’idées sur ces questions qui engagent l’avenir de notre société est primordial et doit impliquer chacun d’entre nous.

Jo Moreau

 

  1. https://belgotopia.wordpress.com/2017/09/06/les-evenements-climatiques-extremes-du-passe-17/
  2. https://belgotopia.com/2018/03/19/qui-connait-la-temperature-globale-reelle-de-la-planete/

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

2 commentaires sur “LA COP 24 EST A NOS PORTES

  1. La COP24 qui va à nouveau rassembler pendant 12 JOURS les rechauffistes convaincus de centaines d’ONG, d’ASBL, …., de délégués de gouvernements passifs, d’entreprises profiteuses de la manne des énergies d’origines climatiques EN Y DÉPENSANT SANS GÊNES DES MILLIERS D’EUROS provenant de subsides d’origine publique. Des propositions de sorties en journée et de repas festifs y seront proposés comme d’habitude aux participants souhaitant profiter de l’occasion.
    Par ailleurs, cet été, le rayonnement solaire visible n’a jamais autant produit de certificats verts aux nantis ayant INVESTI dans les panneaux solaires déversant leurs W/h à grands frais sur le réseau belge. Ces nantis ne s’en sont evidemment pas plein mais ce sont les moins nantis qui connaîtront la hausse non programmée de leur facture d’électricité .
    D’autre part, lorsqu’il fait anormalement chaud en Belgique, il fait anormalement
    froid au Groenland. Un réchauffement anormal de la température de l’air n’a jamais été généralisé. Idem pour les anomalies de pluviosite !
    Cerise sur le gâteau, un chercheur acolyte wallon de la délégation belge du GIEC
    en matière de réchauffement climatique de la planète et d’inondations tueuses de saison des pluies qui serait la principale cause des migrations de population en provenance d’ Afrique frequentant notre bâtiment de Géographie monte systématiquement dans sa
    voiture polluante pour aller acheter son sandwich de midi à moins de 250 m. Pourquoi pas !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s