SHELLENBERGER, CELUI PAR QUI LE SCANDALE ARRIVE

belgotopia (26)

 

Michael Shellenberger, environnementaliste progressiste reconnu, a récemment publié un livre « Apocalypse Never: Why Environmental Alarmism Hurts Us All », qui a eu un retentissement énorme suite à sa prise de position contre l’alarmisme climatique. J’en ai fait l’écho récemment. (1)

Dans cet article, il déclarait notamment : « Mais surtout, j’avais peur. Je suis resté silencieux au sujet de la campagne de désinformation climatique parce que je craignais de perdre des amis et du financement. ». Il ne croyait pas si bien dire, et je crains pour lui que les conséquences ne s’arrêteront pas ici.

Le magazine internet « FORBES », qui avait publié l’article de Shellenberger expliquant sa démarche, l’a retiré deux jours après sa parution, sans autre explication. Il apparait maintenant que la raison invoquée par le média est la suivante : « Forbes exige de ses contributeurs qu’ils adhèrent à des directives éditoriales strictes. Cette histoire n’a pas suivi ces consignes et a été supprimée ».  Sans qu’on sache quelles sont ces directives éditoriales strictes … (2).

Facebook a également ciblé l’iconoclaste, et lancé des enquêteurs plus conformes à la pensée unique climatique sur l’article sacrilège. (3)

Voici de larges extraits de la réponse de Shellenberger, traduits par mes soins, et que vous pourrez consulter dans son intégralité ici : (4).

Jo Moreau

 

L’hystérie du changement climatique coûte des vies – mais les militants veulent maintenir la panique

Le mois dernier, j’ai publié un livre, « Apocalypse Never », qui démystifie les mythes environnementaux en vogue. Parmi eux : l’affirmation selon laquelle les humains provoquent une sixième extinction massive, et que le changement climatique aggrave les catastrophes naturelles.

Alors que je m’attendais à ce que mon livre soit controversé, je ne m’attendais pas à ce que le plus grand journaliste climatique de CNN le compare à une publicité pour des cigarettes. Ou pour qu’un journaliste environnementaliste avec près d’un demi-million d’abonnés sur Twitter m’accuse de promouvoir la «suprématie blanche».

Je ne suis pas un négateur du climat. En fait, je milite pour le climat depuis 20 ans, et pour l’environnement depuis plus de 30 ans. Les gouvernements, y compris le Congrès américain, me demandent régulièrement mon témoignage en tant qu’expert énergétique. Et cette année, le Groupe  intergouvernemental des Nations Unies sur l’évolution du climat m’a demandé d’être un expert reviewer de son prochain rapport majeur.

J’ai décidé de prendre la parole l’année dernière, après qu’il me soit apparu clairement que l’ alarmisme nuisait à la santé mentale . Une importante enquête menée auprès de 30 000 personnes dans le monde a révélé que près de la moitié des gens pensaient que le changement climatique ferait disparaître l’humanité. Les professionnels de la santé mentale se retrouvent désormais régulièrement confrontés à l’anxiété des adolescents face au climat. En janvier, les sondages ont montré qu’un enfant britannique sur cinq déclarait avoir fait des cauchemars à ce sujet.

Et pourtant, le GIEC ne prévoit pas des milliards, voire des millions de décès dus au changement climatique. C’est en partie la conséquence du développement économique et des mesures préventives qui atténuent les catastrophes naturelles, les maladies et les autres impacts environnementaux du changement climatique. Et les scientifiques s’attendent à ce que notre capacité à atténuer les dommages se développe et s’améliore constamment dans le futur.

(…)

C’est pourquoi le GIEC cite «la réduction de la pauvreté, les interventions de santé publique telles que l’approvisionnement en eau, les installations sanitaires et le système d’alerte précoce et de réponse en cas de catastrophe et d’épidémie» – et non la réduction des émissions – comme les clés de la réduction des risques de maladie à l’avenir.

Alors pourquoi certains alarmistes prétendent-ils que le changement climatique aggrave les catastrophes ? En partie, afin qu’ils puissent utiliser les événements mondiaux les plus spectaculaires et dramatiques, depuis l’ouragan Sandy jusqu’aux incendies de forêt en Californie, pour rendre le problème plus évident auprès des électeurs.

S’il était reconnu que les dommages causés par l’ouragan Sandy étaient essentiellement dus à l’incapacité de New York à moderniser ses systèmes de contrôle des inondations ou que les incendies de forêt en Californie étaient dus à l’accumulation de bois combustible après des décennies de suppression des incendies, les journalistes, scientifiques et militants alarmistes seraient privés de les événements visuellement puissants et les «accrochages» dont ils ont besoin pour effrayer les gens, collecter des fonds et défendre des politiques climatiques.

L’alarmisme climatique n’est pas qu’une question d’argent. C’est aussi une question de pouvoir. Les élites ont utilisé l’alarmisme climatique pour justifier les efforts de contrôle des politiques alimentaires et énergétiques dans leurs pays d’origine et dans le monde, durant plus de trois décennies.

(…)

En fin de compte, l’alarmisme climatique est puissant car il est devenu la religion alternative pour les personnes prétendument laïques, offrant bon nombre d’avantages psychologiques identiques à la foi traditionnelle.

L’alarmisme climatique leur donne un objectif : sauver le monde du changement climatique. Il leur propose une histoire qui les assimile à des héros. Et cela donne un sens à leur vie – tout en conservant l’illusion qu’ils sont des gens de science et de raison, loin de la superstition et de la fantaisie.

Il n’y a rien de mal à la foi religieuse. Les religions fournissent depuis longtemps aux gens le sens, le but et les consolations dont ils ont besoin pour affronter les nombreux défis de la vie. Les religions peuvent être un guide pour un comportement positif, prosocial et éthique.

Le problème avec la nouvelle religion environnementale est qu’elle est devenue de plus en plus destructrice. Elle conduit ses adhérents à diaboliser leurs adversaires. Et cela propage l’anxiété et la dépression sans répondre aux besoins spirituels les plus profonds.

Heureusement, les événements du monde réel, à commencer par la pandémie de coronavirus, sapent l’idée que le changement climatique est une «urgence» ou une «crise». Après tout, ce qui a mis le monde à l’arrêt, c’est une maladie et non des catastrophes naturelles provoquées par le climat. (…)

Pendant ce temps, les émissions diminuent dans une grande partie du monde. En Europe, les émissions en 2018 étaient de 23% inférieures aux niveaux de 1990. Aux États-Unis, les émissions ont chuté de 15% de 2005 à 2016. Et les émissions vont probablement culminer et commencer à diminuer dans les pays en développement, y compris la Chine et l’Inde, au cours de la prochaine décennie.

En conséquence, la plupart des experts estiment qu’il est peu probable que les températures mondiales augmentent de plus de 3 degrés Celsius au-dessus des niveaux préindustriels. Aucun réchauffement n’est idéal, car il modifiera les conditions tant pour les personnes que pour la faune. Mais 3 degrés n’est pas catastrophique, et encore moins une menace existentielle pour les sociétés et les économies humaines.

Pour avoir signalé ces faits de base, j’ai bizarrement été accusé de raciste. Pourtant, les lecteurs découvriront que, loin d’être une défense de la suprématie blanche, «Apocalypse Never» dénonce les écologistes européens et nord-américains pour promouvoir des politiques anti-développement discriminatoires envers les pays pauvres d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine.

Les militants et leurs alliés médiatiques censurent les articles de presse. Mais finalement, le public pourra examiner les preuves et se rendre compte que les censeurs ont tort.

J’espère que, après un bilan public, tout le monde, en particulier les adolescents anxieux, cessera de voir le changement climatique comme la fin du monde, et le considérera comme un problème hautement gérable.

(1) https://belgotopia.com/2020/07/03/mea-culpa-de-lecologiste-michael-shellenberger/

(2) https://nationalpost.com/opinion/john-robson-forbes-falls-to-cancel-culture-as-it-erases-environmentalists-mea-culpa/wcm/370ca87c-37c3-4376-8e95-78231ae5fd46/

(3) https://www.spectator.com.au/2020/07/fake-fact-checkers-fall-flat-on-michael-shellenbergers-apology-for-apocalyptic-climate-claims/

(4) https://nypost.com/2020/07/21/climate-change-hysteria-costs-lives-but-activists-want-to-keep-panic-alive/

VOS COMMENTAIRES SONT BIENVENUS.

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s