MARS 2020 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprends mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » des principaux articles diffusés par ma page facebook « belgotopia ».

Bonne lecture !

Jo Moreau.

 

2 mars

« Le Dr Bates appelle à plus d’éthique dans la science, à la promotion d’un « débat respectueux des différents points de vue auquel nous nous étions engagés après le Climategate ».

https://belgotopia.com/2017/03/15/politique-et-science-une-combinaison-toxique/?

3 mars

Climat : « Une autre dynamique pour laquelle les chercheurs doivent ajuster leur modèle est appelée le forçage, qui se réfère principalement aux moteurs naturels et anthropiques qui peuvent soit stabiliser soit pousser le climat dans différentes directions. Le principal forçage du système climatique est le soleil, qui reste relativement constant, note Jacob. Mais tout au long du 20e siècle, il y a eu une augmentation d’autres facteurs externes, tels que le CO 2 et une variété d’aérosols, des embruns marins aux volcaniques. » John SPIZZIRRI – Argonne National Laboratory

https://phys.org/news/2020-03-version-earth-captures-climate-dynamics.html?

Climat : « Une étude montre une élévation rapide du niveau de la mer le long de la côte atlantique de l’Amérique du Nord au 18e siècle. (…) Cela signifie que ces épisodes rapides d’élévation du niveau de la mer sur la côte nord-est de l’Amérique du Nord au XVIIIe siècle ont une cause naturelle. ». Université de York.

https://phys.org/news/2020-02-rapid-sea-atlantic-coast-north.html?

4 mars

Climat : « De nos jours, un prétendu consensus sur l’état et les projections climatiques globales voudrait imposer au monde entier des chiffres ingénieusement calculés, alors que certains d’eux prêtent à la spéculation. Chiffres volontiers assortis de discours médiatisés, leur teneur est hautement anxiogène. Les émetteurs en sont des organismes au sein desquels s’entremêlent des politiciens et des scientifiques (l’ONU-GIEC et leurs très nombreux affidés). »

http://www.science-climat-energie.be/climatologie-et-cybernetique/?

7 mars

Climat : Toujours amusant : Le brise-glace « Captain Dranitsyn » devant ravitailler une expédition sur le navire « Polarstern » en Arctique, est lui-même en difficulté suite à l’épaisseur de la glace. On recherche des solutions.

https://www.butenunbinnen.de/nachrichten/wissen/mosaic-expedition-verzoegerung-polarstern-100.html?

Climat :  » Dire que la neige disparait en automne ou en hiver à cause du réchauffement global est donc une contre-vérité. Cela peut être vrai au niveau local, mais pas pour l’ensemble de l’hémisphère nord ».

http://www.science-climat-energie.be/2020/03/06/sce-info-la-neige-nest-pas-prete-de-disparaitre/?

9 mars

Climat : « Nos recherches soutiennent l’idée que les nuages et l’albédo, qui déterminent en fin de compte le rayonnement à ondes courtes, sont des variables de la plus haute importance pour le changement climatique actuel ». Alfonso DELGADO-BONAL – PhD – NASA GSFC Climate and Radiation Laboratory – Universities Space Research Association, Columbia, Maryland

https://www.nature.com/articles/s41598-020-57917-8?

11 mars

Climat : « L’étude a présenté des preuves d’un changement brusque du niveau de la mer il y a entre 11 300 et 11 000 ans, de 40 à 80 mètres à Svalbard, dans l’océan Arctique. (…) (dû à) une augmentation soudaine de la température due à l’incursion des eaux chaudes de l’Atlantique et à la fonte des glaces de couverture qui en résulte. ». Skye Yunshu Tian – Ph.D – École des sciences biologiques – Swire Institute of Marine Science de l’Université de Hong Kong (HKU).

https://phys.org/news/2020-03-paleontologists-solid-evidence-elusive-abrupt.html?

12 mars

Climat : Climat : « L’année 1900 a été utilisée par les chercheurs comme un point à l’échelle du Groenland où les glaciers ont commencé à reculer ». Flor VERMASSEN – PhD – Paléocéanographe arctique – Commission géologique du Danemark et du Groenland.

https://phys.org/news/2020-03-major-greenland-glacier-collapse-years.html?

13 mars

Climat : « On désigne par cryosphère l’ensemble des glaces terrestres. Son évolution, lors des dernières décennies, est souvent présentée comme préoccupante : il en résulterait une forte hausse des niveaux marins et un changement d’albédo et donc du bilan énergétique de la Terre (…) Les variations actuelles de la cryosphère restent négligeables si on les compare à celles du passé « .

http://www.science-climat-energie.be/2020/03/13/les-glaces-terrestres-la-cryosphere-1-3/?

21 mars

Malgré les tentatives de plus en plus nombreuses d’utiliser les morts de la crise du covid19 pour promouvoir la lutte « pour le climat », belgotopia sera généralement en léthargie jusqu’à la fin de ce gros problème.

Je note simplement que les « scientifiques » qui s’expriment ponctuellement analysent une situation d’actualité, et se gardent bien de faire des pronostics sur un avenir aussi lointain qu’hypothétique.

Jo.

26 mars

« Il semble morbide et cynique, alors que des milliers de personnes meurent du Coronavirus, d’insister en ce moment sur l’impérieuse nécessité d’agir contre le changement climatique ». Samuel FURFARI – Professeur à l’Université Libre de Bruxelles et Président de la Société Européenne des Ingénieurs et Industriels.

https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/les-ideologues-de-l-hysterie-climatique-vus-a-l-ombre-du-coronavirus-843425.html?

27 mars

« La focalisation des médias et des organisations intergouvernementales sur la banquise Nord et les glaciers alpins n’est guère justifiée par leur masse : ils représentent ensemble ≈ 0,05% de la masse de la cryosphère. »

http://www.science-climat-energie.be/2020/03/27/les-glaces-terrestres-la-cryosphere-2-3/?

30 mars

Climat : « Malgré des décennies de prophéties catastrophiques, la calotte glaciaire du Groenland gagne actuellement des quantités monstres de «masse» – 6 gigatonnes sur la seule journée du 28 mars 2020. »

https://electroverse.net/greenlands-smb-gained-6-gigatons-yesterday-nh-snow-mass-above-norm/?

 

BIENVENUE SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

FÉVRIER 2020 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprends mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » des principaux articles diffusés par ma page facebook « belgotopia ».

Bonne lecture !

Jo Moreau.

 

2 février

Climat : « Avec un réchauffement climatique induit par le CO 2 d’environ 0,3 ° C au cours du siècle dernier, pas plus de 0,05 ° C ne devraient être causé par les activités humaines.(…) Certains effets, qui n’ont manifestement pas été pris en compte dans les rapports du GIEC, peuvent atténuer considérablement l’influence du CO 2 sur le réchauffement climatique. » Hermann HARDE – Professeur émérite physique expérimentale Université Helmut Schmidt Hamburg.

https://www.hindawi.com/journals/ijas/2017/9251034/?

3 février

climat capsule 45 - 22.10.2019

4 février

Climat : « Les variations de température mondiale au cours des dernières décennies ont été causées par des fluctuations de la couverture nuageuse mondiale. (…) Le CO2 en tant que gaz de trace sans condensation dans notre atmosphère n’a aucun effet sur le climat de la Terre! ». Ned NIKOLOV – PhD – Ecologie forestière – Modélisation écologique

https://electroverse.net/evidence-for-cloud-albedo-control-of-earths-climate/?

Climat : « Le réchauffement récent n’est pas exceptionnel dans le contexte des cinq derniers millénaires pour le sud de l’Amérique du Sud ». Antonio LARA – Universidad Austral de Chile, Valdivia – Centre de recherche sur le climat et la résilience Santiago Chili.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0277379119306924?

6 février

Quand « Le Monde » décrivait en 1976 le refroidissement climatique en cours.

https://www.lemonde.fr/archives/article/1976/06/19/refroidissement-climatique-et-pollution_2941842_1819218.html?

Des milliards de dollars dépensés en pure perte : la Russie ignore toujours que bientôt il n’y aura plus de glace en Arctique !

https://navalnews.net/russia-to-build-worlds-most-powerful-icebreaker/?

7 février

Nos jeunes endoctrinés remettent cela aujourd’hui. Maintenant, s’ils ne protestent que contre une pollution exagérée, sans amalgame avec le climat, alors je suis à leurs côtés !

https://belgotopia.com/2018/11/28/le-2-decembre-defilez-pour-le-climat-et-repentez-vous/?

Climat : « Nature, l’une des plus célèbres revues scientifiques à l’échelle mondiale, vient de publier un article assez inattendu. Celui-ci se permet une analyse critique des scénarios climatiques proposés dans les rapports du GIEC ».

http://www.science-climat-energie.be/2020/02/07/sce-info-climatologie-actuelle-un-petit-pas-vers-plus-de-realisme/?

« L’étendue de la glace arctique de janvier 2020 est plus élevée que celle des mois de janvier des 5 dernières années (2015 à 2019). »

http://www.science-climat-energie.be/2020/02/07/etendue-de-la-glace-arctique-actualisation-janvier-2020/?

10 février

« Tel un climatovirus, ce trouble mental se répand de plus en plus dans la population, et plus particulièrement parmi les jeunes, cibles privilégiées d’une propagande systématique, »

https://belgotopia.com/2020/02/10/les-ravages-de-leco-anxiete/?

12 février

Climat : Deux tempêtes en une semaine en Belgique ! OMG ! Puisqu’on va certainement nous bassiner avec le dérèglement climatique, un petit rappel sur la succession des tempêtes qui sévirent chez nous du 25 janvier au 1er mars 1990…

https://www.meteobelgique.be/article/articles-et-dossiers/81-climats-dhier-et-daujourdhui/1430-il-y-a-20-ans-les-tempetes-de-lhiver-1990?

15 février

Climat : « Le RCP8.5 (scénario d’évolution climatique) était destiné à explorer un avenir à haut risque improbable. Mais il a été largement utilisé par certains experts, les décideurs politiques et les médias comme un résultat probable. Les médias amplifient alors souvent ce message, parfois sans communiquer les nuances. Le monde imaginé dans RCP8.5 est un monde qui, à notre avis, devient de plus en plus invraisemblable avec chaque année qui passe. » Zeke HAUSFATHER – Director of climate and energy Breakthrough Institute Oakland

https://www.nature.com/articles/d41586-020-00177-3?

16 février

Climat : « L’effet du CO2 anthropique sur le climat est négligeable. (…) Nous rejetons ainsi la théorie du réchauffement global causé par les activités humaines, tant sur base de motifs empiriques que sur l’analyse théorique ». Peter STALLINGA – PhD – Professeur associé Sciences et Technologie – University of the Algarve.

https://www.scirp.org/pdf/acs_2020011611163731.pdf?

climat comic 21

 

18 février

Climat : Le patron d’Amazon lance un fonds de 10 milliards de dollars alloué à des projets pour « lutter contre le changement climatique ». Cela promet de nombreuses études pour ma série « délires climatiques » !

https://phys.org/news/2020-02-bezos-bn-fund-combat-climate.html?

De nouvelles réserves sur le fonctionnement des revues à comité de lecture.

 » Il n’est pas rare d’entendre que les seuls articles qui comptent sont ceux des revues dont le facteur d’impact est supérieur à une valeur arbitraire. Ou pire, que la publication dans des revues de niveau inférieur affaiblit les CV. (…) Un problème général est que les indices peuvent être manipulés de manière à les rendre presque sans valeur en tant que mesure de la réussite ou de la qualité scientifique. »

https://phys.org/news/2020-02-scientists-reform-indices-science-journals.html?

Climat : Les émissions mondiales de CO2 ont stagné en 2019, alors que l’économie mondiale augmentait de près de 3%.

https://www.iea.org/news/defying-expectations-of-a-rise-global-carbon-dioxide-emissions-flatlined-in-2019?

20 février

Climat : « Pour étudier le lien possible entre le soleil et le climat, la chronologie régionale des anneaux arborés couvrant la période de 1445 à 2005 a été analysée. (…) Ces résultats confirment l’existence d’un effet de l’activité solaire sur le climat ». (Etude sur le Nord-Ouest de la Russie). Elena A Kasatkina – Polar Geophysical Institute. – Russian Academy of Sciences.

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S1364682618306825?

21 février

« Penser, comme le fait le GIEC, et l’UE à sa suite, que les énergies fossiles pourraient être abandonnées (quasi totalement) en un court laps de temps, au profit d’énergies renouvelables intermittentes relève de l’utopie. » Samuel Furfari, Professeur à l’Université libre de Bruxelles.

http://www.science-climat-energie.be/2020/02/21/retour-sur-2019/?

Climat : « Il n’est pas facile d’oublier la mort de 50 millions de personnes, mais nous y sommes parvenus. Une sécheresse mondiale dans les années 1870 a provoqué une famine de masse en Amérique du Sud, en Afrique et en Asie, »

https://www.newscientist.com/article/2183901-a-freak-1870s-climate-event-caused-drought-across-three-continents/?

22 février

Climat : « Il a été démontré que les changements de l’état du tourbillon polaire et les changements correspondants dans le régime de circulation à grande échelle peuvent être liés aux variations de la température mondiale, avec une raison possible de ces variations étant des changements à long terme de l’irradiance solaire totale. ». Svetlana VERETENENKO – PhD – Ioffe physical Technical Institute (Moscow) – Laboratory of Cosmic rays.

https://link.springer.com/chapter/10.1007/978-3-030-21788-4_30?

23 février

Climat : « Les tendances du verdissement agricole (détectées par les données satellites) sont plus de deux fois celle de la végétation naturelle dans la zone agricole clé de l’hémisphère Nord. Le verdissement agricole contribue à près d’un tiers du verdissement de l’hémisphère Nord. ». Xueyuan GAO – Université de Pekin Faculté des sciences géographiques.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0168192319302606?

24 février

climat capsule 47 - 24.02.2020

25 février

Climat : La réduction de l’AMOC a refroidi et rafraîchi le haut de l’océan au nord de 26 ° N sur une zone qui suit la bordure au large du Gulf Stream / du courant de l’Atlantique Nord, des Bahamas à l’Islande. Les pics de refroidissement au sud de l’Islande, où les températures de surface sont jusqu’à 2 ° C plus fraîches en 2016 qu’en 2008. Harry L BRYDEN – PhD – Professeur émérite National Oceanography Center, Université de Southampton –

https://journals.ametsoc.org/doi/full/10.1175/JCLI-D-19-0323.1?

Climat : A bon entendeur …:

« J’ai proposé que le droit pénal international soit élargi pour inclure une nouvelle infraction pénale que j’appelle postéricide. (…) Le déni du climat a sérieusement entravé les efforts d’atténuation agressifs qui auraient pu éviter notre urgence climatique actuelle. Il a amplifié le risque que l’humanité s’enferme dans un changement climatique mondial catastrophique. (…) Les dommages causés par les négateurs du climat sont odieux et ils n’ont aucune excuse. Le moment est venu de les poursuivre pour postéricide . ». Catriona McKinnon – Professeur de théorie politique à l’Université d’Exet.

https://web.archive.org/web/20200215050824/https://en.unesco.org/courier/2019-3/climate-crimes-must-be-brought-justice

28 février

Climat :  » La péninsule Antarctique ne se réchauffe pas depuis 25 ans. »

http://www.science-climat-energie.be/2020/02/28/la-peninsule-antarctique-se-porte-bien/?

 

BIENVENUE SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

COVID19 ET MAMAN NATURE

peste

Depuis le début de la pandémie du covid19 à laquelle nous sommes confrontés, s’élèvent certaines voix d’illuminés pseudo-écologistes qui, comme au Moyen-âge, la considère comme une juste punition des méfaits de l’homme à l’égard de Maman nature. Ils profitent également de ces événements pour impliquer le développement de cette pandémie avec …le réchauffement climatique.

C’est oublier un peu vite que l’humanité a été de tous temps victime d’épidémies dévastatrices, dont voici une évocation très incomplète, et limitée à l’Europe.

 

430 – 426 avant JC : Peste d’Athènes – environ 70.000 morts.

165 – 189 : Peste antonine (variole ?) – environ 10 millions de morts

541 – 747 : Peste de Justinien – 25 à 50 millions de morts

1348 – 1352 : Peste noire – environ 25 millions de morts, soit 50% de la population européenne.

1629-1631 : Peste italienne – 1.100.000 morts (25% de la population italienne)

1664 : Grande peste de Londres environ 100.000 morts.

1675 – 1676 : épidémie de peste maltaise

1720 : Peste de Marseille – environ 100.000 morts en Provence.

En-dehors des grandes épidémies de peste reprises ci-dessus, de très nombreuses résurgences ponctuelles ont surgi en de nombreux endroits.

1779 – épidémie de dysenterie en France. Environ 175.000 morts. (Nombreuses autres épidémies ponctuelles dans l’Histoire)

1823 : épidémie de choléra

1832 – 1833 : Choléra – environ 160.000 morts

1840 – 1860 : Choléra – 1 million de morts en Russie.

1863 – 1875 : Choléra

1899 – 1923 : Choléra

1918 – 1919 : Grippe espagnole – 25 à 50 millions de morts.

1957 – 1958 : grippe asiatique H2N2 – environ 2 millions de morts dans le monde.

1968 – 1969 : grippe de Hong Kong (ou grippe asiatique) – un million de morts dans le monde

1981 – ? : Sida VIH – Environ 36 millions de morts dans le monde à ce jour.

2003 : SRAS Syndrome Respiratoire Aigu Sévère.

2009-2010 : Grippe H1N1 –

Rougeole : persistance depuis le 7e siècle avant JC,  – 200 millions de morts à ce jour.

Variole : persistance depuis 10000 avant JC- déclarée éradiquée en 1977 – 300 millions de morts.

Tuberculose : persistance depuis l’apparition de l’humanité.

Poliomyélite – déclarée éradiquée en Europe depuis 2002.

Grippe saisonnière – 250 à 500.000 morts annuels dans le monde.

Maman nature, qui est plutôt une marâtre, avait déjà sévi avant même l’apparition de l’homme et jusqu’à aujourd’hui, par de multiples et dévastatrices catastrophes météorologiques et géologiques, par de constants phénomènes volcaniques, océaniques, sismiques etc…

Il serait donc plus avisé de dire que l’espèce humaine doit constamment se protéger des pièges mortels que Maman nature s’ingénie à multiplier autour d’elle !

Jo Moreau.

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

 

DECEMBRE 2019 SUR MA PAGE FACEBOOK

belgotopia (30)

DECEMBRE 2019 SUR MA PAGE FACEBOOK

 

Destinée principalement aux lecteurs de mon blog qui ne sont pas affiliés à « Facebook », je reprendrai mensuellement (avec un décalage d’un mois) la « table des matières » de tous les sujets repris sur ma page facebook « belgotopia ».

Bonne lecture !

Jo Moreau.

 

1 décembre

Climat :  Une dénonciation en 2015 des grandes messes planétaires, toujours valable aujourd’hui, de Sylvie Brunel, professeure à l’ université Paris-Sorbonne. Agrégée en Géographie, Docteur en économie, spécialiste des questions de développement.

https://belgotopia.com/2017/09/26/la-grande-religion-climatique/?

 

Dans l’hallucinante série : les délires climatiques

  1. Le réchauffement climatique développe les sentiments de peur, de stress et d’anxiété écologique.

https://edition.cnn.com/2019/05/07/health/climate-anxiety-eprise/index.html?

 

3 décembre

Climat : « Nous avons non seulement simplifié à l’excès le mécanisme du changement climatique, mais également simplifié la « solution » à y apporter ».

https://belgotopia.com/2019/12/03/la-cop-25-et-le-debat-sur-les-changements-climatiques/?

 

6 décembre

climat capsule 46 - 06.12.2019

Climat : Les affirmations impliquant le changement climatique anthropique aux migrations de masse sont trompeuses et sans fondement scientifique. Ingrid BOAS – PhD – Professeure associée Université de Wageningen (P-B) Groupe de politique environnementale.

https://www.nature.com/articles/s41558-019-0633-3?

 

Dans l’hallucinante série : les délires climatiques

  1. Le changement climatique responsable de maladies d’arbustes au Canada.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1169225/plante-vegetation-salal-climat-meteo-foret-incendie?

 

« le CO2 n’est pas un paramètre très important. Il se pourrait même qu’il n’ait aucun rôle (…) Les paramètres qui seraient les plus importants sont la durée de l’ensoleillement, la variation de la couverture nuageuse, les aérosols, les variations du champ magnétique terrestre mais également solaire (pouvant influencer la formation des nuages), et enfin la circulation thermohaline. »

http://www.science-climat-energie.be/2019/12/06/ces-villes-qui-ne-se-rechauffent-pas/?

8 décembre

Climat : La taille de la plupart des glaciers de l’Antarctique diminue.

Auckland Star – 13.03.1912

 

Dans l’hallucinante série : les délires climatiques

  1. Le réchauffement climatique provoquera des pannes de courant à Los Angeles.

https://www.yaleclimateconnections.org/2019/05/climate-change-could-cause-l-a-blackouts/?

 

9 décembre

climat capsule 45 - 22.10.2019

10 décembre

Climat : La suie industrielle n’est pas responsable du retrait des glaciers alpins lors de la fin du « petit âge glaciaire » au milieu du 19e siècle. Michael Sigl – Laboratoire de chimie de l’environnement – Institut Paul Scherrer – Université de Berne – Centre Oeschger pour la recherche sur le changement climatique.

https://www.the-cryosphere.net/12/3311/2018/?

 

Climat : « Nous avons découvert que le volcan Katla en Islande (actuellement dormant) est une source d’importance mondiale de dioxyde de carbone (CO2) atmosphérique, même s’il était auparavant supposé être un émetteur de gaz mineur. Les volcans sont une source naturelle clé de CO2 atmosphérique ». Evgenia ILYINSKAYA – PhD – University of Leeds – Chercheur à l’Institut de géophysique et tectonique.

https://grapevine.is/news/2018/09/24/no-katla-is-not-about-to-erupt/?

 

11 décembre

Dans l’hallucinante série : les délires climatiques

  1. Le changement climatique menace la culture de la banane.

https://www.newsweek.com/climate-change-risk-banana-disease-black-sigatoka-50-percent-1417650?

 

Mais bien sûr qu’il y a plein d’argent en Belgique !

« Le gouvernement fédéral a l’intention de doubler sa contribution au Fonds Vert pour le Climat par rapport à la période initiale, dans le cadre de la première reconstitution du fonds. Cette contribution sera portée à 100 millions d’Euro. Le gouvernement fédéral et les 3 gouvernements régionaux vont également contribuer entre autres au Fonds d’Adaptation à hauteur de 5,9 millions d’Euro et au Least Developed Countries Fund à hauteur de 17,7 millions d’Euro. Au total, la Belgique a annoncé des contributions à hauteur de 125,1 millions d’Euro dans le courant de cette année. »

Marie-Christine Marghem – Ministre fédérale de l’énergie, de l’environnement et du développement durable – Déclaration à la COP 25.

 

12 décembre

Climat : Les incendies californiens n’ont rien à voir avec le réchauffement climatique.

https://www.forbes.com/sites/michaelshellenberger/2019/11/04/why-everything-they-say-about-california-fires–including-that-climate-matters-most–is-wrong/?

 

13 décembre

Margaret Thatcher, première climato-sceptique ?

http://www.science-climat-energie.be/2019/12/13/sce-info-margaret-thatcher-premiere-climato-sceptique/?

 

15 décembre

Dans l’hallucinante série : les délires climatiques

  1. Le réchauffement climatique affectera le goût et la qualité des aliments en Australie.

https://theweek.com/speedreads/544556/thanks-climate-change-food-could-soon-taste-lot-worse

 

16 décembre

Climat : les variations de la calotte glaciaire de l’Antarctique occidental : elle est plus étendue aujourd’hui qu’il y a 10.000 ans alors que les températures étaient moins élevées. Jonny KINGSLAKE – PhD – Glaciologue – Assistant professor Columbia University – Dept of Earth and environmental science.

https://www.nature.com/articles/s41586-018-0208-x?

 

17 décembre

Record de température pour un 16 décembre à Bruxelles.

Le 16 décembre 1989, on a relevé 16,7°C à Bruxelles.

 

« Mais que font les autres ? La Chine espère ne plus augmenter ses émissions « vers » 2030 et l’Inde ne donne qu’un indicateur d’amélioration de son intensité carbone par rapport à son PIB mais aucun objectif de réduction des émissions. De plus, l’UE prend comme référence l’année 1990 mais de nombreux pays prennent comme repère pour calculer leurs réductions éventuelles d’émissions une année plus proche. Par exemple, le Japon a choisi 2013, année où ses émissions étaient maximales à cause du remplacement de l’électricité d’origine nucléaire par celle générée par du charbon ou du gaz naturel ; il en résulte que l’objectif pour le Japon à l’horizon 2030 est de 30 points inférieur à celui de l’UE. »

https://www.connaissancedesenergies.org/tribune-actualite-energies/du-succes-diplomatique-de-la-cop21-aux-echecs-des-cop?

 

19 décembre

Climat : « Les ondes circulaires globales de Rossby sont associées à un jet-stream fortement sinueux et peuvent provoquer simultanément des vagues de chaleur et des inondations dans l’hémisphère nord ». Kai KORNHUBER – PhD – Physique du climat – Columbia university Earth Institute.

https://www.nature.com/articles/s41558-019-0637-z?

 

Dans l’hallucinante série : les délires climatiques

  1. Le réchauffement climatique responsable d’éruptions volcaniques catastrophiques dans le monde.

https://www.enviro2b.com/2019/05/27/les-changements-climatiques-pourraient-provoquer-des-eruptions-volcaniques-a-travers-le-monde/?

 

2000 ans de dérèglements climatiques

https://belgotopia.com/2019/12/19/2000-annees-de-dereglements-climatiques/?

 

21 décembre

1895 -08.09

Climat : « On constate par conséquent, qu’aucun gaz en particulier n’affecte les températures atmosphériques plus que tout autre gaz; donc, il ne peut y avoir de réchauffement significatif causé par les gaz à effet de serre sur Terre, ou d’ailleurs sur toute autre planète ». Robert Ian HOLMES – Federation University (AUS) Science and Engineering Faculty.

https://www.researchgate.net/publication/324599511_Thermal_Enhancement_on_Planetary_Bodies_and_the_Relevance_of_the_Molar_Mass_Version_of_the_Ideal_Gas_Law_to_the_Null_Hypothesis_of_Climate_Change?

23 décembre

Dans l’hallucinante série : les délires climatiques

  1. Le réchauffement climatique mène l’Ecosse vers une apocalypse dans les 10 ans qui viennent.

https://www.independent.co.uk/environment/climate-change-scotland-impact-forest-bird-wildlife-flooding-a8936661.html?

 

Climat : « Les modèles climatiques sont réglés sur l’hypothèse suivant laquelle le système climatique est naturellement en équilibre, qui ne peut être rompu que par l’intervention humaine. Il s’agit d’une hypothèse arbitraire et illogique ». Roy SPENCER – PhD – Climatologue – Chercheur Université Alabama – Spécialiste des mesures de températures par satellites –

https://www.drroyspencer.com/global-warming-101/?

 

24 décembre

comic 41

26 décembre

Dans l’hallucinante série : les délires climatiques

  1. Le réchauffement climatique provoquera la baisse du niveau des Grands Lacs américains.

https://www.theglobeandmail.com/news/national/great-lakes-may-shrink-report-says/article1159589/?

 

27 décembre

Climat : « Le CO2 est une bénédiction pour l’humanité (…) Le prétendu consensus rassemblant 97% des scientifiques est un mythe (…) Le débat sur le climat est une question politique. Il est dominé par le GIEC. Les découvertes scientifiques qui contredisent les «dogmes» du GIEC sont combattues de manière subtile. En tant que scientifique invité à Stanford, je pourrais vous dire des choses incroyables … » Ulrich KUTSCHERA – PhD – Biologiste – Carnegie Institution for Science.

https://jungefreiheit.de/debatte/interview/2019/co2-ist-ein-segen-fuer-die-menschheit/?

 

30 décembre

Climat : une précision utile : en 130 ans de relevés, la Belgique a connu …11 Noëls blancs.

https://plus.lesoir.be/195635/article/2018-12-14/le-noel-blanc-reste-extremement-rare-en-belgique?

A  SUIVRE

 

BIENVENUE  SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

 

L’ACTIVISME CLIMATIQUE EST UNE DERIVE SECTAIRE

climat 43

 

L’embrigadement des citoyens et plus précisément des plus jeunes d’entre eux, en une dérive politico-mystique qui, sous couvert d’une théorie scientifique toujours controversée, conditionne désormais tous les actes de notre société et la vie des citoyens.

Je veux parler de la théorie impliquant la responsabilité humaine dans le réchauffement climatique, notion qui a évolué progressivement en changements, puis « dérèglements climatiques ». Je dis bien une théorie, qui n’est nullement scientifiquement prouvée, contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire, et qui reste contestée par de nombreux scientifiques à travers le monde, à leurs risques et périls d’ailleurs aussi bien sur le plan personnel que professionnel.

Etant allergique aux théories complotistes, je ne crois pas que des responsables politiques, économiques et scientifiques se soient réunis un jour dans un endroit tenu secret pour jeter les bases d’une organisation à structure pseudo-religieuse, destinée à diriger nos vies et nos sociétés dans le contexte que nous connaissons aujourd’hui. Par contre, je constate qu’une fois évoqué, ce scénario a rallié plus ou moins rapidement toutes les composantes citées qui y ont vu chacune l’occasion d’en retirer un profit indiscutable.

On relève de multiples mécanismes communs au développement de l’activisme climatique, avec ceux de pseudo-religions ou sectes, et de certains mouvements politiques totalitaires.

Peut-on dès lors établir un parallèle avec le fonctionnement et la structure d’une pseudo-religion ? La réponse est incontestablement positive, et nous rappelle également à quel point l’émergence de sociétés dictatoriales modernes, telles que le national-socialisme ou le système communiste, ont utilisé des mécanismes identiques de manipulation des foules.

Qu’est ce qui caractérise une secte ? La définition suivante me plaît assez : « Un groupe à caractère totalitaire, au sein duquel est pratiquée une manipulation mentale qui entraîne endoctrinement, contrôle de la pensée, viol psychique ayant pour objectif une refondation de la société ».

Il est frappant de parcourir la liste des 10 signaux d’alerte (liste utilisée en France par les Renseignements Généraux) et dressée par les parlementaires français dans leur volonté de détecter le caractère sectaire d’une organisation et son degré de dangerosité :

  1. La déstabilisation mentale.
  2. Le caractère exorbitant des exigences financières.
  3. La rupture induite avec l’environnement d’origine.
  4. Les atteintes à l’intégrité physique.
  5. L’embrigadement des enfants.
  6. Le discours plus ou moins anti-social.
  7. Les troubles à l’ordre public.
  8. L’importance des démêlés judiciaires.
  9. L’éventuel détournement des circuits économiques traditionnels.
  10. Les tentatives d’infiltration des pouvoirs publics.

L’interprétation à donner à cette liste est la suivante :

  • Un seul « oui » est suffisant pour autoriser l’appellation « secte » et nous invite à la prudence.
  • Plusieurs « oui » constituent une mise en garde sérieuse : vous êtes en danger (secte).
  • Plus de 5 « oui » sont un appel clair à la fuite : soyez prudents et demandez de l’aide (SOS Secte). (1)

Nous pouvons sans peine affecter un grand nombre de ces critères à la « l’activisme climatique ».

La secte s’autoproclame seule détentrice de la Vérité, le fondement de la foi étant fréquemment révélé par un livre sacré, diffusé et commenté par un ou plusieurs gourous. Fondée sur des croyances définies comme des certitudes coulées dans le bronze, mettre en doute la Parole révélée est considéré comme une agression contre le groupe, donc contre la Vérité, agression qu’il convient bien entendu de combattre et étouffer.

Dans le cas de l’activisme climatique, nous nous trouvons manifestement confrontés au caractère hégémonique d’une secte apocalyptique, annonciatrice de catastrophes et cataclysmes imminents dont l’issue ne peut être que la destruction définitive de la planète et de ses habitants si nous ne conformons pas à ses préceptes.

Car tout est mis en œuvre pour persuader la population que la situation climatique actuelle est pire que celle d’hier, mais encore bien meilleure que ce qui nous attend demain.

 Appuyées par des écrits scientifiques, pseudo-scientifiques, idéologiques et politiques, des grand-messes climatiques annuelles (Les COP) sont organisées et rassemblent des dizaines de milliers de participants venant des tous les horizons de la société. Les responsables de ces bouleversements sont connus et dénoncés : il s’agit de nous-mêmes, de notre mode de vie, de nos comportements, soit de toutes les activités humaines qui favorisent des émissions de CO2, ce gaz satanique pointé comme seul responsable du réchauffement climatique épouvantable qui nous attend.

Heureusement, la solution est dès lors élémentaire et évidente : supprimer toutes les activités qui libèrent ce gaz dans l’atmosphère et vivre conformément aux préceptes de la secte sera indispensable pour « sauver la planète ».

Quitter la secte ou contester ses fondements est possible, mais peut se révéler dangereux pour ces hérétiques soit par une véritable « mise au ban » de la société, en les qualifiant d’arriérés, d’idiots ou de corrompus, (2) soit par la mise en péril de leur carrière. C’est ainsi que de nombreux scientifiques n’expriment leurs doutes ou désaccord qu’après avoir quitté la vie professionnelle active, tandis que d’autres ont été sanctionnés ou purement et simplement licenciés.

LE MYTHE FONDATEUR

Sans oublier les « Journées de la Terre » (fondées en 1970) ou le Club de Rome (premier rapport en 1972), on ne peut ignorer le rôle joué par la première ministre britannique Margaret THATCHER, qui dans sa volonté de fermer les mines de charbon déficitaires, est confrontée à une grève des mineurs en 1984-85. Elle veut promouvoir le nucléaire pour la production d’électricité, et dans ce but démontrer le caractère nocif de l’emploi du charbon. Elle fut ensuite une ardente propagandiste écologique et dénonça inlassablement le danger climatique. Son action fut prépondérante dans la création ultérieure du GIEC.  Après avoir quitté le pouvoir elle révéla dans ses mémoires avoir été trompée par des scientifiques plus soucieux de catastrophisme que de vérité scientifique. (3)

L’ IPCC soit Intergovernemental Panel for Climate Change ou Panel Intergouvernemental sur le Changement Climatique, (improprement traduit en français par Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’évolution du Climat ) fut créé en 1988 au sein de l’ONU, et dépend de l’Organisation météorologique mondiale. La mission qui lui est impartie est d’évaluer les risques et conséquences du réchauffement climatique lié aux activités humaines. Ce cadre « anthropique » très réductif fut occulté ultérieurement, mais il est évident que les travaux actuels du GIEC sont toujours strictement orientés dans la perspective prévue à l’origine, soit la responsabilité presque exclusive des activités humaines sur un prétendu dérèglement du climat, et minimisant ou éclipsant tous les autres facteurs d’origine naturelle.

Il a élargi ensuite ses travaux à la lutte contre la pollution, créant par ce « package » la confusion dans l’esprit du public entre lutte pour le climat et lutte contre la pollution.

Le GIEC n’entreprend aucune recherche par lui-même, mais collationne des études paraissant dans certaines revues spécialisées choisies par lui, en établit une synthèse, et au moyen de modèles informatiques, en déduit une projection de l’évolution climatique dans un futur à moyen et long terme.

La création du mythe de l’infaillibilité du GIEC est une grande réussite.

 

Il est un facteur primordial dans l’émergence de la pensée unique climatique au sein de tous les composants de la société.

L’idée que le GIEC a toujours raison est considérée comme une évidence dans le public, est confortée par les médias, le monde politique et les milieux enseignants, ainsi que par les ONG politico-environnementalistes telles que Greenpeace ou le WWF, dont il est d’ailleurs très (et souvent trop) proche quand ils ne se confondent pas. Ce mythe de la Vérité climatique qui serait détenue par le GIEC se fonde sur quelques piliers, dont les plus souvent cités sont :

 

  • Les scientifiques collaborant avec le GIEC seraient « les meilleurs du monde dans leur spécialité ». Or, ces quelques centaines de scientifiques (et non des milliers) sont en fait proposés par les gouvernements, et quoique je ne remette nullement leur compétence en cause, leur approche personnelle de la problématique de la responsabilité humaine sur le réchauffement climatique est certainement un critère primordial dans leur sélection, avant l’excellence autoproclamée de leur expertise.

 

  • Un autre pilier est le consensus rassemblant « l’immense majorité des scientifiques ». Or, la science ne se définit pas par un vote démocratique, et un consensus n’est certainement pas la garantie de l’exactitude d’une théorie scientifique. De nombreuses avancées de la science furent d’ailleurs le fait de scientifiques allant à l’encontre du « consensus » de leur époque, tels que Galilée, Newton, Wegener, Einstein, Lemaître et beaucoup d’autres. Le mécanisme de la création d’un consensus fut magistralement décrit par le philosophe Schopenhauer (4). La science « officielle » des régimes totalitaires, telle que l’eugénisme ou les théories raciales sous le national-socialisme, rassembla ainsi un consensus unanime des scientifiques.

 

LE LIVRE SACRE

 A intervalles réguliers, les scientifiques du GIEC publient un rapport d’évaluation de leurs travaux. Cinq rapports (AR) ont été publiés entre 1990 et 2014. Un sixième est prévu pour 2022.

Ces rapports comportent 2000 à 3000 pages, autant dire que très peu de personnes les lisent intégralement.

Aussi, ils sont accompagnés par un « résumé pour les décideurs », dont le caractère scientifique sera éclipsé par l’influence politique des représentants des gouvernements (5), qui orienteront le texte en fonction des intérêts des pays qu’ils représentent. Or, sur les 195 gouvernements impliqués, une majorité ont une conception très personnelle de la démocratie, ou sont rongés par une corruption généralisée… Beaucoup d’autres ont un intérêt idéologique ou financier à endosser les projections alarmistes qui leur sont présentées, comme par exemple la promesse de répartition du « Fonds Vert » soit 100 milliards de dollars par an pour aider les pays en voie de développement, en ce compris la Chine et l’Inde !

D’autres études ciblées sur un problème particulier, comme récemment celle consacrée à la hausse du niveau des océans, sont diffusées entretemps.

Ce « résumé pour les décideurs » qui est en définitive un texte manipulé par les politiques pour les politiques, bénéficiera d’un retentissement mondial, et c’est lui qui constitue le véritable « livre sacré ».

 

LE CONTROLE DES MEDIAS

« Si vous n’êtes pas vu, vous n’existez pas ».

Le rôle des médias dans le formatage du public (au sens large du terme) fut décisif.

Dès le début de l’alarmisme climatique, les médias ont embrayé sur le catastrophisme pour des motifs divers. Leur première motivation fut l’attrait du public pour tous les sujets « catastrophe » qui font vendre du papier (6). Ensuite, l’engagement personnel de la grande majorité des journalistes et éditeurs dans la promotion d’une idéologie « verte » à tendance dite progressiste fut prépondérante.

Dès juillet 2000, Gelbspan Ross, éditeur du Boston Globe, donnait le ton : « Non seulement les journalistes n’ont pas à rendre compte de ce que disent les scientifiques sceptiques, ils ont la responsabilité de ne pas en rendre compte ».

Ainsi, assez rapidement, un véritable cordon sanitaire fut tiré à l’encontre des scientifiques « GIECosceptiques », qui furent pratiquement exclus des « débats » climatiques, transformant ceux-ci en de simples monologues de propagande. De nombreux chefs de rédaction, de la presse écrite ou audio-visuelle, ont donné des instructions strictes en ce sens à leurs journalistes (7). La presse diffuse également à jets continus les centaines d’articles ou études décrivant les épouvantables conséquences du réchauffement climatique, dont beaucoup sont étonnantes sinon loufoques, souvent signées par des scientifiques issus d’universités prestigieuses, (8)

Ce déferlement permanent, largement relayé par les réseaux sociaux, est un outil essentiel au service du conditionnement de la population.

Chaque calamité climatique survenant où que ce soit dans le monde, bénéficie également d’une large couverture dans tous les JT, et est souvent présentée comme une conséquence évidente du prétendu dérèglement climatique.

Le ralliement unanime à une idéologie dominante d’une presse, dont celle qui se prétend neutre, qui a sciemment abandonné son rôle de contrôle des informations qu’elle diffuse, est également une caractéristique historique dans l’émergence d’un régime totalitaire.

 

L’ADHESION DU POLITIQUE

 Le monde politique s’est rapidement emparé de la lutte « contre le réchauffement climatique » en fonction des bénéfices qu’il espérait en retirer. Outre le ralliement intéressé de nombreux pays dont j’ai parlé précédemment, notre propre monde politique dans une merveilleuse unanimité, a rapidement rejoint le mouvement en phagocytant à des degrés divers le programme populiste écolo, conforté en cela par l’idée que le GIEC a toujours raison.

Nos gouvernants y virent une merveilleuse opportunité de gains électoraux, mais surtout une occasion inespérée de lever une quantité de nouvelles taxes et de restrictions en tous sens sous couvert d’écologie et de sauvetage de la planète, avec en prime l’approbation de la majorité de la population. Ce qui permet de renflouer partiellement les caisses de l’Etat tout en n’ayant finalement aucune influence sur le climat.

 

L’EMPRISE SUR LA JEUNESSE

 Dès l’origine, le milieu scolaire entreprend une opération systématique de propagande continue auprès des élèves, strictement conforme au discours climatique du GIEC. En confondant des buts louables tels que la lutte contre la pollution et le respect de la nature avec la promotion de l’idéologie politico-climatique, le corps enseignant a trahi son rôle essentiel qui devait être de donner à la jeune génération dont ils ont la charge, les outils devant les mener à devenir des citoyens informés aptes à distinguer la réalité de la propagande, et non de simples suiveurs.

Les jeunes lycéens défilent désormais régulièrement dans les rues, notamment sous l’impulsion des autorités publiques (9), accompagnés par des enfants y sont amenés dès leur plus jeune âge par leurs instituteurs, sans même que l’accord des parents ait été sollicité.

Le caractère crypto-religieux de ces processions régulières parait évident (10), et fut encore renforcé par l’apparition récente d’une jeune prophétesse au discours aussi indigent qu’irresponsable, qui a transformé en disciples lobotomisés l’ensemble des jeunes et de nombreux adultes à travers le monde.

 

L’INTERDICTION DE LA CONTESTATION

 J’ai évoqué ce problème dans mon dernier billet auquel je vous renvois (11) :

« Un système politique qui vous impose dès aujourd’hui ou à terme la façon de vous déplacer, la façon de vous chauffer, la façon de vous nourrir, la façon de vous loger, la façon de partir en vacances, en se fondant notamment sur de prétendues « études » d’ONG sans aucune légitimité, qui pousse sa jeunesse dans les rues afin d’atteindre ces objectifs me semble clairement à caractère dictatorial.

 

Je n’ai fait qu’effleurer les différents chapitres énumérés ci-dessus qui méritent un développement bien plus charpenté, dans la perspective de démontrer le caractère sectaire de la lutte en faveur d’un climat stable et « réglé », une période idyllique qui n’a jamais existé dans l’histoire de notre planète, et qui n’existera jamais. On pourrait également évoquer le ralliement très intéressé du monde économique et financier.

Jo Moreau

 

(1) https://www.info-sectes.org/pages/secte.htm?

(2) https://belgotopia.com/2019/05/03/les-climato-sceptiques-des-deviationnistes-corrompus/

(3) https://www.books.fr/thatcher-en-pointe-sur-le-climat/

(4) https://belgotopia.com/2017/03/19/l-art-davoir-toujours-raison/

(5) https://belgotopia.com/2014/06/24/la-primaute-du-politique-dans-les-rapports-du-giec/

(6) https://belgotopia.com/2017/10/11/la-peur-comme-moteur-mediatique/

(7) https://belgotopia.wordpress.com/2018/07/11/le-journaliste-et-le-changement-climatique-information-ou-activisme/

(8) https://belgotopia.com/2019/04/02/les-epouvantables-consequences-du-rechauffement-climatique/

(9) https://belgotopia.com/2019/03/14/la-commission-europeenne-initiatrice-des-manifestations-etudiantes/

(10) https://belgotopia.com/2018/11/28/le-2-decembre-defilez-pour-le-climat-et-repentez-vous/

(11) https://belgotopia.com/2019/09/23/le-climat-une-voie-royale-vers-la-dictature/

 

D’ACCORD ? PAS D’ACCORD ? VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

LA PHRASE MAGIQUE – Merveilleux conte climatique

lampe

Un petit entracte en cette période de congé, et j’exhume ce billet que j’avais initialement publié en 2014, mais qui me semble plus que jamais d’actualité…

Félicien Bircland se ravisa à temps : il allait traverser le carrefour alors que le feu était au rouge. D’habitude méticuleux, Félicien se plie volontiers aux diverses petites contraintes de la vie quotidienne. Cela tient à son caractère, mais aussi aux fonctions qu’il exerce à la prestigieuse Université de Ploefokkerzeel. Il y occupe une chaire de géophysique, et s’efforce jour après jour de transmettre son savoir à une multitude d’adolescents des deux sexes, plus ou moins perméables à son enthousiasme pédagogique.

Il entra dans la petite épicerie où il avait l’habitude de se fournir en menus achats. Mais lorsque l’accorte commerçante le salua d’un vigoureux – Bien le bonjour, Monsieur le Professeur, qu’est-ce que je vous sers ? Félicien Bircland resta quelque peu interdit : plus moyen de se souvenir pourquoi il s’était arrêté ici. – Heu, un kilo de pommes vertes, Madame Dubrol. Pourtant il était certain de ne pas avoir besoin de pommes, qu’il n’appréciait d’ailleurs pas particulièrement, mais il fallait bien se sortir dignement de ce mauvais pas. Pas de doute, Félicien Bircland était préoccupé.

Arrivé dans son studio, il préparait son dîner pour aussitôt s’apercevoir qu’il n’avait plus une seule tranche de pain (Ah, c‘est pour cela que …). Il mangea donc quelques quartiers de pommes vertes. Heureusement qu’à midi, il avait déjeuné au mess universitaire…Ensuite, il vida la litière souillée du chat dans la poubelle, la remplaça distraitement par des céréales au chocolat, et s‘affala dans son fauteuil préféré, qui était d‘ailleurs le seul et unique présent dans la pièce.

Il regardait fixement le manuscrit posé sur la table devant lui. Plusieurs mois, sinon plusieurs années de travail sous forme d’une somme d’équations et de graphiques s’y trouvaient. Une démonstration limpide (pour les initiés) qui établissait de manière irréfutable que les variations de la gravitation initiées par les mouvements planétaires, combinées au rayonnement cosmique, suffisaient à eux seuls pour expliquer les variations du climat terrestre. Et depuis plusieurs semaines, il s’interrogeait sur le sort qu’il devait réserver à ce travail considérable.

Félicien Bircland aurait évidemment aimé voir son manuscrit édité par une revue scientifique, de premier plan si possible. Mais voilà, il appréhendait le fait qu’aucune de ces revues n’accepte de l’éditer, au vu de ses conclusions tellement à contre-courant de la pensée actuelle. Et même si par extraordinaire un éditeur prestigieux accueillait son étude, il devrait affronter les réactions négatives, voire même hostiles de son entourage professionnel.

Se voir considéré comme un original, risquer même d’être mis à l’index par la communauté universitaire, être la cible de pétitions hostiles, ou suprême déshonneur, se voir taxé de climatosceptique ou d’inféodé aux multinationales, non décidément, il n‘y était pas préparé … Il ne s’étonnait même pas de voir son chat croquer goulûment sa litière.

Il en était là dans ses réflexions, lorsqu’une détonation assourdie le fit sursauter, et un épais nuage bleu se répandit face à lui. L’image d’un gros bonhomme tout bleu coiffé d’un turban en émergea. Plutôt secoué, Félicien Bircland s’exclama : – Mais qui êtes-vous ? Et comment êtes-vous entré ? – Cool, répondit l’apparition avec un large sourire. Je suis ton parrain le djinn, et je sais le dilemme dans lequel tu es plongé. Je connais ta théorie, et je partage tes craintes devant les réactions qu’elle ne manquera pas de provoquer. Aussi, je vais te laisser ce petit papier. Tu y trouveras la phrase magique, qui ajoutée en fin de ton texte, permettra de tout résoudre.

Et tout aussi brusquement qu’il était apparu, le bon génie disparut de sa vision. A ses pieds, il ramassa un bout de papier. Bizarre, l’écriture était semblable à la sienne. Mais il n‘hésita pas à se ranger au conseil qui lui avait été donné, et il rajouta la phrase magique dans la conclusion de son étude :

« Bien entendu, ces effets sur le climat de notre planète ne feront qu’amplifier les fluctuations causées par le largage du CO2 émis par les activités humaines ».

La phrase magique lui permit de publier son texte dans une revue prestigieuse, et sa renommée fut définitivement assise parmi la communauté scientifique. Il reçut même des subsides conséquents pour la poursuite de ses recherches.

Il ne fut pas le seul à apprécier les vertus de la phrase magique. Un nombre croissant de scientifiques, ayant perçu tous les avantages de la formule rédemptrice, l’employèrent systématiquement.

Ah, vous l’aviez également remarqué ?

Jo Moreau

 

N’HESITEZ PAS A LAISSER VOTRE COMMENTAIRE

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

LE PEER-REVIEW, IRREPROCHABLE ?

journals

Quel est le principe de fonctionnement du « peer review », ou révision par les pairs 

Nous avons déjà pu apprécier à quel point la publication d’un article dans une revue scientifique pratiquant le « peer review » constitue pour certains le sommet, et même la condition sine qua non pour se voir accorder l’autorisation d’émettre un avis sur un sujet donné (dans notre cas : le réchauffement, pardon, les changements climatiques).

L’exemple le plus récent est illustré par la position d’un réseau social bien connu qui émet un avis à la limite calomnieux à l’égard d’un physicien par ailleurs professeur d’université, qui a fait l’objet de mon article précédent : https://belgotopia.com/2019/07/15/menaces-ouvertes-sur-les-ecrits-giecosceptiques/

Comment cela fonctionne-t-il ? Le scientifique (ou le groupe de scientifiques) soumet son étude à l’éditeur de la revue qu‘il aura choisie (ou à plusieurs d‘entre eux). Il s’agit souvent du premier filtre, l’éditeur jugeant si l’étude est ou non conforme à la ligne éditoriale de la revue. Le physicien Edwin BERRY vient encore d’en faire l’expérience. Son étude « Le CO2 d’origine humaine a peu d’effet sur le CO2 présent dans l’atmosphère » a été refusée par l’American Journal of Climate Change sous le seul et unique motif que « La conclusion de cet article est complètement opposée au consensus de la communauté universitaire ». Evidemment, le fait que Ed BERRY soit un GIECosceptique affirmé n’aura pas favorisé sa démarche …

L’éditeur transmet alors le texte à des évaluateurs, qualifiés d’experts dans la matière traitée, qui font partie de son comité de relecture : ce sont les pairs. Le nombre de relecteurs, et les critères qu’ils doivent respecter, varie en fonction de la revue. Cela va de deux experts, départagés par un troisième si leurs avis sont divergents, à l’ensemble des chercheurs de la branche concernée pour certaines autres revues.

Ceux-ci ont pour mission de juger la qualité scientifique de l’article, la validité méthodologique de la démonstration exposée et éventuellement l’absence d’erreurs manifestes dans les exemples cités. En fonction de leur avis, l’article sera alors accepté ou rejeté, quoique l‘éditeur conserve la décision finale. Il restera à l’auteur heureux à régler la participation financière parfois élevée réclamée par la revue pour la publication de son étude, et à attendre patiemment celle-ci. Car le processus peut prendre de plusieurs mois à plusieurs années.

En fait, qui sont ces « pairs », agissant généralement de manière anonyme ?

Dans le « Journal of the Royal Society of Médecine », Richard SMITH tente d’apporter une réponse (3), et celle-ci est édifiante. J’en extrais le paragraphe suivant, qui peut être appliqué à toutes les disciplines scientifiques concernées :

« Ce peut être quelqu’un qui fait exactement le même type de recherche que l‘auteur, et dans ce cas est un concurrent direct. Un expert issu de la même discipline ? Un expert sur la méthodologie ? Ou alors un expert consciencieux, qui vous demandera les données brutes, qui refera les analyses et vérifiera les références pour vous suggérer éventuellement des améliorations sur votre texte ? Inutile de préciser qu’une expertise semblable est extrêmement rare … Nous avons peu de données quant à l’efficacité réelle du processus, mais nous avons la preuve de ses défauts. En plus d’être peu efficace pour la détection de défauts graves et presque inutile pour la détection des fraudes, il est lent, coûteux, distrait le chercheur de son laboratoire, est très subjectif, tient de la loterie, et peut facilement abuser. Vous soumettez une étude pour un journal. Elle entre dans un système qui est en fait une boîte noire, puis une réponse plus ou moins justifiée sort à l’autre extrémité. La boîte noire est comme la roulette, et les profits et pertes peuvent être importants. Pour un universitaire, une publication dans un journal prestigieux comme NATURE ou CELL équivaut à toucher le jackpot. »

Randy SCHEKMAN, prix Nobel de médecine, déclare que son équipe n’enverra plus de document de recherche à NATURE, SCIENCE ou CELL dans la mesure où ces revues à comité de relecture faussent le processus scientifique, et constituent une tyrannie qui doit être brisée.

Il les accuse ces de sélectionner les études qu’elles publient, par exemple en fonction du fait que soit ces articles « représentent la bonne science », ou les refusent parce qu’ils sont « provocateurs ». D’autres chercheurs de son laboratoire émettent un avis semblable, mais reconnaissent que sans ces articles, ils auraient des problèmes pour ouvrir les bonnes portes dans leur carrière future, ou pour l’obtention de crédits de recherche. (1)

Richard HORTON, rédacteur en chef de la revue britannique « THE LANCET » , a déclaré de son côté que : « Les éditeurs et les scientifiques insistent sur l’importance cruciale de l’évaluation par les pairs. Nous la dépeignons au public comme si c’était un processus quasi-sacré qui aide à faire de la science notre accès le plus objectif à la vérité. Mais nous savons que le système d’évaluation par les pairs est biaisé, injuste, non fiable, incomplet, facilement truqué, souvent insultant, souvent ignare, parfois bête, et souvent erroné » .  Fichtre !

Pierre MARAGE, vice-recteur à l’Université Libre de Bruxelles et Vincent YZERBYT, son équivalent à l’Université Catholique de Louvain ainsi que Nicolas TAJJEDINE également de l’UCL insistent également sur leur importance. « Publier ? c’est ça qui assure les carrières scientifiques. Et à tous les niveaux d’ailleurs. Pour un jeune, publier est essentiel parce que cela lui permet d’enrichir son CV, de poursuivre une carrière, d’être reconnu par ses pairs. Pour quelqu’un de plus expérimenté, c’est le principal critère pour obtenir des financements et faire prospérer son laboratoire. (…)A partir du moment où vous travaillez dans une institution publique, c’est de l’argent de la collectivité dont il est question. Il est donc légitime qu’à un moment donné, les pouvoirs subsidiants puissent contrôler ce qu’il se fait et attendre des résultats. On peut difficilement donner à des chercheurs des masses gigantesques d’argent sans attendre un retour sur investissement. » (2)

Le nombre d’articles publiés dans les revues NATURE et SCIENCE constitue ainsi un critère important dans le classement des meilleures universités dans le monde.

On réalise immédiatement la pression qui pèse sur les épaules des chercheurs, et le pouvoir écrasant qui se trouve dans les mains d’un éditeur de revue scientifique.

On comprend aussi combien il est important de se retrouver dans le cocon d’une pensée conformiste d’un « consensus scientifique » tellement vanté.

La grande majorité des chercheurs l’ont bien compris, et on peut citer William BRIGGS, PhD, statisticien climatique « J’ai entendu des histoires scandaleuses de la part de collègues qui ont essayé de faire publier des thèses en désaccord avec les vues du GIEC. Il y avait un comportement totalement contraire à l’éthique de la part de certains éditeurs », de Gérard BODIFEE , astrophysicien « Quasi tous les scientifiques sont aujourd’hui pieds et poings liés à des fonds sans lesquels ils ne peuvent fonctionner. Ils doivent publier. Or, on n’a plus accès aux revues scientifiques si on ne participe pas à la pensée dominante », Cliff OLLIER, PhD, géologue « Il devient de plus en plus difficile d’obtenir des crédits si on ne s’affirme pas en faveur des thèses du réchauffement climatique dû à l’homme », ou encore Jim STEELE, biologie de l’environnement « La blague dans la plupart des départements de biologie universitaire pour les chercheurs qui cherchent du financement, est «comment puis-je lier ma recherche au réchauffement climatique ?».

Là-dessus, s’ajoute le fait que pour être considéré comme chercheur à priori fiable, il est hautement préférable de ne pas remettre en cause les croyances de ses pairs, et d’en tenir compte dans un processus de peer-reviewing.

Le « peer review » n’est pas une garantie contre la manipulation ou la fraude.

Je ne reviendrai pas sur le cas « SERALINI », dont l’étude sur la toxicité des OGM a été retirée de la revue « Food and Chemical Toxicology ». La controverse qui l’accompagne démontre à suffisance l’ampleur de l’influence idéologique et politique qui transparait dans la discussion scientifique et risque de la polluer, de quelque bord qu’elle provienne d’ailleurs.

De nombreux cas de fraudes ont eux été clairement établis, et je ne citerai que celle commise par Diederick STAPEL, chercheur et professeur à l’Université de Tilburg, qui pendant une dizaine d’années a publié plus de 137 articles dans des revues à relecture, dont 55 au minimum contiennent des données inventées ou falsifiées. (4)

Dans le domaine climatique, que nous a appris en son temps le « Climategate » ?

En 2009, la divulgation de mails échangés entre des chercheurs du CLIMATIC RESEARCH UNIT (CRU), grand pourvoyeur de données au GIEC, a brièvement secoué le monde scientifique avant d’être enfoui dans un oubli confortable. Les chercheurs incriminés furent ensuite blanchis par une commission du Parlement britannique (donc des politiques et non des scientifiques).

Quelques phrases relevées dans certains de ces mails :

« Je ne veux voir aucun de ces papiers repris dans le prochain rapport du GIEC. Kevin et moi les écarterons, même si nous devons redéfinir ce qu’est la littérature peer-review. » (5)

« C’est le danger de toujours reprocher aux sceptiques de ne pas publier dans la littérature « peer reviewed ». De toute évidence, ils ont trouvé une solution à cela : infiltrer un journal. Alors, que faisons-nous à ce sujet? Je pense que nous devons cesser de considérer « Climate Research » comme une revue à prendre en référence. Nous devrions peut-être encourager nos collègues dans le milieu de la recherche climatique à ne plus prendre cette revue en considération. Nous devrions aussi attirer l’attention de nos collègues plus raisonnables qui actuellement siègent au comité de rédaction … » (6)

« Hans VON STORCH est en partie à blâmer (pour la publication d’articles sceptiques dans Climate Research). Cela encourage la publication d’inepties scientifiques. Nous devrions prendre contact avec les éditeurs et leur montrer que leur journal est perçu comme faisant de la désinformation. J’emploie le terme ’perçu’, que cela soit vrai ou non c‘est la perception à l‘ extérieur qui compte. Nous devrions pouvoir rassembler un groupe d’environ 50 scientifiques pour signer une telle lettre ». (7)

Dans une autre suite de mails (8), les scientifiques du CRU réagissent à la parution d’un article de McIntyre dans Geophysical Research Letters, oû ils expriment leurs préoccupations au vu des relations du rédacteur en chef du journal James SAIERS, avec l’Université de Virginia (et probablement Pat Michaels). « Si Saiers est un sceptique, alors il doit être éjecté via les canaux officiels du Journal. » (Saiers a effectivement été évincé).

Voilà qui doit permettre à chacun de se faire sa propre idée sur les pressions auxquelles sont soumis les éditeurs de journaux à comité de relecture. Et accessoirement sur la déontologie des champions de la Vraie Science du CRU. Et enfin sur l’opportunité de blanchir ces personnages comme l’a fait le Parlement britannique, qui -notons-le – avait à juger ses propres compatriotes agissant au sein de la prestigieuse université East Anglia.

D’autres anomalies …

Le professeur Paul BROOKES, professeur agrégé à l’Université de Rochester- Medical Center a prononcé l’évaluation la plus accablante, concentrant ses flèches sur Nature Publishing Group (NPG): «Vous pouvez avoir tous les poids lourds (scientifiques) de votre côté, mais si vous contestez quelque chose qui a paru dans un Journal du NPG, vous aurez à vous battre d’abord pour entr’ouvrir la porte, suivi par une bataille rangée pour obtenir que quelque chose soit publié. NPG n’aime pas quand vous trouvez des erreurs qui auraient échappé à l’examen par les pairs ». Le professeur Brookes avait sous un pseudo, créé un site web : science-fraud.org qui avait pour but de dénoncer des documents suspects dans la littérature scientifique. En six mois, il avait répertorié environ 500 articles, et son site comptait plusieurs milliers de visiteurs quotidiens. Lorsque sa véritable identité fut découverte, des e-mails furent envoyés aux scientifiques concernés pour les inciter à déposer plainte pour diffamation, qualifiant son site comme étant « un site de haine et constituant une menace pour la communauté scientifique (!) ». Cette dénonciation fut également envoyée à ses supérieurs académiques, aux éditeurs qui l’avaient publié ainsi qu’à ses collègues qui auraient aussi pu être des « peer reviewers ». Son site fut fermé à la suite de cette cabale. (9)

« (…) les relecteurs des revues scientifiques ont souvent encouragé des pratiques irrégulières ainsi qu’ « une incitation à passer sous silence les résultats n’allant pas dans le bon sens ou les expériences n’ayant pas mis en évidence l’effet escompté, comme si cette absence de résultat n’était pas un résultat en soi ! « Il n’était pas rare que les revues plaident fortement en faveur de sujets intéressants, élégants, concis et irrésistibles, sans doute aux dépens de la rigueur scientifique. » (10)

Conclusion

Alors, toutes les revues scientifiques sont-elles à mettre à la poubelle, et tous les relecteurs sont-ils pourris ? Evidemment non, et je m’en voudrais de suivre le même cheminement intellectuel qu’affectionnent les partisans du GIEC à l‘encontre de leurs contradicteurs. J’ai simplement voulu montrer les multiples failles d’un système en définitive très humain, soumis à des pressions en tous genres, intellectuelles ou financières auxquelles il est parfois difficile de résister, mais dictatorial dans sa finalité. Comme aurait pu dire Winston Churchill, c’est un mauvais système mais c’est le moins mauvais de tous.

Il appartient aux scientifiques eux-mêmes d’apprécier la manière dont ils pourraient l’améliorer…

Beaucoup de gens accordent une confiance aveugle imméritée au système de relecture par les pairs, avec l’illusion qu’il est objectif, cohérent et très fiable.

Je voulais aussi souligner le fait que publier dans une revue à comité de relecture ne constitue nullement une garantie de qualité ou de bien-fondé de la théorie présentée -combien de ces articles ne se sont-ils pas révélés obsolètes après un temps plus ou moins long-, et à contrario, qu’il est tout-à-fait abusif de rejeter sans autre forme de procès les arguments présentés en-dehors de ce système.

Jo Moreau

 

(1) http://www.theguardian.com/science/2013/dec/09/nobel-winner-boycott-science-journals

(2) http://www.lalibre.be/actu/belgique/les-dessous-de-la-fraude-scientifique-51b8fb1ee4b0de6db9ca2120

(3) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1420798/

(4) http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/12/09/le-scandale-stapel-ou-comment-un-homme-seul-a-dupe-le-systeme-scientifique/

(5) http://consume.free.fr/climategate/1089318616.html

(6) http://consume.free.fr/climategate/1047388489.html

(7) http://consume.free.fr/climategate/1051190249.html

(8) http://consume.free.fr/climategate/1106322460.html

(9) http://www.timeshighereducation.co.uk/features/feature-lets-review-the-peer-review-process/2003180.fullarticle

(10) http://passeurdesciences.blog.lemonde.fr/2012/12/09/le-scandale-stapel-ou-comment-un-homme-seul-a-dupe-le-systeme-scientifique/

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/