MENACES OUVERTES SUR LES ECRITS GIECOSCEPTIQUES

facebook

facebook 2 - Copie

Il apparait qu’un réseau social bien connu a mis en place l’équivalent d’un « Ministère de la Vérité » tel que décrit par Georges Orwell dans son roman 1984.

En effet, ma page « belgotopia » (comme d’autres pages équivalentes) y a fait l’objet de menaces de non-diffusion, et même de radiation pure et simple si je continuais à promouvoir des « fake news ».

Quel est mon crime ?: Avoir voulu partager une étude développée par Jirky KAUPPINEN, – PhD – Physicien – Professeur à l’ université de Turku (Finlande), et contresignée par Pekka J. MALMI, PhD, Dept Physics and Astronomy – de la même université. (1)

Sans aucun doute deux plaisantins ignares !

Les accusations de « fake news » reposent sur deux arguments :

– L’article n’a pas fait l’objet d’une parution dans une revue à comité de lecture (peer-review).

– En bref, il est en contradiction avec la science officielle diffusée par le GIEC, seul détenteur de la Vraie Vérité.

J’ai toujours veillé à ne présenter sur ma page du réseau social que d’une part des articles polémiques sur le débat climatique, et pour la partie scientifique, uniquement des écrits et études de scientifiques confirmés.

Sous réserve de confirmation, il semble que ce réseau social ait « sous-traité » le « science feedback » cité au quotidien de gauche « Libération » (2), inconditionnellement aligné sur les thèses du GIEC (comme les autres d’ailleurs…), ce qui nous promet des lendemains d’une science officielle digne des heures les plus sombres du national-socialisme et du communisme. Mais cela, nous y étions déjà.

Jo Moreau

(1) https://arxiv.org/pdf/1907.00165.pdf?

(2) https://www.lopinion.fr/edition/politique/checknews-emmanuelle-ducros-lettre-ouverte-a-liberation-facebook-191488?

 

BIENVENUE EGALEMENT SUR MA PAGE FACEBOOK (tant qu’elle existe) :

https://www.facebook.com/BELGOTOPIA-82840099725/

Un commentaire sur “MENACES OUVERTES SUR LES ECRITS GIECOSCEPTIQUES

  1. Chez les esprit avertis, il est clair que ces revues et magazines scientifiques – qu’ils soient « pro » ou de vulgarisation grand public – constituent un « produit journalistique ». Publications placées dans les mains de groupes financiers (Business is business ; Business growth & margin, a must)…

    Or, depuis 2 à 3 décennies, la mode est à lancer de nouveaux TITRES sur le marché des publications, en tous domaines de l’édition, sérieuse ou (parfois très) légère. D’autant quand le volume de chercheurs-producteurs explose et cherche la diffusion (en une stimulante compétition). Suffit de parcourir les rayonnages de nos universités, ceux des libraires et les propositions d’abonnement en tous sens qui nous parviennent, issues desdits groupes !

    L’envahissement progressif de « niches de lectorat » est ainsi atteint. Celles-ci se saturent-elles ? Oui ! Une prolifération de ces titres a placé les groupes d’édition en une situation d’hyper-concurrence ! Voir ce terme (ou celui d’hypercompetition). D’où des mesures drastiques de gestion à prendre : « opération cost-cutting », avec effets visibles sur (notamment) les coûts de peer-reviews chez la science de naguère.
    Bof, la rigueur risque de se perdre, n’étant plus nécessairement LE critère premier. On se relâchent, comme chacun peut le deviner… l’important restant de publier ou – selon vues d’auteurs – de SE FAIRE publier.

    Née aux USA, cette saturation de titres a maintenant gagné l’Europe puis le monde entier !
    Tous ces titres furent lancés bien AVANT l’ère de l’Internet et se trouvent confrontés aujourd’hui avec de new-entrants dont certains sont de vrais groupes de scientifiques mêlant savoir et compétence PLUS un sens critique aiguisé. Fichtre, voilà qu’apparaît le PEER-REVIEW via Internet ? Compliquée la vie des demi-mesures !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s